désinformation-information

  • Un peu plus d'un million de chomeurs

    Imprimer

    Aujourd'hui les chiffres sont implacables :

    * Environ 1 million 200 chômeurs enregistrés, soit 25% de la force de travail, c'est énorme. 10% de chômage, avant la crise 160000 personnes pointaient (chiffre corrigé d'après une last news). A Eilat (frontière égyptienne-jordanie) où le tourisme est la base de l'économie, on relève jusqu'à 70% de chômeurs. Ces chiffres sont les plus haut jamais enregistrés, après la guerre de 6 jours (1967) le taux de chômage était de 10.4% ce qui correspondait à l'époque à 100000 chômeurs. Reste que la crise de 1992 est celle qui a été la plus forte, de 11.2%, qui correspondait à l'arrivée en masse de l'immigration russe.

    * L'aéroport devrait - on tient les pouces- ré-ouvrir le 1 juin.

    * Mercredi, 16,539 cas de coronavirus étaient confirmés  in Israel, avec 262 déces enregistrés, selon les chiffres enregistrés du Ministère de la Briout. Les statistiques misent à jour ici

    * Le gouvernement formé, signé alors que nous ne connaissons pas encore à cette heure les ministres formés, mais que l'on peut écrire que Benett et sa formation Yamina sort de la coalition et entre dans l'opposition. L'annonce devrait être publiée dans les heures qui suivent.....(mise à jour voir-ci-dessous)

    Mais hier mercredi, c'était surtout la tristesse nationale qui a effacé la visite de Pompéo avec l’enterrement du soldat israélien abattu (mardi), par un jet de pierre, qui a retenu  les antennes télé et  entre rage et désespoir, l'enterrement a été largement couvert, toutes les larmes du père de son fils unique Lt Amit Ben Yigal  ont ému les foyers.

    Il s'en ai suivi de violentes manifestations, mercredi, au Sud de la West-Bank vers Hebron entre les forces militaires et les manifestants, pour un triste résultat d'un mort de 15 ans (la nouvelle a été corrigée, dans un premier temps l'armée a dit que le manifestant avait 10 ans...).  La chasse à l'homme continue, pour retrouver le meurtrier du soldat.

    Lire la suite

  • De-Confi-né : le jour J d'après

    Imprimer

    Voilà, demain, c'est le grand jour : le jour J, le jour enfin -sof sof *- tant attendu depuis...combien de temps déjà ? environ 47 jours (j'ai perdu le compte)...que nous sommes confinés dans nos appartements... tellement de temps... que même la poussière n'avait plus le temps de s'y déposer.

    Sof sof, en grand manitou des tours de passe passe; faut avouer que BN  a toujours plein d'excellentes bonnes surprises (en ironique dans le texte) à nous offrir; sof sof, il nous a appris lors d'un TV show télévisuel (redondance pour augmenter l'effet de manche) et avec plein de petits très jolis graphiques pour illustrer le tout, au cas on on comprendra pas sans,que BN nous  dé-confi-naient.

    Youpi tralala. Au delà de la marche triomphante:  BN a sauvé Israël, et même plus, le monde peut-être ? d'une catastrophe pire que la mort (ironique toujours pour les ronchons). BN s'est réveillé très optimiste, car après ses déclarations catastrophistes et anxiogènes de la crise, où nous aurions pu avoir des millions de morts (en Israël), il change de ton et nous chantonne que tout va retourner à la normale d'ici le 14 juin, tout rentrera dans l'ordre (je résume). Bref, encore un peu et tout va bien.

    Lire la suite

  • l'Economie israélienne au temps de Corona

    Imprimer

    Debut avril, l'office de la statistique a constaté que le panier moyen a vu une augmentation des prix de plus 0.4%. Les prix des articles suivants ont  augmenté : vêtements et chaussures 3,2 %, fruits frais 1,8 %, logement 0,9 % et nourriture 0,6 %. En résumé, les prix augmentent régulièrement depuis le début de la crise, et les entreprises -principalement- alimentaires en profitent de la pandémie pour augmenter leurs marges, malgré le fait qu'elles engrangent depuis le début de la crise une augmentation de leurs ventes de  40%.

    Dans la foulée, les divers commerçants ont oublié de faire les traditionnelles promotions,  donc les ménages non seulement accablé par la crise et le chômage n'ont bénéficié d'aucune sorte de bouffée d'oxygène.

    Le ministère de l'agriculture lui a annoncé une augmentation du prix  de la farine, ce qui aura pour conséquence une augmentation du prix du pain et autres produits dérivés. Ici, un pain aux graines d'un boulanger est d'environ 20Shekels (un peu plus de 5chf) pour un salaire minimum de 30-35 shekels heure....et personnellement en allant chercher mon pain, et trois brioches au sucre, j'ai payé 34 shekels au lieu des 31 habituel.

     Dernièrement, en janvier (de mémoire) c'est l'électricité qui avait annoncé une augmentation de ses prix, de 5-6%. Les prix ici, augmentent très régulièrement, le marché est très fermé, et il n'y a pas un vrai marché de la concurrence.

    Alors qu'après un mois et quelques semaines de pandémie,  en Israël, on compte environ 1 million de chômeurs, et que  beaucoup  des employés n'ont même pas pu toucher un salaire en mars, ou alors partiel et que même les retraités ont reçu en retard leurs indemnités,  quand aux indépendants....

    Lire la suite