15/08/2014

Bild a lancé une campagne intitulée "la haine du Juif - plus jamais".

Le célèbre journal allemand publie un article touchant avec les portraits des 64 officiers de Tsahal tués

screen captureLe quotidien allemand à grand tirage, Bild, a publié lundi un article très touchant sur les soldats israéliens tombés lors de l'opération militaire Bordure protectrice à Gaza.

Le papier intitulé "Israël combat la terreur du Hamas - le portrait des victimes" est par ailleurs illustré d'un montage photo représentant les 64 officiers de Tsahal tués.

64 soldats israéliens ont trouvé la mort, 64 fils, maris, amis qui ne retourneront pas dans leur famille (...) tombés dans la bande de Gaza en luttant contre le Hamas au nom de la patrie", peut-on lire dans cet article que fait même le portrait de certains soldats.

Bild est un des journaux les plus vendus dans le monde, avec une moyenne de 12 millions de lecteurs par jour. Le quotidien fait partie du groupe de presse Springer qui est un ardent défenseur d’Israël.

A la fin du mois dernier, alors que les combats dans la bande de Gaza ont déclenché une flambée d'incidents antisémites en Allemagne (et ailleurs en Europe), Bild a lancé une campagne intitulée "la haine du Juif - plus jamais".

http://www.i24news.tv/fr/mobile#content/40032

14/08/2014

Israeli army's Gaza inquiry meant to head off calls for war crimes probe

Israel has said it has no faith in the planned UN investigation into the Gaza war.

By Amos Harel | Aug. 14, 2014 | 3:33 AM in the Haaretz newspaper, today August 14,

http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.610475

The IDF is investigating dozens of exceptional cases, mostly incidents in which Palestinian civilians were killed, that occurred during the hostilities in Gaza.

Besides drawing conclusions and clarifying whether some decision-making was negligent, the quick investigative process, which was launched early in the current round of fighting, was meant to help head off demands for an international inquiry into claims that Israel committed war crimes. 

Israel has already said it does not have faith in the United Nations Human Rights Council and the international commission of inquiry it appointed this week. That panel, headed by Prof. William Schabas, will investigate the allegations.

The quick inquiry the IDF is conducting is based on the lessons learned in Operation Cast Lead in 2009 and Operation Pillar of Defense in 2012 in Gaza, as well as the Marmara and the Gaza Flotilla. It’s also based on the conclusions of the Turkel Commission, which investigated the Marmara incident but also dealt in depth with the investigative procedures in Israel in the case of the killing of civilians and the violation of human rights in the territories.

IDF Chief of Staff Benny Gantz has appointed a permanent General Staff committee, headed by Maj. Gen. Noam Tibon, to examine the claims of exceptional incidents during fighting.

That panel is investigating specific incidents, mostly those in which civilians were killed and claims were made that they were harmed by the IDF. But the committee is also examining broader issues connected with the fighting. Six teams work under Tibon, each in a specific area of expertise. Legal and intelligence experts are working along with experts in warfare. The work is conducted in full coordination and cooperation with the military advocate-general, Maj. Gen. Danny Efroni, and his staff. Every team has a legal adviser.

Interim findings have so far been reached in 15 cases in the recent round of fighting, while investigations of dozens of other cases have started and many others are expected.

Among the cases are those in which a large number of civilians were killed or injured, including attacks on UN facilities as well as the battle in Rafah after 1st. Lt. Hadar Goldin was abducted by a Hamas cell.

Eighty-two incidents from Pillar of Defense were investigated and most have been concluded. No disciplinary or criminal actions were taken against those involved. The second part of the Turkel Committee report, released in 2013, criticized the fact that the operational investigations the IDF conducted did not provide enough relevant details to the attorney general, as well as the long delays in completing the investigations stemming from Cast Lead.

The Tibon committee uses officers from the General Staff who were not directly involved in the fighting and are not part of the chain of command of the units that fought in Gaza, including from the Air Force and Navy, as well as the Southern Command.

Most of the cases were initiated by the IDF, though in some cases Israeli human rights organizations requested investigations.

The IDF believes its operational and legal authorities are capable of investigating the exceptional incidents independently and thoroughly without international intervention. The intent is to also provide reports on these incidents to the international bodies.

State Comptroller Joseph Shapira said yesterday he intends to examine whether Israel violated international law in Gaza.

Pacifistes? ah bon?

petits extraits de messages pacifistes:

 source :http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2014/07/22/la-place-bel-air-est-investie-par-des-pacifistes-denoncant-l-258128.html

STOP AU MASSACRE A GAZA?

ah oui?

 

1610775_678306345580195_5681192153243315339_n.jpg

 

quel drôle message de paix?

"GAZA (city) cimetière"

il faut aussi dire que la population Gazaoui a augmenté pendant ces dernières années

la population croit de 3% chaque année- vivante

https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/gz.html

alors ? cimetière?

 

"ou message de haine?"

13/08/2014

Hamas, Frères musulmans, djihadistes : les différents visages de l'islamisme

 Qu'y a-t-il de commun entre un prédicateur salafiste et un combattant du Hamas ? Entre Tariq Ramadan et le calife de Mossoul ? La chercheuse Anne-Clémentine Larroque nous donne les clefs pour comprendre la nébuleuse islamiste.

Anne-Clémentine Larroque est historienne de formation, maître de conférences à Sciences Po en Questions internationales. Elle a tenu une chronique internationale sur la Matinale France Inter (été 2013). A paraître: Géopolitique des islamismes chez PUF, collection Que sais je?, en octobre prochain.

Figarovox: Sous le nom d' «islamistes», on regroupe des réalités qui n'ont rien à voir: le Hamas, les frères musulmans, les djihadistes d'EEIL. Qu'est ce que l'islamisme?

Anne-Clémentine Larroque: Sur le sujet, les amalgames sont quotidiens, c'est une thématique complexe qu'on a tendance à vouloir désespérément rendre simple. Il convient avant tout de distinguer islam, islamisme et islamisme radical ou violent, terminologies très souvent confondues dans le débat public.

L'islam correspond à la religion monothéiste numériquement la plus importante au monde aujourd'hui, mais chronologiquement la dernière apparue après le judaïsme et le christianisme. Les Sunnites sont majoritaires et se placent à côté des Chiites, branche minoritaire.

- See more at: suite source cicad :différents visages de l'islamisme

 

 

 

recrudescence d'actes antisémites en Suisse

 

 Beaucoup d'amis me font par de leurs inquiétudes, suite notamment à des manifestations récurrentes et des messages déplacés.

Recrudescence d’actes antisémites depuis début juillet 2014 

Information sur les activités de la FSCI 

 

Depuis la nouvelle aggravation de la situation ou Proche-Orient, une vague antisémite s’est abattue sur tout l’Europe et aussi sur la Suisse. Lors de conflits armés au Proche-Orient, il arrive souvent que le nombre d’actes antisémites augmente dans notre pays. Par rapport aux années précédentes, nous observons, cette fois-ci, que les propos antisémites sont nettement plus nombreux et plus virulents que par le passé – surtout sur facebook et surtout en Suisse alémanique. 

http://www.swissjews.ch/fr/metanavigation/medien/sig_in_der_presse/index.php

----

La Commission de dialogue entre juifs et protestants condamne le racisme, l’antisémitisme et les appels à la violence

Politique et justice ont le devoir d’agir contre les abus sur les réseaux sociaux. 

Dans le contexte de la guerre entre l’Etat d’Israël et le mouvement islamiste Hamas et des manifestations à Zurich et en d’autres lieux de Suisse, Internet et les réseaux sociaux diffusent actuellement des propos antisémites et des appels à la violence contre les juifs suisses. Ces propos et appels sont d’une agressivité et d’une violence inédites pour la Suisse. La Commission de dialogue entre juifs et protestants (CDJP) condamne sévèrement toutes les formes de racisme, d’antisémitisme et d’incitation à la violence

http://www.swissjews.ch/fr/metanavigation/medien/news/index.php

11/08/2014

Le décompte des morts civils à Gaza remis en question

Rémi SALORT | lci.tf1.fr

samedi 9 août 2014

843 Palestiniens tués dont 1354 civils, 216 combattant et 279 non-identifiés, ce sont les chiffres du bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (OHCHR). Mais selon Anthony Reuben, responsable des statistiques pour la BBC, repris par Slate, ce nombre de combattants abattus est mal évalué : "Nous ne savons pas aujourd’hui combien de morts à Gaza sont des civils et combien sont des combattants... Cela signifie que certaines conclusions sont tirées prématurément".
http://lci.tf1.fr/monde/moyen-orient/civils-ou-combattants-les-statistiques-des-morts-a-gaza-remises-8464864.html

Comment Twitter renforce la polarisation du débat Israël-Palestine

Repéré par Mathieu Dejean

Le 24 juillet dernier, un obus a frappé une école de l’ONU située à Beit Hanoun, au nord de Gaza, qui abritait des réfugiés palestiniens, faisant au moins 16 morts et 200 blessés d’après Le Monde. L'armée israélienne et le Hamas se sont renvoyés la responsabilité de cette attaque, qui a suscité une vague de réactions sur les réseaux sociaux.

Gilad Lotan, responsable scientifique de l’entreprise Betaworks, s’est focalisé sur cet épisode sanglant de la guerre à Gaza pour observer comment le débat entre pro-israéliens et pro-palestiniens prenait forme sur Twitter, sur une période de dix jours après l'attaque. Pour procéder à son analyse il a rassemblé tous les tweets mentionnant «UNWRA» (acronyme communément utilisé sur Twitter pour «United Nations Relief and Works Agency», c'est-à-dire l'école qui avait été visée), «UNRWA» (l'acronyme officiel) ou des mots associés pour produire des graphiques, en collaboration avec Vox. Le site Internet américain en a publié les résultats, visuellement splendides, et riches en enseignements.

Ce graphique permet de visualiser les comptes les plus actifs qui utilisent les acronymes UNRWA ou UNWRA dans leurs tweets. Les lignes indiquent des interactions, et les amas de points lumineux signalent un haut degré de connectivité.

Sans surprise, on distingue deux grands groupes: l’un pro-israélien (en bleu) et l’autre pro-palestinien (en vert). Les micro-groupes à droite sont les tweets qui ne sont pas en anglais. La petite constellation verte est composée de tweets en espagnol, et la nébleuse bleu clair proviendrait de faux comptes iraniens qui tweetent en farsi, d'après Gilad Lotan.

suite sur http://www.slate.fr/story/90789/twitter-israel-palestine