22/07/2010

les couleurs juives des super-héros

superber.jpgBERLIN — Si on avait laissé Superman agir à sa guise, Hitler aurait été traîné devant un tribunal de la Société des Nations à Genève dès 1940, et il n'y aurait jamais eu d'Auschwitz.


C'est du moins l'un des arguments défendus par l'exposition "Héros, monstres et super-rabbins -- Des BD aux couleurs juives", qui se tient jusqu'au 8 août au Musée juif de Berlin. Plus de 200 dessins originaux y sont présentés, dont certaines raretés.

Hulk, Batman, Superman ou encore Spiderman, les figures les plus connues du panthéon des "comics" américains ont tous pour créateur des descendants de familles juives émigrées d'Europe, souligne cette manifestation consacrée à 45 des plus éminents dessinateurs de BD.

L'âge d'or des BD de super-héros a démarré dans les années 1930-1940, et leurs premières aventures baignent dans cette période troublée. Adolf Hitler et le régime nazi y sont combattus en image, bien avant que les Américains ne prennent les armes contre eux.

"Le but de l'exposition n'est pas de faire des +comics+ une spécialité juive", avertit Anne Hélène Hoog, commissaire de l'exposition. "Il s'agit de se demander pourquoi tant de dessinateurs étaient juifs, et quels thèmes les préoccupaient".

Ainsi dès février 1940, pratiquement deux ans avant l'attaque de Pearl Harbor par les Japonais, alliés des Allemands, qui décida les Américains à s'impliquer dans la deuxième guerre mondiale, Jerry Siegel et Joe Shuster laissaient Superman régler son compte à Hitler dans "Comment Superman mettrait fin à la guerre".

"Je te collerais bien un coup de poing purement non-Aryen dans la mâchoire, mais le temps presse !", lance Superman à un Hitler qui n'en mène pas large, alors qu'il le livre à la Suisse, où il sera jugé, de même que Staline pour faire bonne mesure.

Un mois plus tard, Jack Kirby (de son vrai nom Jacob Kurtzberg) et Joe Simon imaginent que Captain America déjoue un projet d'invasion par les Nazis, assénant au passage une claque magistrale à Hitler, sur une couverture restée célèbre.

Les super-héros étaient souvent, à l'image de leur créateur, des personnes un peu marginaux, au patriotisme singulièrement développé, comme souvent chez les immigrants, explique Mme Hoog.

"Il est évident que des jeunes gens -- surtout parmi les enfants d'immigrants, des gens pauvres, des réfugiés -- ont été choqués par la misère, la peur, la violence, l'injustice et finalement l'extermination qui se déroulait alors dans le monde", précise-t-elle. "Dans les années 30 on avait bien besoin de super héros!"

Même si aucune des figures de proue des comics n'est ouvertement juive, leurs aventures étaient truffées d'allusions à l'Ancien testament, relève Cilly Kugelmann, directrice de la programmation du Musée juif.

"Comme Moïse, Superman est un bébé abandonné élevé par les gens qui l'ont trouvé", cite-t-elle en exemple. On trouve également des traits empruntés aux mythologies grecque et germanique, précise-t-elle.

Mais après la guerre, les auteurs juifs de BD n'ont abordé qu'assez timidement le thème de l'Holocauste, du moins jusqu'à la publication du chef d'oeuvre en deux volumes d'Art Spiegelman, "Maus", en 1986 et 1991.

L'ambition artistique de l'oeuvre, qui raconte comment a survécu le père de Spiegelman, un juif polonais, et leurs relations compliquées teintées de culpabilité et de rage, a révolutionné le genre.

L'ironie et l'autodérision, traits caractéristiques de l'humour juif, ne sont jamais loin non plus, note Mme Hoog, comme le montrent "Les aventures de Rabbi Harvey", le shérif talmudique du Colorado, ou la statue "Même les super-héros ont des jours sans", représentant Superman s'écrasant la tête la première sur le pavé, à l'entrée du musée.

L'exposition berlinoise a été conçue avec les musées d'histoire juive de Paris et Amsterdam, qui en ont chacun présenté une version plus réduite.

copié de http://www1.alliancefr.com/a-berlin-une-exposition-fait-briller-les-couleurs-juives-des-super-heros-news0,15,10893.html

18:48 Écrit par Rose Tel-aviv dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

02/07/2010

l'art tel-aviv

Maintenant que je vous ai dit comment vous pouvez voyager pas cher pour Tel-aviv, je vous fait une toute petite note sur les musées, non -exhaustif. Je vous laisse découvrir et surfer sur ces différents liens, afin de vous donner une image israélienne plus proche de la vérité que celle trop souvent diffusée dans les médias.

C'est cette emulsion de création que j'aime en Israël, le nombre de créatifs, de créations, d'artistes qui foisonnent le pays et qui en font sa richesse....Toujours en mouvement en recherche...un pays qui avance, qui bouge.....

J'aime l'art, la peinture surtout, dès fois je gribouille, mais ce n'est vraiment pas terrible.

J'ai visité le musée d'art contemporain et je ne sais plus.... :-) mais il y a plein d'artistes et c'est dommage de ne pas chercher à les connaître un peu plus... J'espère que vous ferez un tour sur ces sites et que vous aimerez et que cela vous donnera envie de venir visiter!!!

Shabbat Shalom

©rose.telaviv

gallery-869716.jpghttp://www.gutmanmuseum.co.il/

http://www.omanut.info/

http://arterview.com/

http://artgalleriesintelaviv.tumblr.com/

http://oh-so-arty.blogspot.com/

http://www.tamuseum.com/

gallery-965387.jpgphoto:

http://www.sommergallery.com/

à gauche: Alona Harpaz - Selected Works

dessous :Sharon Ya'ari

09:50 Écrit par Rose Tel-aviv dans tel-aviv | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

24/11/2009

bodyworld aussi en Israel

Je dois voir des psychopath partout, car pour moi, Mister Van Hagen en est un. Embomé des corps pour les exposé révelent pour moi d'un grave problème psychologique. Non, seulement je trouve cela gravement dégoutant, mais en plus vraiment affreux.
Comment déondologiquement peut-on se servir d'un corps mort à des fins ...pseudo-artistiques?

http://www.bodyworlds.co.il/BW-Exhibition1.htm

 

Le site nous explique que le but, l'objectif est de faire découvrir le corps et ses propriétes...blabla...je dois être rétrogade, regarder des morts totalement écorchés ou écharpés? (enlever la peau ? ) à un côté profondement morbide. Non?

http://www.bodyworlds.com/en/exhibitions/mission_exhibitions.html

 

petite râlerie du matin ;-)

09:48 Écrit par Rose Tel-aviv dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook