l'Economie israélienne au temps de Corona

Imprimer

Debut avril, l'office de la statistique a constaté que le panier moyen a vu une augmentation des prix de plus 0.4%. Les prix des articles suivants ont  augmenté : vêtements et chaussures 3,2 %, fruits frais 1,8 %, logement 0,9 % et nourriture 0,6 %. En résumé, les prix augmentent régulièrement depuis le début de la crise, et les entreprises -principalement- alimentaires en profitent de la pandémie pour augmenter leurs marges, malgré le fait qu'elles engrangent depuis le début de la crise une augmentation de leurs ventes de  40%.

Dans la foulée, les divers commerçants ont oublié de faire les traditionnelles promotions,  donc les ménages non seulement accablé par la crise et le chômage n'ont bénéficié d'aucune sorte de bouffée d'oxygène.

Le ministère de l'agriculture lui a annoncé une augmentation du prix  de la farine, ce qui aura pour conséquence une augmentation du prix du pain et autres produits dérivés. Ici, un pain aux graines d'un boulanger est d'environ 20Shekels (un peu plus de 5chf) pour un salaire minimum de 30-35 shekels heure....et personnellement en allant chercher mon pain, et trois brioches au sucre, j'ai payé 34 shekels au lieu des 31 habituel.

 Dernièrement, en janvier (de mémoire) c'est l'électricité qui avait annoncé une augmentation de ses prix, de 5-6%. Les prix ici, augmentent très régulièrement, le marché est très fermé, et il n'y a pas un vrai marché de la concurrence.

Alors qu'après un mois et quelques semaines de pandémie,  en Israël, on compte environ 1 million de chômeurs, et que  beaucoup  des employés n'ont même pas pu toucher un salaire en mars, ou alors partiel et que même les retraités ont reçu en retard leurs indemnités,  quand aux indépendants....

Les indépendants, eux,  ont pour la plupart  reçu aucune indemnité. Le fait est que le gouvernement -enfin presque mais pas tout à fait formé- n'a pas pu encore voter les budgets ad-hoc. Les chanceux, ceux qui ont pu toucher le graal, ont reçu en moyenne  4000 shekels, lorsque l'on sait que cela ne couvre même pas un loyer....

L'état via les banques a ouvert des prêts, dont l'état ne garanti que 15%*, les banques croulent sur les demandes, plus de 40'000  ont été déposées, et pour l'instant les banques trient et c'est seulement  ceux qui sont qui ont des meilleurs chances de remboursement qui pourront en bénéficier, quand aux autres....cela me rappelle ce dicton:  les banques prêtent des parapluies par beau temps et vous l'enlèvent lorsqu'il pleut.

Question banque, les réserves de la Banque Centrale Israélienne s’élèvent uniquement en devises à fin février 2020 à 131 milliards de dollars. Les réserves obligatoires en monnaie locale s’élèvent à 9% de tous les dépôts dans les banques israéliennes. C’est une règle obligatoire. Israël a une dette de 60% du PIB. 

A titre de comparaison, en Suisse la part du budget pour l'alimentation est d'environ 10- 12%, en Israël de 40%. C'est énorme, les prix sont très élevés. Aujourd'hui en avril, beaucoup de foyer ont perdu jusqu'à 100% de leurs revenus, et en moyenne de 40%. Et la crise va surement laisser des traces longtemps  dans les esprits, et dans les portemonnaies...
 
Ici, la solidarité israélienne, ne se fait pas sentir au niveau économique, le jour de Yom HaShoah, nous a rappelé que 25% des derniers survivants vivaient en dessous du seuil de pauvreté, et qu'en plus, beaucoup à cause des mesures de confinement, étaient esseulés. Sauf imprévu, aucune entreprise israélienne n'a  mis la main aux portemonnaie pour soutenir les privés ou l'état à traverser la crise. Je profite pour remercier  Amazon qui a fait un don de 300,000 dollars pour aider Israël dans la lutte contre le coronavirus. Voilà sinon ben,  en Israël, il faut vous débrouiller, mais beaucoup craignent que la vie d'après s’avérera TRES difficile.

* on parle d'augmenter cette part à 30%....

 

photo crédit : @pataline.life suivez moi sur instagram, photo 2019 , jaffa graphiti sur un store lorsque le marché aux puces est fermé

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel