29/07/2014

Un débat convoqué d'urgence à l'ONU sur Gaza

Un débat convoqué d'urgence à l'ONU sur Gaza, crée un nouveau "rapport Goldstone" et condamne Israël pour des "grossières violations des droits de l'homme"

 

*  Vidéo devient virale:  les Palestiniens, l'Iran, la Syrie tentent de faire taire UN Watch

 

* Confronté à ses propres remarques, l'ambassadeur palestinien ne parvient pas à nier qu'il a affirmé que le Hamas commetait des milliers de crimes de guerre


GENÈVE le 23 Juillet, 2014 -  Lors de la Session d'urgence des Nations Unies du 23 juillet sur la situation dans la bande de Gaza, l'ambassadeur palestinien au Conseil de Droits de l'Homme (CDH), conjointement avec l'Iran, la Syrie, l'Egypte, Cuba et le Venezuela a essayé mais n'a pas réussi à faire taire le Directeur exécutif de UN WATCH, Hillel Neuer, pendant qu'il a défendu le droit d'Israël à résister à l'agression du Hamas, et a dénoncé l'hypocrisie de ceux qui ont initié la procédure partiale.

 

 

Comme prévu, le conseil a voté 29 pour et 1 contre (les Etats-Unis), avec 17 abstention (UE et autres), de condamner Israël pour  des «violations flagrantes des droits internationaux de l'homme », et de créer une nouvelle commission d'enquête pour produire un deuxième rapport GoldstoneCliquez ici pour voir la résolution grossièrement unilatérale  et la liste des pays qui l'ont honteusement votée.

 

 

Témoignage du 23 Juillet 2014, par le Directeur exécutif de UN WATCH Hillel Neuer, lors de la session d'urgence du Conseil des droits de l'homme des Nations unies sur Gaza 

 

Monsieur le Président, je viens de rentrer ici d'une visite en Israël pour décrire, à cette assemblée et au monde, la grave situation à laquelle j'ai assisté et que j'ai vécue.

 

Jamais, dans l'histoire de sept décennies d'existence d'Israël, ses hommes, ses femmes et ses enfants n'ont subi un tel assaut aérien massif, les forçant jour et nuit, au son des sirènes de raid aérien, de se précipiter à l'abri.

Une nation-des villes entières, des villages et agglomérations, du désert du Néguev à la Galilée, des collines de Judée de Jérusalem aux plages de Tel Aviv, a été soumis à une attaque brutale et implacable, de plus de deux mille mortiers, roquettes et missiles de longue portée, tirées depuis Gaza vers les civils dans chaque partie de la Terre Sainte.

Et jamais, dans l'histoire moderne des nations, une société libre et démocratique n'a été sous le feu d'un bombardement aussi soutenu par une organisation terroriste. Une organisation qui aspire et qui célèbre ouvertement l'assassinat des civils, et qui, par sa vision générale du monde, glorifie la mort.

Le monde at-il jamais imaginé que l'ancienne ville de Jérusalem-sacrée pour le judaïsme, le christianisme et l'islam, et qui regorge de lieux saints qui sont reconnus par les Nations Unies comme sites du patrimoine mondial protégés serait délibérément prise pour cible par des roquettes aveugles? C'est pourtant le cas.

Pendant un raid aérien à Jérusalem, j'ai couru au sous-sol d'un immeuble avec des petits enfants traumatisés qui pleuraient. Au cours d'un raid aérien à Tel-Aviv, les voisins de l'immeuble ont montré une grande force d'esprit au mépris du terrorisme, en tendant la main à des inconnus dans les abris, alors que nous entendions ces missiles exploser.


Et tandis que j'étais assis dans mon avion, sur le point de partir et de revenir ici à Genève, la sirène de raid aérien a retenti autour de l'aéroport. Nous avons tous eu à nous précipiter hors de l'avion et chercher un abri. Vous avez entendu les nouvelles aujourd'hui: maintenant les compagnies aériennes internationales  cessent de voler vers Israël à cause de ce danger. Je crois que le monde devrait saluer cette nation terrorisée, assiégée et en lutte, qui a refusé de se rendre à la démoralisation, montrant à la place un tel courage, une telle détermination et de force d'esprit pour survivre et résister à cette agression massive.  Et les gens devraient se demander : existe-t-il  un autre précédent dans l'histoire du monde d'une nation restée passive devant un bombardement durant trois semaines, visant sa population civile, par plus de 2.000 roquettes meurtrières?


La tentative par le Hamas d'arrêter l'unique aéroport international d'Israël, dans un pays déjà assiégé sur terre par des forces hostiles du nord au sud, constituerait l'étranglement d'une artère vitale pour la vie de la population et pour l'économie d'Israël. Ces actes d'agression visent également les droits souverains des nations sous les drapeaux desquels volent ces avions. Je demande à chaque ambassadeur dans cette chambre de prendre un moment et d'imaginer des terroristes tirant délibérément des roquettes meurtrières sur les aéroports de Heathrow, Charles de Gaulle, ou Francfort; Rio de Janeiro, Johannesburg, ou Tokyo. Comment réagirait votre gouvernement? Combien de temps votre nation attendrait avant de faire tout ce qui est en son pouvoir pour exercer son droit, en vertu du droit international et de la morale, de résister à cette agression?

Monsieur le Président, je passe maintenant à la résolution sur laquelle ce Conseil votera bientôt. Le texte dont nous sommes saisis dénonce Israël, nie son droit à l'auto-défense, et ne tient aucun compte de crimes de guerre du Hamas.Nous demandons: pourquoi ce Conseil refuse de dire ce qui a été dit il ya deux semaines par l'ambassadeur palestinien lui-même?

 

 

Dans un extraordinaire moment  de franchise, l'ambassadeur palestinien Ibrahim Khraishi admis, à la télévision palestinienne, que "chaque" missile palestinien lancée contre des civils israéliens constitue "un crime contre l'humanité."


 

Et que, par contraste, les mesures d'intervention propres d'Israël à Gaza  ont "suivi les procédures légales", parce que, comme l'a admis le porte-parole du Hamas à la télévision, "les Israéliens les ont avertis d'évacuer leurs maisons avant le bombardement; mais, «en ce qui concerne les roquettes lancées de notre côté, nous n’avertissons jamais personne ni de leur cible ni des opérations en cours.."


 

Une quelconque entité de l'ONU, ou toute autre personne, peuvent-ils être vraiment pour les droits de l'homme quand ils refusent de dire ce qui a été dit par l'ambassadeur palestinien lui-même?


Est-il possible que le véritable objectif de cette session est de faire taire les vraies victimes ainsi que les voix des droits de l'homme dans le monde en détournant l'attention de pires abus de la planète?


 

Nous demandons à tous ceux qui adoptent l'hypocrisie et le deux poids deux mesures : si l'année passée, vous n'avez pas protesté alors que de milliers de manifestants ont été tués et blessés par les gouvernements de la Turquie, de l'Égypte et de la Libye; quand plus de victimes que jamais ont été pendus par l'Iran; des femmes et des enfants en Afghanistan ont été bombardés; des communautés entières ont été massacrées au Sud-Soudan; des centaines au Pakistan ont été tués par des attaques terroristes djihadistes;10 000 Irakiens ont été tués par des terroristes-


 

[l'Egypte interrompt par une objection.]


Président de la session du CDH : Nous avons une motion de procédure. Egypte, vous avez la parole.

Egypte: M. Le Président, je pense que nous sommes réunis aujourd'hui pour une session extraordinaire pour discuter de la crise actuelle dans la bande de Gaza et des violations commises dans cette crise. Donc, je ne vois pas pourquoi il est légitime de discuter d'autres questions relatives à la situation des droits de l'homme dans d'autres pays.

Etats-Unis d'Amérique: Nous pensons que c'est pertinent au sujet en débat, et que vous devez donc permettre à l'ONG de continuer à parler.

Iran: Nous soutenons pleinement la motion de procédure de l'Égypte.

Canada: Nous vous demandons instamment de permettre à l'ONG pour poursuivre son intervention, qui est pertinente pour l'ordre du jour.

Israël: Il est important que la société civile participe à ce débat, et nous demandons que vous permettiez à cette ONG de continuer.

Venezuela: Nous soutenons la motion de procédure de l'Égypte.

 

Palestine: Ce n'est pas une motion de procédure, plutôt une clarification. L'orateur poursuivra dans le même sens si on ne l'arrête pas. Je vous demande de ne pas perdre de temps la dessus pour que nous puissions conclure cette réunion en temps utile.

 

Cuba:  Il est inconcevable qu'une ONG soit en mesure de venir à ce Conseil pour nous distraire avec le peu de temps que nous avons pour débattre d'une question qui est d'une importance aussi cruciale que le génocide commis actuellement contre le peuple palestinien.

 

 

Président: Je donne la parole à UN Watch, en l'enjoignant de se conformer à l'ordre du jour.


UN WatchJe vous remercie, Monsieur le Président. Je vais simplement remarquer qu'il y avait eu quelques doutes pour savoir si la  vidéo interview de l'ambassadeur palestinien à la télévision palestinienne était authentique ou non, mais nous voyons que l'ambassadeur palestinien est intervenu et qu'il n'a pas nié avoir fait ces remarques. Que les comptes rendus en tiennent compte.

 

Enfin, nous demandons: Si ceux qui refusent de parler des Palestiniens-1800 Palestiniens, sinon plus qui sont morts de faim, assassinés, par Assad en Syrie, mais qui pleurent quand Israël peut être blâmé, alors vous ne sont pas pour les droits de l'homme, vous êtes seulement contre Israël. 


Syrie: Nous sommes habitués à entendre cette ONG créer des divisions entre les représentants , et de parler en dehors de son tour. Il est étrange d'entendre une ONG  défendre le massacre de femmes et d'enfants, et la destruction des infrastructures en Palestine. J'ose espérer que l'intervenant n'est plus autorisé à poursuivre sa déclaration

 

Président: Je donne la parole à UN Watch.  

  

 

 

UN Watch: Je vous remercie, Monsieur le Président. Laissez le monde prendre acte que dans une session prétendument sur ​​les droits humains palestiniens, le gouvernement de la Syrie s'est opposée à notre évocation des 1800 Palestiniens qu'ils ont affamés et assassinés. 

 

(COMMUNIQUE UN WATCH) 

Les commentaires sont fermés.