18/03/2011

Un enfant palestinien meurt faute de soin devant un hopital libannais

Cette semaine a été riche et chargée en émotion....pas seulement à cause de l'actualité israélienne. Et je me joins à toute les familles en deuil, et je compatis à leurs tristesse.

Suite à ma note : une famille israélienne assassinée, j'ai été particulièrement choquée des commentaires. J'ai décidé d'en censurer la plupart par respect à cette famille.

Trois enfants en bas âge et un couple a été lâchement assassiné. Certains "commentateurs" ont choisis, la voie de la justification de l'assassinat.

D'un côté ces mêmes vont condamner Israël à se défendre, à riposter et d'un autre justifie les crimes les plus abjectes, ensuite ils crieront encore à l'apartheid. et lorsqu'on dénonce d'antisémitisme, on crie à la diffamation. Comment faîtes vous pour vous regarder dans une glace? vous y arrivez encore?

suite:un enfant palestinien de 11 ans meurt faute de soins...au liban


Semaine de l'apartheid israélien : un enfant palestinien de 11 ans meurt faute de soins
par Gerard Fredj
Mohamed Nabil Taha, 11 ans, est décédé sur le parking de l'hôpital dans lequel ses parents tentaient de le faire admettre...

pour une détresse respiratoire; l'admission lui a été refusée car ses parents n'étaient pas en mesure de payer les soins qui auraient pu lui sauver la vie, soit 1500 dollars.

Mohamed Nabil Taha est un enfant palestinien, et son décès s'est déroulé dans un hôpital libanais, l'hôpital de la ville de Sidon, au sud du Liban, pays où il est né.

Cette tragédie illustre la situation d'apartheid dont sont victimes les palestiniens dans les pays arabes dans lesquels ils vivent, un apartheid qui nie leur droit à l'éducation, à la santé, au travail.

Qu'elles n'auraient pas été les critiques –justifiées – si Mohamed s'était vu refuser des soins dans un hôpital israélien sous prétexte que sa famille ne pouvait pas en régler le coût.

Mais des dizaines de milliers de palestiniens sont soignés dans les établissements médicaux où hospitaliers israéliens, qu'ils aient les moyens de payer ou pas, et il n'est pas rare que des palestiniens demeurant dans les territoires administrés par l'autorité palestinienne et souffrant d'affections graves, arrivent aux urgences des hôpitaux d'Israël pour se faire soigner.

Non seulement ce n'est pas rare, mais ils étaient même 180 000 en 2010, des Territoires palestiniens mais également de Gaza à venir se faire soigner en Israël, bien que la plupart n'aient ni couverture médicale, ni les moyens de payer les soins - donc aux frais du contribuable israélien, sans que celui-ci n'y trouve à redire, car la vie ne se marchande pas.

Il y a deux semaines, le Hamas accusait l'autorité palestinienne de bloquer la livraison de médicaments permettant de soigner des maladies graves, notamment des cancers.
Certains de ces patients ont été admis dans les hôpitaux égyptiens ou israéliens.

La semaine dernière, un hôpital jordanien annonçait qu'il n'admettrait plus de malades palestiniens atteints du cancer, l'Autorité palestinienne ne payant pas les frais d'hospitalisation.

En Israël, certains terroristes, alors qu'ils avaient essayé de tuer des israéliens, ont bénéficié des soins les plus pointus dans les meilleurs hôpitaux du pays.

Il n'y aura pas de résolution du conseil de sécurité de l'ONU dénonçant l'apartheid dont sont victimes les palestiniens dans les pays arabes, mais cette semaine est la "semaine de l'apartheid israélien" décrétée aux quatre coins du monde par les organisations palestiniennes et leurs supporters

http://www.israel-infos.net/Semaine-de-l-apartheid-israelien--un-enfant-palestinien-de-11-ans-meurt-faute-de-soins-6658.html

16:27 Écrit par Rose Tel-aviv dans désinformation-information | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook

Commentaires

On assiste a un monde pouri d'injustices à l'égard de la seule democratie du proche et moyen orient: Israel. Une injustice à l'egard des minorités chretienne du moyen orient.
SUR LE MASSACRE D'ITAMAR PAR DES PALESTINIENS
En effet C'est une honte face un massacre barbare, de constater le silence de nos autorités et la complicité de la presse internationale . L'AFP qualifiant de COLONS des enfants et un nourisson de 2 mois ASSASSINES PAR UN COUP DE COUTEAU DANS LE COEUR PUIS EGORGES. quel grade avait le bébé de 2 mois assassiné? caporal ou lieutenant ?

Écrit par : lu | 18/03/2011

Les palestiniens des pays arabes :

a) se font voler leurs terres en violation des lois internationales ? Non
b) doivent passer des checkpoints ou ils se font humilier tous les jours ? Non
c) n'ont pas le droit de passer sur certaines routes ? Non
d) paient des impots mais recoivent des services de l'etat bien en deca de leurs voisins ? Non
e) se font detruire leurs champs d'oliviers et autres terres par des colons ? Non
etc...

C'est ca qui fait qu'Israel est un pays d'apartheid et pas ces pays.

L'enfant qui est mort faute de soin, c'est absolument scandaleux et j'esperes que les responsables finiront en prison. Le truc est que cela n'est pas une decision gouvernementale et que cela n'est pas specifique aux palestiniens non plus (un libanais sans assurance aurait eu le meme probleme).

-----------
NdRose.
faut savoir, si c'est la palestine et pas israel, dans ce cas, c'est normal, finalement, moi, chaque fois que je prends l'avion, je montre mon passeport.
je dois passer la frontière, arrêtez de vous plaindre.

Écrit par : Stephane | 18/03/2011

Indignez-vous "Stephane" de la mort de cet enfant palestinien mort comme un chien sur un parking faute.... d'argent...

Je ne parle pas de la haine que vous vouez entre "frères" en Afghanistan, au Pakistan et ailleurs! Alors, le Stephane, allez faire votre propagande anti-Israélienne/Juive ailleurs!

Shootez-le Rose>! Et qu'il aille vomir sans nous éclabousser, mais à sa place avec les crabes et les scorpions!

Écrit par : Patoucha | 18/03/2011

Dix missiles depuis Gaza vendredi, plus de cinquante samedi. Des dizaines et des dizaines de tonnes d'armes saisies dans des bateaux, avions et camions en provenance d'Iran. Gaza est en train de préparer une nouvelle guerre comme on monte une mayonnaise, avec beaucoup d'agilité.

Avec la bénédiction de l'onu !

Écrit par : Corto | 20/03/2011

Il "faut" détruire le hamas et le Hezbollh et "harceler" l'ONU et toutes les instances internationales afin de rétablir la vérité sur Israël.

Bien à vous tous.

Écrit par : NOËL Pierre | 20/03/2011

AFP - Des journalistes palestiniens de la bande de Gaza ont protesté samedi contre le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle ce territoire, après une attaque des forces de sécurité contre un caméraman.

Une délégation a rencontré le ministre de l'Intérieur du Hamas, Fathi Hammad, après un raid de la police au bureau de l'agence de presse Reuters, dont l'un des caméramans a eu une main fracturée.

Selon les collègues du caméraman, la police cherchait à l'empêcher de filmer les forces de sécurité en train de disperser sur une place proche un rassemblement de jeunes appelant à la réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, qui contrôle la Cisjordanie.

L'Association de la presse étrangère, qui représente les journalistes étrangers en Israël et dans les territoires palestiniens, a précisé que plusieurs journalistes avaient été attaqués lors de ce rassemblement.

"Lors d'un petit rassemblement, les forces du Hamas ont frappé un caméraman d'Associated Press et l'ont arrêté brièvement ainsi que son chauffeur", selon un communiqué. "Elles ont ensuite mis à sac le bureau de Reuters (...). Des employés ont été battus et intimidés".

Les bureaux des télévisions américaine CNN et japonaise NHK ont fait l'objet de raids similaires, selon l'association.

A l'issue de la réunion avec la délégation, le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a qualifié l'agression contre les journalistes d'"inacceptable" et réclamé la création d'une commission d'enquête.

Mardi, des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté dans les territoires palestiniens pour l'unité entre Palestiniens. Mais même si les deux mouvements semblent prêts à discuter, le Hamas a depuis eu recours à la force contre les manifestants.

L'organisation Human Rights Watch a appelé samedi le Hamas à punir les responsables de ces attaques. Selon des témoins cités par l'ONG, les forces de l'ordre ont utilisé des matraques pour disperser la foule, ont tiré en l'air et ont roulé en moto sur des manifestants.

Écrit par : Corto | 22/03/2011

Les commentaires sont fermés.