judaïsme

  • Cinq minutes avant Shabbat

    Imprimer

    En Israël, c'est la période des fêtes, et entre une fête, c'est Shabbat. Et les fêtes, c'est un peu comme un Shabbat: les magasins ferment vers 15hoo, et aussi les transports publics s'arrêtent. Les bus vont stopper une bonne heure avant la tombée de la nuit, et puis reprendront après la tombée de la nuit suivante. Tout le monde s’affaire à trouver ou chercher les dernières nécessités, comme si acheter une paire de chaussettes était une question de survie.  C'est la folie des derniers instants: une ambiance bien particulière.

    Et en cette période de fête, elle se répète inlassablement, tout le monde court, on s'arrête, on court, on s'arrête, court, s'arrête....

    IMG_4687.JPG

    Lire la suite

  • L'hébreu: c'est de l'ivrit

    Imprimer

    Il y a encore quelques années, je rêvais de parler ou de lire l'hébreu, et mon objectif était de pouvoir lire Grossman, mon auteur préféré en hébreu, autant vous écrire, qu'aujourd'hui, que je suis très loin très loin de mon objectif.

    Hier encore, j'étais à "Tambour" (chaîne de magasin de bricolage). Dans ce magasin , grand comme un mouchoir de poche, nous étions 3 clients, 4 avec le magasinier, et nous parlions tous l'hébreu comme des chiens battus. Il y avait un côté tordant (drôle) et à la fois pathétique. Nous étions tous, pas de prime jeunesse, les deux personnes devant moi, étaient sans aucun doute à la retraite.  Les personnes utilisaient "machou" (truc, chose) pour parler de joint ou de vis. Moi, avant d'aller, j'avais bien vérifié comme dire "tuyau" (Tzinor) pour savoir quoi demander.

    Cette frustration quotidienne, et d'autant plus énervante, que j'ai étudié l'hébreu. Souvent, longtemps, beaucoup plus qu'une autre langue. L'hébreu, ce n'est pas facile. La maîtriser est un art, d'autant plus que les israéliens sont friands du slang = argot. En ce moment, j'entends souvent l'expression "ze tziporim" (c'est des oiseaux). Ce qui signifie : c'est des histoires.

    Lire la suite

  • Impair, manque et passe ! ou délires post-pré-électoral

    Imprimer

    Toute la semaine a été, suspendue à l'échéance de la formation du gouvernement, qui au fil des jours est devenue une réalité: le nouveau gouvernement ne sera pas.

    Nettanyahu a failli. Embourbé dans ses affaires, entêté, cherchant désespérément à faire voter sa loi d'immunité. Il a perdu de vue l'essentiel, et  BN n'a pas réussi à former son gouvernement.

    Au bord de la crise d'apoplexie, le premier ministre (mais peut-on encore l'appeler ainsi?)  a proposé d'ouvrir des doubles  ministères : deux ministres pour un fauteuil !  Mercredi desespéré, BN à 3heures de l'échéance,  a même  proposé à Avoda (parti du travail !) , deux ministères pour pouvoir former sa coalition. Comprenne qui pourra!

    Lieberman est resté sur ses positions, celle de sa campagne qui est la circonscription pour les Haredim,  pour que tous les citoyens israéliens  soient égaux, pas de passe droit pour les ultra religieux. Il est resté droit dans ses bottes.

    Résultat : le 17 septembre de nouvelles ? élections auront lieu. Nouvelles, car on prend (presque) les mêmes et on recommence.

    Lire la suite