pasquier

  • le crif, conseil représentatif des I. juives de France

    Imprimer

    Richard Prasquier: La trivialisation, c’est la route ouverte à tous les amalgames... Les confusionnistes d’aujourd’hui, plus dangereux que les négationnistes, choisissent leurs héros et leurs bourreaux en fonction de leurs options politiques


    « Monsieur le Ministre
    Messieurs les Préfets
    Monsieur le Maire de Paris
    Madame Simone Veil,
    Mesdames et Messieurs les élus
    Messieurs les représentants du culte
    Mesdames et Messieurs les déportés, enfants de déportés, résistants, anciens combattants et représentants des Justes
    Monsieur le Président du Consistoire central,
    Mesdames et Messieurs les Présidents d’institutions,
    Mesdames et Messieurs,
    En 1960, il y a cinquante ans, le Vel d’Hiv venait d’être détruit.  C’était pour les parisiens un symbole du sport populaire, des Six Jours et des grands combats de boxe. Rares étaient ceux à qui il rappelait les heures  les plus noires de l’histoire française…
    Elles étaient pourtant récentes, 17 ans seulement, ces journées de juillet 1942, où sept mille personnes avaient vécu dans des conditions infernales de promiscuité, de bruit et d’odeurs, de chaleur, de soif et de faim avant d’être envoyées dans les camps du Loiret pour y subir, pour beaucoup, l’atroce séparation entre parents et enfants, qui précédait l’extermination à Auschwitz Birkenau.
    Avant guerre, les Juifs vivaient fièrement en France, la patrie des Droits de l’Homme. Beaucoup s’étaient portés volontaires pour défendre le pays. Soixante dix ans après l’appel du 18 juin, nous honorons  les hommes qui se sont engagés après la défaite dans le combat contre l’Allemagne nazie et qui ont préservé l’image de la France que nous aimons.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Antisémitisme 0 commentaire