Adieu Falasha!

Imprimer

Les opérations Moise, organisée en 1984 et  Salomon en 1991, ont eu pour but de ramener les juifs d’Éthiopie ou Falasha en Israël. Environ 8000 personnes furent rapatriées et installées en Eretz. 30 et quelques années plus tard, la communauté israélio-éthiopienne souffre.

Ceux qu'on appelait fièrement "falasha" sont devenus des juifs éthiopiens, ou "beta israel" (de beit maison) et d'après wikipedia (basé sur l’office des statistiques) il serait environ 138200 (2014) à vivre dans le pays.

En effet, si j'écris aujourd'hui sur les  Falasha ou éthiopiens israéliens, c'est que c'est eux qui ont marqué l'actualité de la semaine.

Tout à commencé, dimanche, comme dans un mauvais polar, un jeune éthiopien  Solomon Tekah, âgé de 19 ans, a été abattu par un policier en civil et en congé, à Haïfa (nord d’Israël).

Les circonstances du drame restent peu clairs et même obscures. Et ce sont ces circonstances qui ont mis le feu aux poudres. D'abord dans la banlieue de Haïfa, où le jeune a été abattu, puis c'est tout le pays  qui s'est enflammé. En effet, les éthiopiens-israéliens souffrent trop et trop souvent.

Ce n'est pas la première fois, qu'un israélien d'origine éthiopien est abattu dans des circonstances assez équivoques. Ni que la police fait preuve de légéreté de vocabulaire : mettant dans le même sac, les israéliens éthiopiens et les immigrants africains.

Selon les rapports de police, les actes violents commis par la police contre des Éthiopiens ont doublé, passant de 6% à 12% du total des actes commis entre 2007 et 2015.

Ce n'est pas la première fois non plus que les israélio-éthiopiens descendent dans la rue pour demander plus de justice. Phénomène récurrent, puisque les dernières manifestations dataient d'à peine quelques mois, en janvier.

Cette fois, les manifestations ont ébranlé tout le pays. Avec mardi pour  apogée:  plus de 110 blessés du côté des forces de l’ordre et à l’arrestation d’au moins 160 manifestants.

Mercredi enfin, les chefs de la communauté israélienne originaire d’Ethiopie ont rencontré mercredi le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan et le commissaire de police par intérim Motti Cohen et on appelé les manifestants à ne pas avoir recours à la violence.

Benny Gantz a appelé au calme et reconnu que la communauté souffrait.

Finalement, la famille de la victime,  a appelé au calme jusqu'à dimanche fin de Shiva (sept jours de deuil après la mort d'un juif) et on appelé à l'organisation de manifestation non violente à la fin du deuil.

Car le problème reste, Solomon, qui porte le nom d'un roi et d'une des opérations qui l'a amené jusqu'en Israël, a trouvé ici une mort violente injustifiée.

Plusieurs israélio-éthiopiens, mettent le doigt sur des problèmes récurrents d'intégration dans la société israélienne. Là, ce n'est plus la langue la barrière d'intégration. Pourtant, ils ont été , difficilement, il faut l'avouer, reconnu comme juifs, par la rabbanout (ministère de la religion, courant officiel de l'état). Malgré tout, cette communauté est délaissée par l’État et reste marginalisée..

Espérons, que Solomon sera le dernier à payer et qu'il permettra un réveil national avec la mise en place des mesures adaptées...

Seulement, on peut douter que cela puisse se faire dans le climat actuel politique: c'est l'été, et puis les élections approchent, de plus l'économie israélienne a des perspectives économiques alarmante 14 milliard de déficit budgétaire (merci monsieur le premier ministre et son ministre des finances!) en juin. Autant penser que la communauté israélio-éthiopienne, risque encore de souffrir beaucoup et  bien malheureusement.

 

 

festival des lumières jerusalem

NB:  Bleublanc a deux députés représentants de la communauté éthiopienne  à la Knesset

Pnina Tamano-Shata qui elle même s'est fait insultée à la Knesset par un député du Likoud... et Gadi Yevarkan,

 

NB:  7 jours de deuil et encore un an pour la famille, mais les 7 premiers jours sont, très important même si la personne est déjà enterrée

 

 

Retrouvez moi sur mon istagram : @rosetelavivre et ma page facebook

 

A gauche, dans le quartier arménien de la vieille ville de Jerusalem, le festival des lumières décorent les édifices. Le festival s'est terminé jeudi 4.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel