- Page 6

  • La diabolisation d’Israël n’aura-t-elle donc jamais de fin ?

    Imprimer

    L’antisémitisme qui vient Le 30 Novembre 2010, par Bernard-Henri Lévy, pour Le Point

    Mardi 7 Décembre 2010

    La diabolisation d’Israël n’aura-t-elle donc jamais de fin ?

    Trois événements récents, trois signes, obligent à se poser, à nouveau, la question.


    http://www.bernard-henri-levy.com/l’antisemitisme-qui-vient-le-point-02122010-12321.html

    Le 30 Novembre 2010, par Bernard-Henri Lévy, pour Le Point

    L’antisémitisme qui vient

    (Le Point 02/12/2010)

    La diabolisation d’Israël n’aura-t-elle donc jamais de fin ?

    Trois événements récents, trois signes, obligent à se poser, à nouveau, la question.
    D’abord, en France, cette étrange campagne pour le « boycott » qui semble vouloir s’étendre. Il y a des situations, bien sûr, où le boycott se justifie. Et je suis le premier à l’avoir prôné dans les cas où, en gros, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes tourne au droit des tyrans à disposer de leur peuple ou, tout autant, du peuple voisin. Mais dans le cas d’une démocratie comme Israël ? Dans le cas de la seule démocratie du Proche-Orient, c’est-à-dire du seul Etat de la région où les différends politiques puissent se régler par des compromis ? Face à l’une des seules nations au monde qui, à la vieille question de savoir si la démocratie s’improvise, si on peut l’inventer à partir de rien et si elle peut surgir de peuples qui n’ont souvent connu que le totalitarisme ou la tyrannie, a répondu par le miracle d’un régime qui, dès son acte de naissance, fut, en effet, une démocratie ? Et que dire, enfin, de cette punition collective que l’on prétend infliger à un pays qui, dans sa relation à son adversaire politique, c’est-à-dire à la partie palestinienne : a) compte une forte minorité de citoyens prêts à toutes les concessions ; b) en compte une majorité convertie, depuis longtemps, en échange de garanties de sécurité, à la solution des deux Etats ; c) n’a quasi plus un responsable sérieux qui ne soit, bon gré mal gré, résigné à faire le deuil de son utopie et à accepter le partage de la terre. Cette affaire de boycott, qu’il soit économique, sportif ou culturel, n’a pas de sens. Ou, si elle en a un, on frémit d’avoir à l’énoncer tant on est proche, là, de la plus irrationnelle, de la plus folle, de la plus enragée des haines.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Israël 2 commentaires
  • Hanoukah et Gestion des commentaires-

    Imprimer

    deux vidéos sympas: un rap sympa pour Hanoukah et un hip-hop :-) ...et la gestion des commentaires qui a l'air d'échauffer les esprits. Comme je suis habituée aux dérapages du web, c'est vrai que je suis assez restrictives quand aux commentaires. Je les ai toujours modérés. En effet, le sujet est trop délicat et les mots s'emballent vite. Simplement en jetant un coup d'oeil rapide sur les liens proposés par le site de la tdg concernant la modération des commentaires, je n'ai vu que de conseils techniques. Kesako des conseils juridiques?

    Le plus difficiles en effet, c'est bien de discerner le commentaire mal placés, le commentaire qui dérape, le commentaire haineux....et là on surfe sur une ligne bien compliquée et bien difficile. Où se trouve la liberté d'expression et le début de l'insulte ou du commentaire incitatif à la haine?

    je prends exemple le dernier commentaire posté.

    " x-y-z tant d'autres sont des ordures antisémites qu'il conviendrait de neutraliser avant que leur venin ne detruise la france !"

    il existe alors plusieurs alternatives:

    a- rejeté simplement le commentaire

    b- l'accepter tel quel

    c- le modérer.....mais alors comment?

    ici qu'est-ce qui prête à litige?

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Humeur 7 commentaires
  • La fin des "seigneurs de Gaza"...

    Imprimer

    La fin des "Seigneurs de Gaza"

    Par IBRAHIM BARZAK/AP
    30.11.10

    L'assouplissement du blocus de Gaza a permis d'accomplir quelque chose que les frappes aériennes et une barrière souterraine n'ont jamais pu faire : anéantir le trafic d'armes florissant de la bande côtière. Maintenant qu'une bonne partie des biens de consommation peuvent à nouveau être importés à Gaza - après trois ans de restrictions - la plupart des centaines de tunnels de contrebande qui alimentaient autrefois l'enclave palestinienne sont aujourd'hui fermés. Selon un haut-responsable du Hamas, seuls une petite dizaine seraient encore utilisés, comparé aux quelque 400 d'avant.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Israël 2 commentaires