Solidarité

  • Manifesto gazaouis

    Imprimer

    je donne ici le lien d'une autre voie-voix pour Gaza (je décline toute responsabilité quand aux propos des jeunes gazaouis, mais il me semblait intéressant de relever le message:

     

    Merde au Hamas. Merde à Israël. Merde au Fatah. Merde à l’ONU et à l’Unrwa (1). Merde à l’Amérique ! Nous, les jeunes de Gaza, on en a marre d’Israël, du Hamas, de l’occupation, des violations permanentes des droits de l’homme et de l’indifférence de la communauté internationale.

    Nous voulons crier, percer le mur du silence, de l’injustice et de l’apathie de même que les F16 israéliens pètent le mur du son au-dessus de nos têtes, hurler de toute la force de nos âmes pour exprimer toute la rage que cette situation pourrie nous inspire. Nous sommes comme des poux coincés entre deux ongles, nous vivons un cauchemar au sein d’un autre cauchemar. Il n’y a pas d’espace laissé à l’espoir, ni de place pour la liberté. Nous n’en pouvons plus d’être piégés dans cette confrontation politique permanente, et des nuits plus noires que la suie sous la menace des avions de chasse qui tournent au-dessus de nos maisons, et des paysans innocents qui se font tirer dessus simplement parce qu’ils vont s’occuper de leurs champs dans la zone «de sécurité», et des barbus qui se pavanent avec leurs flingues et passent à tabac ou emprisonnent les jeunes qui ont leurs idées à eux, et du mur de la honte qui nous coupe du reste de note pays et nous enferme dans une bande de terre étriquée.

    On en marre d’être présentés comme des terroristes en puissance, des fanatiques aux poches bourrées d’explosifs et aux yeux chargés de haine ; marre de l’indifférence du reste du monde, des soi-disant experts qui sont toujours là pour faire des déclarations et pondre des projets de résolution mais se débinent dès qu’il s’agit d’appliquer ce qu’ils ont décidé ; marre de cette vie de merde où nous sommes emprisonnés par Israël, brutalisés par le Hamas et complètement ignorés par la communauté internationale.

    suite sur : http://gazaybo.wordpress.com/manifesto-french-2/

  • Explorer le vrai pardon: Genocide Rwanda

    Imprimer

    CINÉMA • Le  festival Cinémas d'Afrique s'ouvre ce soir à Lausanne. Un film rwandais traite du génocide et de ses conséquences. Rencontre avec son réalisateur, Joël Karekezi.

     

    Dans Imbabazi, le pardon, de Joël Karekezi, le génocide de 1994 a brisé l'amitié entre Manzi et Karemera. Le premier, génocidaire, a massacré la famille du second. Quand Manzi sort de prison, Karemera cherche à le retrouver, pour qu'il soit condamné à perpétuité. Entretien.

    Vous êtes vous-même un rescapé du génocide.

    Joël Karekezi: Oui, j'avais huit ans et vivais à Gysenyi avec mon père, mon frère et ma soeur. Mon père a été tué, nous sommes partis au Congo puis revenus à Kigali, où je vis toujours. J'y ai ma société de production et de nombreuses collaborations.

    Le film a été tourné en anglais, alors que le Rwanda est francophone.

    J'ai terminé le scénario en anglais, co-écrit avec un Américain, Casey Schroen. Le film a été tourné en Ouganda, où l'on parle anglais. Je voulais le faire dans une langue internationale pour qu'il soit visionné dans beaucoup de pays. Il a été sélectionné dans vingt -cinq festivals, distribué en Amérique du Nord, eu des diffusions TV en Afrique et en France. Les diffusions en salles sont difficiles pour des films à petit budget comme le mien.

    Le Pardon était le titre de votre court-métrage.

    Il dure treize minutes, mais j'ai réalisé qu'il était difficile à comprendre. J'ai alors élargi l'histoire pour que les spectateurs puissent saisir ce qui s'est passé avant et après le génocide.

    - See more at: http://www.cicad.ch/fr/autres-actualit%C3%A9s/explorer-le-vrai-pardon.html#overlay-context=fr/autres-actualit%25C3%25A9s/le-hamas-menace-les-compagnies-a%25C3%25A9riennes-desservant-tel-aviv.html

  • Émeutes à Jérusalem

    Imprimer

    (5 juillet)

    Des émeutiers arabes masqués se sont affrontés avec les forces de sécurité dans plusieurs quartiers de Jérusalem-Est.

    Les affrontements ont éclaté vendredi soir dans les quartiers de Shuafat, Isawiyya, Wadi Joz, Abu-Tor et Umm Tuba entre arabes masqués et forces de sécurité à Jérusalem-Est. Mercredi et jeudi dernier, les émeutiers avaient lancé des  bombes incendiaires et des pierres sur les forces israéliennes et sur la presse en scandant des chants antisémites.Trois stations de tramway de Jérusalem avaient été incendiées.

    source et suite http://www.tel-avivre.com/2014/07/05/emeutes-a-jerusalem/


  • A Paris, juifs et musulmans réunis contre la haine

    Imprimer

    Dimanche 3 août dans l’après-midi, sur le parvis de la mairie du 1er  arrondissement de Paris, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées de manière pacifique, pour dénoncer la montée de haine en France.

    Lire la suite

  • Il faut plus que des mots

    Imprimer

    Il faut plus que des mots

    Des sentiments mitigés, du choc à la culpabilité en passant par le soulagement

    Dans le service de rééducation de l’hôpital ‘Haïm Sheba il y a foule : des centaines de bénévoles ont suspendu des pancartes et accroché des banderoles pour les soldats blessés, leur distribuant gâteaux, muffins et livres et chantant pour eux. „Nous sommes tout simplement submergés par le nombre de volontaires et avons même dû demander à certains de partir“ explique le professeur Ari Shamiss, chef de service du centre médical. Il vient tout juste de décliner l’offre d’une organisation qui voulait apporter de la soupe aux soldats blessés. „Par cette chaleur, nos garçons  préfèrent l’eau fraîche à la soupe“ nous dit le professeur Shamiss avec un petit sourire. Coordonner les aides n‘est pas toujours chose aisée.

    L’hôpital ‘Haïm Sheba traite actuellement 29 soldats et une famille palestinienne avec plusieurs enfants blessés au cours des combats. „Parmi les soldats, dix ont des blessures relativement graves“ déclare le chef de service, toutes sont dues soit à des tirs de snipers soit à des charges explosives.

     

    Lire la suite

  • Les gisements gaziers d’Israël sont très convoités

    Imprimer

    Une grande partie des gisements gaziers au nord d’Israël devrait être acheminée par une conduite en mer à Idku en Egypte. La compagnie gazière et pétrolière britannique BG Group et les partenaires du gisement gazier Leviathan travaillent actuellement à la signature, d’ici la fin de l’année, d’un contrat de sept milliards de mètres cubes de gaz naturel par an sur une période de 15 ans. D’après une source bien informée, le contrat porte sur une somme de 30 milliards de dollars, ce qui en fait le plus gros contrat jamais signé dans l’histoire d‘Israël.

    Levant_Basin_credit_us_energy_information_administration-560x439-carte.png

    Lire la suite

  • et les chrétiens d'Irak?

    Imprimer

    Humeur:

    la communauté internationale ne s'intéresse pas à la cause de persécution des Chrétiens d'Irak, en préférant mettre son attention sur le conflit israelopalestinien et soutenir le Hamas (pourtant coupable de crimes contre l'humanité: boucliers civils et missiles contre la population civile et également de persécution des chrétiens).

    Il y a aussi le problème des mutilations génitales chez les femmes dont on ne parle pas (concerne 4 millions de femmes).