17/08/2018

vendredi - avant Shabbat

Vendredi avant Shabbat, il est d'habitude que les israéliens, fassent leurs courses, avant Shabbat vendredi soir, car le vendredi vers 15h00-16h00, tout s'arrête puisque les bus et les trains vont eux aussi respecter le Chabbat.

 

Lire la suite

29/06/2015

10 choses à savoir sur Israël

Vous pensiez bien connaître Israël, voici 10 notions que vous pourrez rajouter à votre culture générale.

1 Israël est le seul pays au monde à être entré dans le 21ième siècle avec plus d’arbres qu’au siècle précédent

2. Avec 3000 entreprises dans la High-tech et start-up, Israël détient le record de la plus forte concentration d’entreprises de ce type dans le monde après la Silicon Valley

3. La clé USB, inventée par Israël

4. Israël est l’une des trois seules démocratie au monde qui ne possède pas de constitution

5. La colle sur les timbres israélien est cacher

suite sur :http://coolamnews.com/10-choses-que-vous-ne-saviez-sans-dou...

17/05/2015

yom yeroushalaim jolies photos

Yom Yeroushalaim : « Jérusalem, capitale éternelle d’Israël » pour 92% des Juifs israéliens

Selon les résultats de l’enquête, 92% des sondés sont en faveur du maintien de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, alors que les 8% des sondés restants estiment qu’Israël devrait déplacer sa capitale à Tel-Aviv.

source :http://www.lemondejuif.info/2015/05/yom-yeroushalaim-jeru...jerusalem.jpg

voir plus de photos sur http://alyaexpress-news.com/2015/05/26-superbes-photos-de...

ou

http://blogs.timesofisrael.com/jerusalem-then-and-now-a-j...

JERUSALEM.jpg

14/05/2015

un peu d'humour (après le houmous)

site juif.org

hypocrisie-internationale-1431334736.jpg

18/02/2015

10 top places to see israels spring flowers

Right now is the peak season for Israel’s brilliant wildflowers. Try these spots for some of the best viewing of anemones, cyclamen, irises and more.

sraelis really love their kalanit (anemone), rakefet (cyclamen), narkis (narcissus), tourmus (lupine) and other wildflowers. They love them so much that they almost picked them into extinction, but in the past 50 years legislation and education have assured that springtime in Israel is a riot of color just about everywhere you look.

For those who are lucky enough to be in Israel during the peak wildflower season of mid-February to late March, ISRAEL21c offers this list of 10 awesome sites to see beauty growing wild.

Our recommendations come from two experts: Elisha Mizrahi of Keren Kayemeth LeIsrael-Jewish National Fund (KKL-JNF) and professional photographer Yehoshua Halevi, who is working on an ebook about photographing Israel through the seasons.

They tell ISRAEL21c that it’s not just wildflowers but also blossoming fruit trees that make this time of year so spectacular. Look for almond and cherry blossoms as you travel the country.

1.Scarlet South Festival 

There’s still some time to take advantage of the yearly Scarlet South Festival in the northwestern Negev, produced in conjunction with KKL-JNF. Each Friday (from 9 to 3) and Saturday (9 to 4) throughout February, the public is invited to enjoy free tours through the red carpets of anemones in the Reim Recreation Area and the Ruhama Forest. But if you miss the festival, there’s still plenty of color to see in March and April.

flowers6.jpg

http://www.israel21c.org/headlines/top-10-places-to-see-i...

27/01/2015

On entendait les cris des gens dans les chambres à gaz

Avant le 70e anniversaire de la libération du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz, nous avons rencontré une rescapée. Esther Bejarano, 90 ans, doit sa vie à la musique. Sélectionnée pour jouer de l'accordéon dans l'orchestre des femmes du camp, elle a ainsi échappé aux chambres à gaz. Voici le script de son interview, réalisée chez elle à Hambourg le 19 janvier 2015.

 

Le voyage jusqu'à Auschwitz était déjà une épreuve terrible. On était entassés dans des wagons à bestiaux, il n'était pas possible de respirer, l’air était terrible. Il n'y a avait pas de toilettes, on devait utiliser un saut, le faire devant tout le monde. C’était humiliant, il n'y avait aucune dignité.

Et puis, il y avait beaucoup de personnes âgées dans ces trains. Moi j'étais jeune, j’avais 18 ans. Mais beaucoup de ces personnes âgées n'ont pas survécu, elles sont mortes pendant le transport.

Quand on est arrivé à Auschwitz, sur la "rampe juive" comme on l’appelait, il y avait trois hommes en civil. Ils nous ont dit: "vous êtes arrivés dans un camp de travail". On ne savait pas où on était, mais on nous a dit que tous ceux qui ne pouvaient pas bien marcher, qui étaient malades, les femmes enceintes, les femmes avec des petits enfants, tous ceux là devaient monter dans des camions, qu'on les amènerait comme ça jusqu'au camp. Et nous, on s'est dit: si on les amène en camion, et que les jeunes seulement doivent marcher, ça ne doit pas si grave que ça…suite

http://geopolis.francetvinfo.fr/bureau-berlin/2015/01/22/on-entendait-les-cris-des-gens-dans-les-chambres-a-gaz.html

IMG_5045-600x600.jpg

25/01/2015

La vie contre les pulsions mortifères de la société

La vie contre les pulsions mortifères de la société »

À l’heure où le terrorisme cible les Français de confession juive, quel est l’avenir d’une présence juive en France ? Le Grand rabbin de France, Haïm Korsia, invite à choisir l’effort et l’espoir pour fortifier notre démocratie.

Quelle signification la mobilisation de la France, le 11 janvier dernier, revêt-elle à vos yeux ?

Le réveil des silencieux. Il y a une grande phrase d’Einstein : « Le risque n’est pas simplement le mal que les méchants peuvent faire, mais encore le silence des justes. » Et là, il y avait ces justes, qui se taisaient, se terraient, et qui se sont exprimés en marchant, dans un silence fait de respect et de dignité, sans slogan. Ce silence a dû ressembler à celui, tel que je l’imagine, de la marche du 28 août 1963 à Washington, autour du pasteur Martin Luther King. Il s’est accompli un réveil de la conscience de ce qu’est la France.

Assez rapidement, l’unanimité derrière cette marche s’est toutefois dissoute.

Oui, notre culture est la culture du débat. Nous ne pouvons pas être d’accord, sinon nous ne serions pas français ! Donc débattons, oui, avec fraternité.

Vous-même, au cœur du débat actuel sur la définition de la liberté d’expression, quelle position adoptez-vous vis-à-vis de la moquerie à l’égard du sacré ?

C’est simple : la loi dit oui, c’est oui ; la loi dit non, c’est non. En France, la loi autorise à se moquer du religieux et des religieux. Nous sommes moqués, caricaturés… et alors ? On ne lit pas, c’est tout. Par ailleurs, permettez-moi d’évoquer un récit, justement, religieux. Dans un passage du Pentateuque (Nombres, 13), Moïse envoie des explorateurs vers la Terre promise. Ils reviennent en décrivant un pays formidable, où coule le lait et le miel… mais, disent-ils, le peuple là-bas est si grand, si fort, que ni nous ni Dieu ne pourrons rien contre lui. À cause de ce « mais », de la réaction du peuple qui se met à pleurer, les Hébreux erreront quarante ans dans le désert, et la génération qui s’est lamentée n’entrera pas en Terre promise. Elle n’était pas prête. En affirmant que la liberté d’expression existe, mais… vous l’avez déjà contredite. Si votre mari vous dit : « Je t’aime, mais ta mère, je ne la supporte pas », vous vous braquez tout de suite. Si vous aimez quelqu’un, même la belle- mère vous l’avalez. Si l’on commence à dire « Oui à la liberté d’expression, mais… », elle n’existe plus. Ce qui importe, c’est la loi. Nous sommes un État de droit, nous avons cette chance. Les juges disent que c’est permis – ça l’est. Ils disent que ce n’est pas permis, ça ne l’est pas. C’est simple.

Suite : http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/la-vie-contre-les-pulsions-mortiferes-de-la-societe-21-01-2015-4481_118.php