03/09/2014

Les Palestiniens vont subir les conséquences du Boycott

Les Palestiniens vont subir les conséquences du Boycott (patrons israéliens)

i24news

lundi 25 août 2014

Selon les statistiques, 22.500 Palestiniens sont employés dans en Cisjordanie dont 6000 pour des Israéliens. Le patronat israélien a lancé une campagne contre un boycottage des produits israéliens fabriqués dans en Cisjordanie en expliquant que les Palestiniens eux-mêmes risquaient d’en faire les frais. Le président de l’Association des industriels, principale organisation patronale, le "patron des patrons" israélien Zvi Oren, a écrit à une trentaine de ses homologues européens et palestiniens pour les mettre en garde contre l’impact d’un boycottage sur l’emploi des Palestiniens.
note pré-enregistrée

24/08/2014

ISIS and Hamas: Spot the difference

isis, hamas, terrorisme

23/08/2014

Danemark : manifestation contre l’antisémitisme

Des centaines de manifestants, juifs et non juifs, portant des kippots, des étoiles de David et autres symboles, ont défilé dans un quartier musulman de Copenhague, la capitale du Danemark, contre la montée de l’antisémitisme en Europe


Les rôles se sont inversés et plutôt que des drapeaux israéliens brûlés, c’est la fierté juive qui a été mise en avant par ces centaines de danois qui ont protesté contre l’augmentation alarmante de l’antisémitisme dans leur pays et dans toute l’Europe, en particulier depuis que les forces israéliennes se battent contre les terroristes de Gaza.

Le choix du quartier était provocateur: un ghetto musulman, dû au fait que la grande majorité des attaques anti-juives au Danemark, comme dans les autres pays, ont été faites par des immigrés ou enfants d’immigrés musulmans.

Rasmus Yarlov, conseiller municipal de Copenhague, a rejoint le mouvement en annonçant que la situation au Danemark est si préoccupantee que les juifs sont forcés de cacher leur identité pour éviter d’être attaqués.

« Nous devons montrer que les symboles juifs et les vêtements juifs sont aussi la fierté de Copenhague. Ceux qui portent une étoile de David devraient pouvoir se déplacer librement. » a-t-il dit. Et oui, ils le devraient. Mais visiblement ce n’est plus le cas avec le début de l’occupation islamique de la capitale du Danemark, et devrait-on dire, dans de nombreuses capitales d’Europe.

suite et source : http://www.tel-avivre.com/2014/08/19/danemark-manifestati...

22/08/2014

Venez à notre secours, venez à notre secours

ppel à l’aide d’une jeune fille yazidi prisonnière, au monde entier via la chaîne kurde Rudaw

Danilette

mercredi 20 août 2014

"Venez à notre secours, venez à notre secours", supplie-t-elle ! Que tous ceux qui peuvent entendre mon appel, USA, Europe, quiconque, s’il vous plaît : aidez-nous, venez à notre secours" ! La jeune femme a réussi à téléphoner secrètement à l’agence kurde Rudaw : "aidez-nous, ils ont fait de nous des esclaves sexuelles" A l’aide d’un téléphone caché, la jeune femme Yezidi prisonnière avec 200 autres femmes yézidi, "butin de guerre" des combattants de l’Etat islamique, retenues près de Mossoul décrit une situation tragique où des jeunes filles sont devenues des esclaves sexuelles et certaines d’entre elles se suicident.

19:02 Écrit par Rose Tel-aviv dans International, Monde, Religion, Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

21/08/2014

Explorer le vrai pardon: Genocide Rwanda

CINÉMA • Le  festival Cinémas d'Afrique s'ouvre ce soir à Lausanne. Un film rwandais traite du génocide et de ses conséquences. Rencontre avec son réalisateur, Joël Karekezi.

 

Dans Imbabazi, le pardon, de Joël Karekezi, le génocide de 1994 a brisé l'amitié entre Manzi et Karemera. Le premier, génocidaire, a massacré la famille du second. Quand Manzi sort de prison, Karemera cherche à le retrouver, pour qu'il soit condamné à perpétuité. Entretien.

Vous êtes vous-même un rescapé du génocide.

Joël Karekezi: Oui, j'avais huit ans et vivais à Gysenyi avec mon père, mon frère et ma soeur. Mon père a été tué, nous sommes partis au Congo puis revenus à Kigali, où je vis toujours. J'y ai ma société de production et de nombreuses collaborations.

Le film a été tourné en anglais, alors que le Rwanda est francophone.

J'ai terminé le scénario en anglais, co-écrit avec un Américain, Casey Schroen. Le film a été tourné en Ouganda, où l'on parle anglais. Je voulais le faire dans une langue internationale pour qu'il soit visionné dans beaucoup de pays. Il a été sélectionné dans vingt -cinq festivals, distribué en Amérique du Nord, eu des diffusions TV en Afrique et en France. Les diffusions en salles sont difficiles pour des films à petit budget comme le mien.

Le Pardon était le titre de votre court-métrage.

Il dure treize minutes, mais j'ai réalisé qu'il était difficile à comprendre. J'ai alors élargi l'histoire pour que les spectateurs puissent saisir ce qui s'est passé avant et après le génocide.

- See more at: http://www.cicad.ch/fr/autres-actualit%C3%A9s/explorer-le-vrai-pardon.html#overlay-context=fr/autres-actualit%25C3%25A9s/le-hamas-menace-les-compagnies-a%25C3%25A9riennes-desservant-tel-aviv.html

20/08/2014

Le lauréat du prix Nobel dénonce l’antisémitisme

Le lauréat du prix Nobel, le Professeur Robert Aumann n’est pas surpris par la décision du Conseil des droits de l’homme (CDH) de nommer William Shabas à la tête de la commission d’enquête internationale sur de possibles violations des lois humanitaires  lors de l’offensive israélienne sur Gaza .

Pour mémoire, le 11 août dernier le nom des experts de la commission d’enquête chargée de déterminer si oui ou non Israël avait commis des crimes de guerre lors de l’opération Tsuk Eytan etait rendu public. Parmi eux, William Shabas, Professeur canadien en droit international, connu pour ses positions anti-israéliennes : une nomination en tant que directeur de la commission d’enquête pour le moins discutable qui, dès son annonce, avait soulevé  de vives critiques ( cf notre article : L’objectivité de la commission de l’ONU sur Gaza sous le feu des critiques).

suite sur: http://www.tel-avivre.com/2014/08/19/le-laureat-du-prix-nobel-denonce-lantisemitisme/

13/08/2014

Hamas, Frères musulmans, djihadistes : les différents visages de l'islamisme

 Qu'y a-t-il de commun entre un prédicateur salafiste et un combattant du Hamas ? Entre Tariq Ramadan et le calife de Mossoul ? La chercheuse Anne-Clémentine Larroque nous donne les clefs pour comprendre la nébuleuse islamiste.

Anne-Clémentine Larroque est historienne de formation, maître de conférences à Sciences Po en Questions internationales. Elle a tenu une chronique internationale sur la Matinale France Inter (été 2013). A paraître: Géopolitique des islamismes chez PUF, collection Que sais je?, en octobre prochain.

Figarovox: Sous le nom d' «islamistes», on regroupe des réalités qui n'ont rien à voir: le Hamas, les frères musulmans, les djihadistes d'EEIL. Qu'est ce que l'islamisme?

Anne-Clémentine Larroque: Sur le sujet, les amalgames sont quotidiens, c'est une thématique complexe qu'on a tendance à vouloir désespérément rendre simple. Il convient avant tout de distinguer islam, islamisme et islamisme radical ou violent, terminologies très souvent confondues dans le débat public.

L'islam correspond à la religion monothéiste numériquement la plus importante au monde aujourd'hui, mais chronologiquement la dernière apparue après le judaïsme et le christianisme. Les Sunnites sont majoritaires et se placent à côté des Chiites, branche minoritaire.

- See more at: suite source cicad :différents visages de l'islamisme