11/08/2014

Comment Twitter renforce la polarisation du débat Israël-Palestine

Repéré par Mathieu Dejean

Le 24 juillet dernier, un obus a frappé une école de l’ONU située à Beit Hanoun, au nord de Gaza, qui abritait des réfugiés palestiniens, faisant au moins 16 morts et 200 blessés d’après Le Monde. L'armée israélienne et le Hamas se sont renvoyés la responsabilité de cette attaque, qui a suscité une vague de réactions sur les réseaux sociaux.

Gilad Lotan, responsable scientifique de l’entreprise Betaworks, s’est focalisé sur cet épisode sanglant de la guerre à Gaza pour observer comment le débat entre pro-israéliens et pro-palestiniens prenait forme sur Twitter, sur une période de dix jours après l'attaque. Pour procéder à son analyse il a rassemblé tous les tweets mentionnant «UNWRA» (acronyme communément utilisé sur Twitter pour «United Nations Relief and Works Agency», c'est-à-dire l'école qui avait été visée), «UNRWA» (l'acronyme officiel) ou des mots associés pour produire des graphiques, en collaboration avec Vox. Le site Internet américain en a publié les résultats, visuellement splendides, et riches en enseignements.

Ce graphique permet de visualiser les comptes les plus actifs qui utilisent les acronymes UNRWA ou UNWRA dans leurs tweets. Les lignes indiquent des interactions, et les amas de points lumineux signalent un haut degré de connectivité.

Sans surprise, on distingue deux grands groupes: l’un pro-israélien (en bleu) et l’autre pro-palestinien (en vert). Les micro-groupes à droite sont les tweets qui ne sont pas en anglais. La petite constellation verte est composée de tweets en espagnol, et la nébleuse bleu clair proviendrait de faux comptes iraniens qui tweetent en farsi, d'après Gilad Lotan.

suite sur http://www.slate.fr/story/90789/twitter-israel-palestine

Les commentaires sont fermés.