Société - People - Page 5

  • Il faut plus que des mots

    Imprimer

    Il faut plus que des mots

    Des sentiments mitigés, du choc à la culpabilité en passant par le soulagement

    Dans le service de rééducation de l’hôpital ‘Haïm Sheba il y a foule : des centaines de bénévoles ont suspendu des pancartes et accroché des banderoles pour les soldats blessés, leur distribuant gâteaux, muffins et livres et chantant pour eux. „Nous sommes tout simplement submergés par le nombre de volontaires et avons même dû demander à certains de partir“ explique le professeur Ari Shamiss, chef de service du centre médical. Il vient tout juste de décliner l’offre d’une organisation qui voulait apporter de la soupe aux soldats blessés. „Par cette chaleur, nos garçons  préfèrent l’eau fraîche à la soupe“ nous dit le professeur Shamiss avec un petit sourire. Coordonner les aides n‘est pas toujours chose aisée.

    L’hôpital ‘Haïm Sheba traite actuellement 29 soldats et une famille palestinienne avec plusieurs enfants blessés au cours des combats. „Parmi les soldats, dix ont des blessures relativement graves“ déclare le chef de service, toutes sont dues soit à des tirs de snipers soit à des charges explosives.

     

    Lire la suite

  • L’absurdité actuelle du quotidien à Tel-Aviv

    Imprimer

    Depuis plusieurs jours Tel-Aviv, qui est d’habitude une ville trépidante, fonctionne au ralenti, avec de courtes et bruyantes interruptions. Il y a moins de voitures dans les rues, les cafés et les bars ne sont pas bondés comme d’habitude, les voisins communiquent davantage entre eux et sont aimables les uns envers les autres, mais chaque bruit fort fait sursauter les gens, le simple passage d’une ambulance fait tourner toutes les têtes. Sur la plage, quelqu’un installe sa batterie mais dès les premiers sons les gens, sur le qui-vive, ramassent leurs affaires, prêts à partir.

    Lire la suite

  • massacre du camp de réfugiées de SHATI

    Imprimer

    Le massacre du camp de réfugiés de Shati est totalement imputé aux tirs ratés de roquettes du Djihad Islamique

    La version de Tsahal est tardivement validée par la presse à Gaza. Ce sont des roquettes du Djihad Islamique qui sont à l’origine des massacres de Shati. Toute autre interprétation est erronée.  Confirmé à 100%, même le Hamas fait désormais profil bas sur la question.

    http://nanojv.wordpress.com/2014/07/30/shati-djihad-islamique/