03/08/2014

Il faut plus que des mots

Il faut plus que des mots

Des sentiments mitigés, du choc à la culpabilité en passant par le soulagement

Dans le service de rééducation de l’hôpital ‘Haïm Sheba il y a foule : des centaines de bénévoles ont suspendu des pancartes et accroché des banderoles pour les soldats blessés, leur distribuant gâteaux, muffins et livres et chantant pour eux. „Nous sommes tout simplement submergés par le nombre de volontaires et avons même dû demander à certains de partir“ explique le professeur Ari Shamiss, chef de service du centre médical. Il vient tout juste de décliner l’offre d’une organisation qui voulait apporter de la soupe aux soldats blessés. „Par cette chaleur, nos garçons  préfèrent l’eau fraîche à la soupe“ nous dit le professeur Shamiss avec un petit sourire. Coordonner les aides n‘est pas toujours chose aisée.

L’hôpital ‘Haïm Sheba traite actuellement 29 soldats et une famille palestinienne avec plusieurs enfants blessés au cours des combats. „Parmi les soldats, dix ont des blessures relativement graves“ déclare le chef de service, toutes sont dues soit à des tirs de snipers soit à des charges explosives.

 

lire l'article complet sur http://israel-suisse.org.il/2014/07/il-faut-plus-que-des-mots/

Les commentaires sont fermés.