07/09/2014

Testimony delivered by Maryam Wahida, a 21-year-old Iraqi Christian

UN Watch testimony delivered by Maryam Wahida, a 21-year-old Iraqi Christian woman, to the UN Human Rights Council special session on ISIS, Sept. 1, 2014                       

Thank you, Mr. President.

My name is Maryam Wahida, and I am a Christian born and raised in Iraq, where most of my family remains. I am privileged to speak on behalf of UN Watch.

I have come here today, with my family, to bear witness before the world about the horrific crimes perpetrated by the Islamic State against my relatives, against the Christians, Yazidis and other minorities in Iraq.

For many weeks now, the terrorists have invaded our villages, destroyed ancient churches, and burned historical archives dating back many centuries.

Mr. President, I welcome today’s meeting. But given the extreme life-and-death urgency, we must ask: Why has the UN waited so long?

The victims of Iraq want to know: What could be more urgent than stopping the terrorists of the Islamic State from persecuting, attacking, enslaving, raping and beheading our men, women and children?

Mr. President,

Those who survived were forced to flee their homes. As displaced persons, they now live in horrible conditions, without basic hygiene and sanitation. They sleep in the streets, on the floor, inside and outside of churches. Children and the elderly suffer the most, and there are many illnesses that quickly spread among the victims. 

I speak on the telephone to my relatives in Iraq. I learned about how my cousin Nawar, a 25-year-old pharmacist in Erbil, started collecting money to buy medical supplies for the sick. He managed to buy a wheelchair for one refugee, a 90-year-old woman, who was very happy to receive the help.

I wish to thank all of the governments that have helped so far. But the international community must do more—whatever it can—to help the victims, such as by creating a safe region for displaced persons within Iraq, and to facilitate asylum and migration. 

Mr. President, I hope that I can call my relatives in Iraq tonight with news of strong and effective action from the UN, to save the victims who are in such desperate need of the world’s help.

Thank you, Mr. President.

Click for video


http://www.unwatch.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=bdKKISNqEmG&b=1313923&ct=14181281

05/09/2014

ASI SUISSE écrit à D.Burkhalter

 

 

                                                                                               Monsieur le Conseiller fédéral

                                                                                               Didier Burkhalter

                                                                                               DFAE

                                                                                               3003 Berne

 

 

 

 

                                                                                               Zürich, le 29 juillet 2014

 

 

 

Concerne: Les décisions du Conseil des droits de l'homme de l'ONU

 

 

Monsieur le président de la Confédération

 

Le 29 november 2012 lors de l'assemblée générale de l'ONU, la Suisse a approuvé l'octroi du statut d'Etat observateur à la Palestine. Dans un communiqué de presse du 28 novembre 2012, le DFAE déclare, entre autres: "Le statut d'Etat observateur n'est pas seulement lié à des droits, mais aussi à des devoirs, en particulier celui de renoncer à toute forme de menace ou de recours à la force, conformément à la Charte de l'ONU."

 

Comme vous vous en souvenez, l'Association Suisse-Israël a fermement critiqué ce choix de vote, par le biais, par exemple, d'encarts publiés dans les quotidiens Le Temps et Neue Zürcher Zeitung. Nous reprochions au Conseil fédéral d'avoir contribué à rehausser la "notoriété" de l'organisation terroriste Hamas. Nous écrivions dans notre encart: "Les attaques du Hamas contre Israël vont se poursuivre".

 

Des membres de votre état-major ont réagi à notre critique en affirmant que le rehaussement de statut permettrait à la Suisse d'exercer une influence directe et modératrice sur le mouvement Hamas également.

 

Le 23 juillet 2014, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a décidé que la Suisse devait, en tant que dépositaire de la Convention de Genève, entreprendre les démarches de convocation d'une Conférence traitant de la guerre actuelle de Gaza. Une décision a également été prise de créer une Commission chargée d'examiner les "violations du droit international dans les territoires palestiniens".

 

Nous nous permettons de prendre position sur ces deux décisions du Conseil des droits de l'homme. La lecture du procès-verbal de la séance du 23 juillet 2014, et en particulier celle des interventions des états, laisse apparaître sans aucun doute le but de la Conférence et de la Commission: une condamnation majoritaire, claire et partiale d'Israël. Si, comme votre DFAE l'a affirmé le 28 novembre, la partie palestinienne – Hamas inclus – devait respecter les termes de la charte de l'ONU, alors nous vous prions respectueusement d'agir de manière à éviter que la Conférence prenne un tour partial et que la Commission n'examine que les atteintes causées par Israël;  la Commission doit tout aussi impérativement examiner les atteintes causées par le Hamas. Toute autre position de votre part serait en contradiction avec votre décision du 29 novembre et les attaques terroristes du Hamas contre Israël pourraient se poursuivre sans aucune réaction de la communauté internationale.

 

De plus, nous nous permettons de vous soumettre une demande complémentaire. A l'occasion de votre visite en Israël en mai 2013, vous avez réussi à convaincre Israël de revenir à la table du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Peu après, la Suisse a froissé Israël par la confirmation "muette" du prof. Jean Ziegler comme membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'homme. On éviterait des crispations en  désignant une autre personnalité que le prof. Ziegler comme membre de la Commission d'enquête,

 

Permettez-nous de revenir sur la position tenue à l'époque par votre département, dans laquelle il envisageait que la diplomatie suisse puisse exercer une influence accrue, en particulier sur le Hamas. Nous constatons que, depuis le cessez-le-feu de novembre 2012 et la déclaration de l'Assemblée de l'ONU du 29 novembre, le Hamas a tout fait pour s'armer massivement, cela sous les yeux de la communauté internationale. Dans le mémoire du 16 juillet 2014 que nous avons déposé à votre attention au DFAE, et qui a par ailleurs été déposé par nos Associations-sœurs dans 16 autres ministères européens des AE, nous mettions déjà l'accent sur ce point particulier. Il faut admettre que tous ces missiles sont arrivés à Gaza en passant par des tunnels, précisément par ceux que l'armée israélienne tente de détruire dans son offensive actuelle. Nous espérons que vous comprendrez la raison pour laquelle nous vous posons la question suivante: quand et à quelle occasion le DFAE a-t-il tenté, depuis novembre 2012 et dans le sens de la charte de l'ONU, de persuader le Hamas de mettre un terme à ses attaques sur la population civile d'Israël?

.

Nous vous annonçons maintenant déjà, de concert avec toutes les Associations d'amitié avec Israël, que nous allons rédiger un nouveau mémoire à l'attention des gouvernements qui seront convoqués par votre DFAE à une Conférence traitant de la Convention de Genève.

 

Monsieur le Président de la Confédération, vous cumulez en ce moment les charges de Président de la Confédération, de Président de l'OSCE et de chef de votre département. Nous avons la plus profonde reconnaissance et le plus profond respect pour la manière dont vous assumez ces tâches. Nous nous réjouissons par avance de lire votre réponse, avec le souhait que vous transmettiez notre réflexion aux collaborateurs concernés de votre département.

 

 

 

Avec nos respectueuses salutations,

Association Suisse-Israël

 

 

 

 

Corina Eichenberger-Walther, présidente centrale

 

 

 

 

 

Walter L. Blum, secrétaire central

04/09/2014

Memorandum on the decisions of UN human rights council

Memorandum on the decisions of UN human rights council

 

The Israel Friendship Associations signing this memorandum are appealing to their Governments:

 

On November 29th 2012 the General Assembly of the United Nations granted Palestine the status of a Non-Member Observer State. May we remind you that the status of an Observer State does not only contain rights but also duties, especially the one to abstain from threatening violence and the use of violence, as it is prescribed in the charter of the UN.

 

Unfortunately, since the decision of the UN, there has been no stabilisation of the situation. On the contrary, we are right now witnessing another armed conflict between Israel and the US- and EU- designated terror group Hamas.

 

In this context, the UN Human Rights Council decided on July 23rd 2014, that Switzerland as depository state of the Geneva Convention should prepare a conference on the ongoing war in Gaza. At the same time, it was decided to establish an independent, international commission of inquiry to investigate “all violations of international humanitarian law and international human rights law in the Palestinian Territory“.

 

In our opinion the two decisions of the UN Human Rights Council, the minutes of its special session from July 23rd, in particular the statements of the represented nations, leave no doubt, as to what purpose the conference and the commission of inquiry are pursuing: they clearly condemn Israel and only Israel by majority decision. Where is the condemnation of Hamas and their use of civilians as human shields to protect their weapons, rockets and mortars? Where is the condemnation of the Hamas terror attack tunnels compromising Israel’s security?

 

We implore you to change your biased course regarding the conference and the biased mandate for the commission of inquiry. Given the duties the Palestinians, including Hamas, have undertaken when accepting the status of Observer-State, the inquiry must examine their actions as well. Taking a different position would ridicule the decision from November 29th 2012 and the repeated terror attacks from Hamas on Israel would once more remain without consequence by the community of states.

 

We state that Hamas since the ceasefire in November 2012 and the subsequent decision of the UN General-Assembly on November 29th, has massively increased their missile stocks, rockets and mortars and have built a huge labyrinth under Gaza to tunnel into Israel with the express desire to kill Israeli civilians and to kidnap Israeli soldiers right under the eyes of the community of states.

 

It is time that the UN Human Rights Council issues a truthful statement regarding the current situation in Israel and Gaza and be seen to be fair and even handed to both Israelis and Palestinians.

 

 

Co-signatories:

 

  • Associacao de Amizade Portugal-Israel

 

  • Anglo-Israel Association

 

  • Česká Společnost Přátel Izraele

 

  • Cultural Friendship Association Romania-Israel

 

  • Dansk-Israelsk Selskab

 

  • Deutsch-Israelische Gesellschaft (DIG)

 

  • Društvo srpsko-jevrejskog prijateljstva

 

  • Federazione delle Associazioni Italia-Israele

 

  • FRANCE-ISRAEL. Alliance Général KOENIG.

 

  • Genootschap Nederland Israel

 

  • Gesellschaft Schweiz Israel (GSI)

 

  • Ireland Israel Friendship League

 

  • Irish 4 israel

 

  • Les amitiées Belgo-Israélienne

 

  • Magyar-Izraeli Baráti Társaságok és Körök Országos Szövetsége

 

  • Med Israel for fred (Norway)

 

  • Österreichisch-Israelische Gesellschaft (ÖIG)

 

  • Samfundet Sverige-Israel

 

 

 

 

03/09/2014

Les Palestiniens vont subir les conséquences du Boycott

Les Palestiniens vont subir les conséquences du Boycott (patrons israéliens)

i24news

lundi 25 août 2014

Selon les statistiques, 22.500 Palestiniens sont employés dans en Cisjordanie dont 6000 pour des Israéliens. Le patronat israélien a lancé une campagne contre un boycottage des produits israéliens fabriqués dans en Cisjordanie en expliquant que les Palestiniens eux-mêmes risquaient d’en faire les frais. Le président de l’Association des industriels, principale organisation patronale, le "patron des patrons" israélien Zvi Oren, a écrit à une trentaine de ses homologues européens et palestiniens pour les mettre en garde contre l’impact d’un boycottage sur l’emploi des Palestiniens.
note pré-enregistrée

02/09/2014

Study: An Overwhelming 86% of Israelis Are Happy, Despite the Conflict

According to an official survey published yesterday by Israel's Central Bureau of Statistics, an overwhelming 86% of Israelis reported that they are "satisfied" or "very satisfied" with their lives, the equivalent of 4.3 million citizens.

14% of Israelis are reported to be unsatisfied.

The survey was conducted to discover the personal well-being of Israeli citizens, and is based on responses from 4,700 Israelis aged 20 and over. The findings show that 53% of participants are satisfied financially, with 39% saying they expect their financial state to improve in the future.

65% of respondents said that they are able to pay their monthly expenses without experiencing any problems.

On the other side of the poll, 27% said they feel stressed out, either infrequently or constantly, with 19% saying they lose sleep over worrying. 34% said that they experience sleeping problems, whether just "sometimes" or "frequently."

While the public consensus may have shifted since the outset of Operation Protective Edge, Israeli citizens remain optimistic, and patriotic. Americans and Canadians continue to make aliyah, and those who already live there (my sister included) show no sign of returning to the West any time soon.

lire sous :

http://www.janglo.net/index.php?option=com_adsmanager&...

http://www.breakingisraelnews.com/20264/despite-war-majority-israelis-happy/#Xk67tog9OUgxm7gd.97

note pré-enregistrée

01/09/2014

la chaîne IDF sur youtube

What You Can’t See on the UN’s Maps of Gaza


The UN published several maps showing the aftermath of Operation Protective Edge. The maps mark damaged buildings with red dots scattered throughout Gaza. But this map tells only half the story: Hamas used many of these buildings – including houses, hospitals and schools – as sites to launch rockets and carry out other attacks.

For a site dedicated to explaining the operation:
http://www.idfblog.com/operationgaza2...

For more from the IDF:
http://www.idfblog.com/
http://twitter.com/idfspokesperson/
http://www.facebook.com/idfonline/

(notre pré-enregistrée)

29/08/2014

être juif en Iran

Être juif en Iran

Les juifs d'Iran ne sont plus que 25 000, soit quatre fois moins qu'avant la Révolution de 1979. Le tombeau d'Esther à Hamadan reste leur lieu de pèlerinage.

La semaine dernière, l'unique député juif au Parlement iranien n'a guère ménagé Israël. Non seulement Siamak Merehsedeq dénonce "les actes criminels de Tel-Aviv à Gaza" que "la communauté internationale doit condamner", mais il estime en plus que "l'adhésion d'Israël à l'ONU et au Comité international de la Croix-Rouge doit être annulée".

A-t-il été instrumentalisé par le régime, qui se veut l'ennemi héréditaire d'Israël ? Le rabbin de la lilliputienne communauté juive d'Hamadan répond avec prudence : "Nous n'avons pas de problème avec la République islamique." Toutefois, Rassad Nejat précise aussitôt que cette capitale de province d'un demi-million d'âme comptait 7 000 juifs avant la Révolution de 1979. Aujourd'hui, ils ne sont plus que quinze, qui se réunissent tous les samedis dans la synagogue au centre d'Hamadan, à trois cents kilomètres de Téhéran, en direction de la frontière irakienne. Les autres membres de la communauté ont rejoint les États-Unis, le Canada et Israël.

Une communauté de 2 700 ans

Le vieil homme, lui, est resté. C'est qu'il n'est pas "que" rabbin : il est surtout le gardien des tombeaux d'Esther et de Mardochée, haut lieu de pèlerinage des juifs d'Iran. La reine Esther, cette orpheline ayant vécu au Ve siècle avant J.-C. dans ce qui allait devenir l'Iran, est la "preuve" que les juifs étaient autrefois installés dans la région sans y être brimés. Vieille de deux mille sept cents ans, la communauté juive d'Iran est l'une des plus anciennes diasporas au monde. Ses membres descendent des juifs qui ont préféré rester dans la région après l'exil à Babylone quand le roi perse Cyrus II, dit Cyrus le Grand, les a autorisés à retourner à Jérusalem pour y reconstruire le temple détruit par Nabuchodonosor.

- See more at: http://www.cicad.ch/fr/autres-actualit%C3%A9s/%C3%AAtre-juif-en-iran.html#overlay-context=fr/shoah-news/la-police-officiellement-r%25C3%25A9habilit%25C3%25A9-paul-gr%25C3%25BCninger.html


Source: lepoint.fr, 24 août 2014

 

(notre pré-enregistrée rose on holiday)