judaïsme - Page 2

  • 9 Av et les jours d'après dé-confinement

    Imprimer

    Les jours défilent et, semblent m'avoir englouti, dépassé. D'une inertie presque totale, nous sommes revenus à 2000 à l'heure et pas vraiment le temps de s’arrêter pour écrire.

    Il faut dire qu'avec maintenant 20% de chômage, la pression s'accentue. Je vais au magasin, acheter une bricole - le genre de truc pas franchement utile mais indispensable - la vendeuse qui quelque temps encore m'ignorait ou me snobait, serait prête à me "baiser les pieds" ... pour une dépense d'à peine 10CHf (j'exagère à peine).

    Hier, était le jour sombre de l'histoire juive, Tisha b'av, le neuf du mois d'Av, du calendrier juif et c'est comme le vendredi noir de la bourse. Le jour terrible, Kippour est le jour du Pardon, le 9 Av celui où comme à Kippour, les juifs doivent jeûner, considéré comme le jour le plus triste du calendrier hébraïque. A noter que Yom haShoah, comme Yom Hazikaron, sont des jours tristes mais pas des fêtes (commémorations) religieuses. Le 9 Av restant une "fête" religieuse. Hier, il fait 32 degré (en moyenne) et 78% d'humidité sur Tel-aviv et environs. Plus besoin de Hamman, il vient à la maison. Autant vous dire, que vous êtes  tomber amoureux de votre mazgan ou de votre ventilateur, pendant la journée (mazgan Air conditionné)

    Lire la suite

  • Est-ce que l'antisionisme est rationnel?

    Imprimer

    Je tenterais de répondre, mais c'est vrai que pour une scientifique comme moi, qui préfère les faits aux fantasmes, et n'étant que peu philosophe, ma réponse sera factuelle. Et je répondrais ici: Non, l’antisionisme tout comme l'antisémitisme est irrationnel. Pourquoi?

    Je prendrais deux exemples:

    - une caricature où un soldat israélien (dès fois même un juif au nez crochu) est représenté les mains pleines de sang d'un arabe-palestinien, caricature récurrente, que l'on voit souvent

    - les drapeaux israéliens souvent utilisé avec la croix gammée, pour diaboliser l'était juif.

    Dans ces deux exemples, l'on peut noter que c'est un "fantasme".

    Lire la suite

  • l'Economie israélienne au temps de Corona

    Imprimer

    Debut avril, l'office de la statistique a constaté que le panier moyen a vu une augmentation des prix de plus 0.4%. Les prix des articles suivants ont  augmenté : vêtements et chaussures 3,2 %, fruits frais 1,8 %, logement 0,9 % et nourriture 0,6 %. En résumé, les prix augmentent régulièrement depuis le début de la crise, et les entreprises -principalement- alimentaires en profitent de la pandémie pour augmenter leurs marges, malgré le fait qu'elles engrangent depuis le début de la crise une augmentation de leurs ventes de  40%.

    Dans la foulée, les divers commerçants ont oublié de faire les traditionnelles promotions,  donc les ménages non seulement accablé par la crise et le chômage n'ont bénéficié d'aucune sorte de bouffée d'oxygène.

    Le ministère de l'agriculture lui a annoncé une augmentation du prix  de la farine, ce qui aura pour conséquence une augmentation du prix du pain et autres produits dérivés. Ici, un pain aux graines d'un boulanger est d'environ 20Shekels (un peu plus de 5chf) pour un salaire minimum de 30-35 shekels heure....et personnellement en allant chercher mon pain, et trois brioches au sucre, j'ai payé 34 shekels au lieu des 31 habituel.

     Dernièrement, en janvier (de mémoire) c'est l'électricité qui avait annoncé une augmentation de ses prix, de 5-6%. Les prix ici, augmentent très régulièrement, le marché est très fermé, et il n'y a pas un vrai marché de la concurrence.

    Alors qu'après un mois et quelques semaines de pandémie,  en Israël, on compte environ 1 million de chômeurs, et que  beaucoup  des employés n'ont même pas pu toucher un salaire en mars, ou alors partiel et que même les retraités ont reçu en retard leurs indemnités,  quand aux indépendants....

    Lire la suite