06/10/2014

Most Gaza UNRWA Staff are Hamas Supporters

from Daniel Greenfield, a Shillman Journalism Fellow at the Freedom Center, is a New York writer focusing on radical Islam. He is completing a book on the international challenges America faces in the 21st century.

A little basic context for all the stories about UNRWA schools being shelled and rockets being found in UNRWA schools. There’s a perfectly good reason for that.

Most UNRWA employees in Gaza are local Hamas supporters.

Palestinians employed by the United Nations Relief and Works Agency, the U.N.’s  main aid arm in Gaza, elected candidates affiliated with the terror group Hamas to 25 out of 27 seats on a union board that represents ten thousand UNRWA workers.

That’s not a big surprise to the UNRWA which knows quite well who runs things in Gaza.

lire http://www.frontpagemag.com/2014/dgreenfield/reminder-most-gaza-unrwa-staff-are-hamas-supporters/

05/10/2014

une recette : confiture d'étrogim

de Stephane Laik sur http://www.leptithebdo.net/2014/10/05/confiture-detroguim/

Pour enlever l’amertume de la peau, la préparation demande un peu de temps

mais le résultat est délicieux…

etrog2.jpg

  • laver et brosser les étroguim puis laisser tremper toute une nuit dans l’eau froide.

  • le lendemain, changer l’eau, brosser de nouveau et remettre à tremper une journée.

  • changer l’eau, peler puis couper en tranches assez fines. Enlever les pépins.

  • dans une marmite, bien faire bouillir uniquement 2 litres d’eau avec les tranches et arrêter dès que les tranches deviennent translucides.

  • jeter l’eau, rincer les tranches d’étroguim dans une grande passoire.

  • rincer la même marmite, mettre les tranches d’étroguim avec 1 kg de sucre semoule et juste recouvrir d’eau. Remuer.

  • porter à ébullition et laisser mijoter à feu doux jusqu’à obtenir un sirop et des tranches presque transparentes. En fonction rajouter de l’eau.

  • Mettre en bocaux encore chaud.

  • Utiliser cette délicieuse confiture pour décorer une tarte ou un dessert, couper en petits cubes dans votre cake classique, avec un gâteau au chocolat, sur de la glace et pourquoi pas en tajine avec du poulet.


15:29 Écrit par Rose Tel-aviv dans Culture, Israël, Vie juive | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

04/10/2014

le hashtag d'activistes pro-palestiniens pour comparer Israël à Daech

#JSIL : le hashtag d'activistes pro-palestiniens pour comparer Israël à Daech:

je vous communique cet article intéressant, évidement, je conteste cette sémantique nauséabonde, qui ne fait que détourner des actes et des situations  sans aucune commune mesure ni idéologie.

article :

Ce hashtag participe à la bataille sémantique dans le conflit israélo-palestinien.

 #JSIL est un acronyme en anglais pour Jewish State of Israel in the Levant, autrement dit en français l'Etat juif d'Israël dans le Levant. Cela fait référence à l'appellation anglo-saxonne de Daech, l'Etat islamique en Irak et au Levant. Un hashtag propice à la controverse pensé par des activistes pro-palestiniens qui font eux-mêmes écho à la comparaison de Benyamin Netanyahu en début de semaine à la tribune des Nations Unies. Le Premier ministre israélien comparait le Hamas à Daech.

Israël, le Hamas, Daech, le poids des mots, le choc des comparaisons. Il y a déjà eu près de 20.000 tweets avec ce hashtag. Max Blumenthal et Rania Khalek, les initiateurs de ce hashtag qui compare donc les actions du gouvernement et de l'armée israélienne à celle de l'organisation Etat islamique n'hésitent pas à retweeter tous les messages qui le contiennent pour le faire apparaitre dans les tendances du réseau social.

Si Twitter participait déjà cet été à la guerre médiatique, la guerre des images entre Israël et le Hamas à Gaza, cela continue avec ces mots qui sont aussi des armes. Et ce, au fil du conflit. Faut-il dire "colonie ou "implantation", "territoire occupé" ou "territoire disputé" ou encore "clôture de sécurité" ou "mur de l'apartheid" ?

- See more at: http://www.cicad.ch/fr/autres-actualit%C3%A9s/jsil-le-hashtag-dactivistes-pro-palestiniens-pour-comparer-isra%C3%ABl-%C3%A0-daech.html#overlay-context=fr/anti-semitism-news/sale-juif-sur-un-terrain-de-football.html

l'article orignal http://www.franceinfo.fr/emission/france-info-numerique/2014-2015/jsil-le-nouvel-hashtag-d-activistes-pro-palestiniens-pour-comparer-israel-daech-02-10

(note préenregistrée)

03/10/2014

Yom Kippour et guerre de kippour

Le 6 octobre 1973, en pleine fête juive du Yom Kippour, Israël subit une attaque simultanée de l’Égypte et de la Syrie dans la péninsule du Sinaï et sur le plateau du Golan. Territoires occupés par Israël depuis la guerre des Six Jours. Retour sur cette guerre.

http://www.ina.fr/contenus-editoriaux/articles-editoriaux/la-guerre-du-kippour/

Que s'est-il réellement passé lors de la "Guerre de Kippour"?

par Israel Shamir

http://www.counterpunch.org/2012/02/22/what-really-happened-in-the-yom-kippur-war/

 J'ai récemment reçu à Moscou une chemise bleu-marine datée de 1975, qui contenait l'un des secrets les mieux gardés de la diplomatie  du Moyen Orient et  des USA. Le mémoire rédigé par l'ambassadeur soviétique au Caire Vladimir M. Vinogradov,  apparemment le brouillon d'un rapport adressé au Politbureau soviétique décrit la guerre d'octobre 1973 comme un complot entre les dirigeants israéliens, américains et égyptiens, orchestré par Henry Kissinger. Cette révélation va vous choquer, si vous êtes un lecteur égyptien. Moi qui suis un Israélien et qui ai combattu les Égyptiens dans la guerre de 1973, j'ai été choqué aussi, je me suis senti poignardé, et je reste terriblement excité par l'incroyable découverte. Pour un Américain cela pourra être un  choc.

lire sur

http://www.israelshamir.net/French/Collusion-Fr.htm

02/10/2014

Jew people in Middle East

#jew #population #middleeast

41 children killed in Syria school bombing

A twin bomb attack on a primary school in the government-controlled city of Homs underlines fears about security

Two car bombs exploded in the central Syrian city of Homs on Wednesday afternoon near a school killing 48 people including 41 children.

The explosions took place as children were leaving school at the end of classes on Wednesday in a neighbourhood dominated by minority Alawites, a Shiite offshoot sect that President Bashar al-Assad belongs to.

The first blast was from a car bomb and was detonated in front of the Ekrimah primary school, followed minutes later by a suicide bomber who drove by and detonated his vehicle, state televison reported.

- See more at: http://www.middleeasteye.net/news/blast-syria-school-kills-18-including-10-kids-421191049#sthash.IOszpxGU.dpuf

 

01/10/2014

Un haut responsable du CGRI y évoquait l’implication militaire de l’Iran en Syrie et la création d’un « second Hezbollah »

Un rapport de média iranien supprimé après publication : Un haut responsable du CGRI y évoquait l’implication militaire de l’Iran en Syrie et la création d’un « second Hezbollah »

MEMRI Middle East Media Research Institute

lundi 29 septembre 2014

Il arrive que les médias iraniens publient des rapports qui ne servent pas la position politique du régime. Dans ce cas, les articles sont sommairement supprimés des sites affiliés au régime où ils sont apparus, généralement immédiatement après publication. Le rapport suivant, sur l’implication militaire de l’Iran en Syrie, est le premier d’une série sur les publications iraniennes supprimées.

Il arrive que les médias iraniens publient des rapports qui ne servent pas la position politique du régime. Dans ce cas, les articles sont sommairement supprimés des sites affiliés au régime où ils sont apparus, généralement immédiatement après publication.

Le rapport suivant, sur l’implication militaire de l’Iran en Syrie, est le premier d’une série sur les publications iraniennes supprimées.

L’agence de presse iranienne Fars a publié, puis supprimé, un article sur les déclarations d’un commandant du CGRI concernant la participation militaire iranienne en Syrie

Le 4 mai 2014, l’agence de nouvelles Fars, proche du Corps des Gardiens de la Révolution (CGR), publiait un discours de Hossein Hamedani, ancien commandant du CGR dans la province de Téhéran, prononcé à l’occasion d’une conférence du régime dans la province de Hamedan, à l’ouest du pays. Dans son intervention, Hamedani révèlait l’ampleur de l’engagement militaire de l’Iran dans les combats en Syrie.

lire l'article complet: http://www.memri.fr/2014/09/29/des-rapports-de-medias-ira...