simon peres

  • Simon Peres, parle de la désinformation

    Imprimer

    Shimon Peres: “une contradiction évidente entre la propagande médiatique et la réalité de Gaza”

    Propos recueillis par Edmond Sanders pour le LA Times, adapté en français par Jonathan-Simon Sellem pour JSSNews

    Rédigé par JSS le Jun 23rd, 2010 and filed under Israël, Israël-Territoires Disputés.

    article sur le site

    http://jssnews.com/2010/06/23/shimon-peres-une-contradiction-evidente-entre-la-propagande-mediatique-et-la-realite-de-gaza/

    Shimon Peres, le président israélien, affirme que le blocus de Gaza a été mis en place pour protéger l’Etat juif contre le terrorisme… “Et ceux qui n’ont jamais fait face au terrorisme ne peuvent pas comprendre la nécessité d’une telle action.” Shimon Peres, est la seconde personnalité israélienne a parler ainsi après Tsippi Livin. La cheffe de l’opposition a critiqué hier Netanyahu: “dans la région, nous devons prendre nos décisions dans la nécessité d’Israël pas dans celui des commentateurs. Netanyahu montre un signe de faiblesse dont nous ne pouvons nous permettre.

    Malgré tout, le président Peres a concédé que la politique d’Israël sur la bande de Gaza n’a pas donné les résultats escomptés par le gouvernement. Bien que fatigué du haut de ses 86 ans, le Prix Nobel de la Paix défend vigoureusement l’ensemble des politiques d’Israël comme vitales pour sa sécurité.
    Il s’est entretenu avec le Los Angeles Times mardi dans son bureau de Jérusalem. JSSNews se charge de la traduction.

    Alors qu’Israël se prépare à alléger le blocus terrestre de Gaza – bien que le soldat israélien Gilad Shalit soit toujours en retenu en otage et que le Hamas soit toujours au pouvoir – de nombreux Israéliens se demandent si l’embargo économique a apporté quelque chose de tangible…

    Israël a voulu dire au peuple palestinien que les attaques [de roquettes du Hamas contre Israël] leur fera plus de mal qu’a nous. Mais avec deux réserves: d’abord, ce n’était en rien une punition collective et, d’autre part, ce “blocus” n’a jamais créé une situation inhumaine. Donc, nous avons mesuré tout. Y a t-il assez d’eau, assez de nourriture, assez de fournitures médicales? J’ai vu tous les jours des articles sur la situation à Gaza et le récit est extrêmement négatif. Mais quand on regardait les gens dans les rues, dans les photos, les reportages, ils étaient vêtus correctement. Les marchés étaient pleins. Il y avait une contradiction évidente entre une certaine propagande médiatique et la réalité. Ce n’est pas par hasard qu’il n’y avait pas de crise humanitaire. Nous nous sentions responsables. Mais le Hamas est celui qui a tout détruit.

    Mais est-ce que les restrictions israéliennes sur les biens civils et autres fournitures ont aidé a atteindre les objectifs d’Israël ?
    Je ne peux pas répondre à cette question, et je ne pense pas que ce soit important. Nous espérions plus. Nous avions espéré que, une fois sorti de là [en 2005 après le désengagement d'Israël], nous serions tranquille. Mais une fois que nous avons quitté Gaza, les attaques sur Israël ont augmenté et augmenté. Nous ne comprenions pas pourquoi ils ont recommencé à bombarder alors que nous faisions tout pour les laisser tranquille. C’est comme s’ils ne pouvaient se passer de nous. Nous avons été gravement surpris par ces actions du Hamas. Je ne comprends toujours pas. Si les dirigeants de Gaza acceptait la démilitarisation et la dé-terrorisation de Gaza, il n’y aurait pas de problèmes. Le destin est entre leurs mains.

    Certains craignent Israël entre dans une nouvelle période d’isolement international. Les relations avec la Turquie sont au bord de la falaise. L’ONU fait pression pour une enquête internationale sur la flottille. Il y a du boycott culturel. Dans le même temps, certains alliés occidentaux sont en colère a cause de l’affaire Al Mahbouh -Dubaï-. Israël est-il en train de perdre ses amis ?

    Le fait que des pays étrangers mettent la pression sur Israël ne veut pas dire qu’ils ont raison. Il s’agit d’une tentative visant à délégitimer Israël. Ce qui est très facile. Le bloc arabe représente la grande majorité de l’Organisation des Nations Unies. Nous n’avons jamais la moindre chance de nous y défendre.

    Mais je me pose la question suivante: S’ils délégitiment Israël, à qui donnent-ils raison ? Ils légitiment le Hezbollah, le Hamas et Al-Qaïda. Ils ne le veulent pas forcément. Mais si vous délégitimez la lutte contre le terrorisme, qui est très complexe, les conséquences sont que la terreur est légitimé.

     

    Shimon Peres lors de sa visite en Corée du sud (10 juin 2010)

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Israël 3 commentaires