04/01/2011

attention manipulation!

La manifestante de Bil’in est décédée chez elle et non par inhalation de gaz lacrymogène.

L’enquête préliminaire sur l’incident à Bil’in qui a tué selon les sources palestiniennes J. Chaar Abu Rahma, qui manifestait contre la barrière de séparation, n’était, selon les sources de Tsahal , pas présente lors de la manifestation .

Les premières conclusions montrent qu’elle serait morte chez elle, très probablement d’un  cancer, selon  les données médicales et les contradictions de l’information provenant de l’hôpital de Ramallah.

Les premiers résultats de l’enquête sur l’incident à Bil’in aurait montré, selon des sources palestiniennes,  queJ. Chaar Abu Rahma  y aurait été tuée: Tsahal, qui est en train de terminer son enquête,  a constaté qu’Abu Rahma est apparemment décédée chez elle et, plus encore,  n’aurait pas pris part à la manifestation en question près de la clôture de sécurité..

Les documents qui  proviennent de l’hôpital de Ramallah, où Abou Rahma a été hospitalisée après le soi-disant incident , et d’après des sources supplémentaires de Tsahal, il n’aurait  pas été  procédé à une autopsie du corps d’Abou Rahma, et il y aurait des incohérences sur les dates des tests d’hospitalisation effectués à l’hôpital.

Une consommation de drogues inhabituelle

L’enquête  actuelle  indique que son analyse de sang a été effectuée à l’hôpital -, mais c’était une heure avant que l’on signale son arrivée à l’hôpital. Contrairement à ce que disent les Palestiniens, Abou Rahma avait  également des antécédents médicaux – et était atteinte d’un cancer.

Pour  preuve,  son dossier médical, dans lequel il est fait état de nombreux médicaments, habituellement utilisés pour traiter l’empoisonnement et  la leucémie. Mais,  la constatation la plus frappante est que Abu Rahma est décédé chez elle – et pas du tout par inhalation de gaz lacrymogène. L’armée israélienne poursuit toujours son enquête sur l’incident.

lu sur http://ambisrael.wordpress.com/2011/01/04/la-manifestante-de-bilin-est-decedee-chez-elle-et-non-par-inhalation-de-gaz-lacrymogene/

17:39 Écrit par Rose Tel-aviv dans désinformation-information | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook

Commentaires

Qui manipule qui, Madame Shoshana Aviva?

Écrit par : Hésiode | 04/01/2011

http://www.haaretz.com/print-edition/news/bil-in-eyewitnesses-say-woman-killed-by-tear-gas-wasn-t-even-protesting-1.335257

dit qu'elle n'etait pas une manifestante, mais a 100m en train de regarder la manifestation, et plusieurs temoins affirment l'avoir vue ainsi que l'avoir vue transportee a l'hopital.

Quand a etre atteinte d'un cancer, peut-etre, mais je ne vois pas le rapport, quand on a un cancer on ne se tient pas debout a 14 heures et meurt a 15 heures du cancer.

Écrit par : Stephane | 05/01/2011

Outre le fait que l'histoire des 20 dernières années a montré que les palestiniens sont coutumiers de ce type de manipulation - la plus drôle étant le cadavre qui chute de sa civière et se relève - je suis étonné que les milieux de défense des palestiniens n'empoignent pas cette affaire qui risquent de les discréditer.

S'il y a un jour un journaliste manipulateur au sein de la Julie, j'imagine que c'est la direction du journal qui diligentera une enquête dès la première alerte et si possible avant que la victime de la manipulation ne s'en charge.

Mais là-bas, cela ne se passe jamais ainsi... les exemple sont nombreux: l'affaire A-Dura, le photographe de Reuter qui bidouillait ses photos, la plage de Gaza où le hamas a essayé de faire passer la mise en charpie d'une famille palestinienne sur une de ses propres mines pour un bombardement israélien, et des dizaines d'autres...

Si j'étais l'agence de presse qui a propagé la fausse info, je dirais à la source de cette info: vous m'avez manipulé, je vous dénonce à mes clients et je vous boycotte une semaine, ou un mois... Mais si on ne réagit pas et qu'on continue à propager, pourquoi arrêter ?

Écrit par : gerardh | 05/01/2011

Et alors Rose? Nous en avons l'habitude et leurs mensonges ne font plus mouche!

Oh que vous voilà affligé le fameux "Stephane" ?!!!!

On ne calcule plus les morts journaliers du fait des islamistes! 42 + 21 chrétiens en ont fait les frais en deux attentats crapuleux! Mais voilà! C'est une palestinienne et sa vie a plus de valeur que tous ces gens? A quel titre? A quel titre, vous faites une montagne d'une mort palestinienne alors que les Israéliens enterrent les leurs dans la douleur et le silence. La vie d'une ou d'un palestinien vaut-elle mieux que celle d'un jeune Israélien égorgé qui, croyant aller à la rencontre d'un amour, est tombé en fait dans un guet-apens? Son corps, dont la tête ne tenait qu'à un lambeau de chair, a été retrouvé le lendemain....!

"Le 31 octobre dernier, à l'heure de la messe, un commando d'al-Qaïda prend d'assaut l'église Notre-Dame du Salut de Bagdad. Quarante-deux fidèles, en majorité des femmes et des enfants ainsi que deux prêtres, sont tués. C'est l'une des plus meurtrières attaques contre la communauté chrétienne d'Irak."

Il est temps d' arrêter ce cinéma!

Écrit par : Patoucha | 07/01/2011

Bon deux articles concernant cette affaire "d'Etat" palestinienne....
"L’annonce palestinienne selon laquelle Jawaher Abu Rahma est morte après avoir inhalé le gaz lacrymogène tiré par Tsahal lors d’une manifestation contre la barrière de séparation à Bilin a donné lieu hier à une version contradictoire de la part de l’armée qui affirme ne pas être à l’origine du décès de la jeune femme.

Dès samedi, de hauts responsables du commandement militaire de la région centre avaient émis des doutes quant à la version palestinienne. Mais hier, les officiers supérieurs affirmaient avec certitude que la mort de Jawaher Abu Rahma n’a pas été causée par les soldats de Tsahal et que cette version est une falsification et une provocation destinée à nuire à Israël.

La manifestation à laquelle Abu Rahma aurait participé s’est déroulée vendredi en milieu de journée. Selon Tsahal, les premières informations concernant des blessés – deux blessés légers – sont parvenues à l’armée dans la soirée et nul n’a évoqué de blessé grave. Les autorités militaires ajoutent que, de manière générale, lorsque des manifestants sont grièvement blessés, les services médicaux palestiniens s’adressent à Tsahal, par l’intermédiaire des bureaux de liaison, et demandent que les blessés soient évacués vers des hôpitaux en Israël.

A Tsahal on affirme que ce n’est que samedi que le blessé léger est devenu une blessée grave qui a ensuite succombé à ses blessures. Les autorités militaires ajoutent que, dans le dossier médical qui leur a été transmis, il est indiqué que Jawaher Abu Raham a subi une prise de sang à 14 heures 40 à l’hôpital de Ramallah tandis que dans un autre document il est dit qu’elle y a été admise à 15 heures 20. Au sein de l’armée on soupçonne par conséquent que ces rapports sont faux. On affirme en outre que Jawaher Abu Rahma avait de nombreux antécédents médicaux, qu’elle prenait des médicaments destinés, on estime, à traiter une leucémie dont elle souffrait et qu’elle s’était rendue à l’hôpital dix jours avant les événements de vendredi. Le rapport palestinien affirme lui qu’Abu Rahma ne souffrait d’aucun antécédent.

L’armée affirme encore que, contrairement à la version palestinienne, aucun des témoins qui ont été entendus n’a affirmé qu’une odeur de gaz se dégageait des vêtements de Jawaher Abu Rahma. De même, aucune image ne prouve qu’elle était présente à la manifestation, alors que, si une telle image existait, les Palestiniens l’auraient certainement utilisée à des fins de propagande.

Du côté palestinien, on pouvait entendre hier un tout autre son de cloche : « Ce sont des affirmations complètement fausses. Elle a été tuée à une cinquantaine de mètres de la barrière en inhalant du gaz lacrymogène. Il y avait sur place des témoins qui se sont occupés d’elle et l’ont emmenée à l’ambulance. Peut-être avait-elle des antécédents médicaux, mais sa mort est due à l’inhalation du gaz », a affirmé Sami Burnat, un des membres du comité qui organise les manifestations."

Et les mensonges fondent comme neige au soleil:

"Bi’lin – Mort de la « manifestante » : Les palestiniens avouent avoir menti – A quand un démenti des agences de presse francophones ?
janvier 11th, 2011 Europe-Israel.org
poison-desinfo
Share

L’Affaire « Abou Rahma » était en train de devenir un nouvelle Affaire « A-Dura ». Depuis quelques jours, Palestiniens et ONG de gauche – israéliennes comme étrangères – tiraient à boulets rouges sur Israël, pour « la mort atroce d’une manifestante due à une grenade lacrymogène lancée par des soldats de Tsahal à Bil’in ». Une « martyre » de plus dans l’escarcelle de propagande des Palestiniens.

Depuis le début, Tsahal soutenait que la version palestinienne était tronquée, et que cette femme n’était pas morte à cause du gaz lacrymogène. Les Palestiniens avaient refusé qu’une équipe médicale mixte israélo-palestinienne examine le corps de la défunte. Tout comme dans l’Affaire A-Dura.

Vendredi, le Commandant de la Division Judée-Samarie, Lieutenant-Colonel Nitzan Alon a annoncé « que les Palestiniens sont revenus sur leurs affirmations, et ont confirmé la version de Tsahal selon laquelle la femme était morte des suites d’un cancer et d’anomalies dans le traitement médical qu’elle a subi, et non à cause de l’inspiration de gaz lacrymogène ». La femme était rentrée chez elle après la manifestation sans blessure ou lésion particulière et était décédée le lendemain. Mais très rapidement, comme il est de coutume, une nouvelle légende sur la « barbarie israélienne » commençait déjà à courir, immédiatement relayée par les ONG israéliennes de gauche qui courent aveuglément après chaque information de source palestinienne.

Mis au pied du mur, les Palestiniens ont dû finalement avouer leur mensonge qu’ils attribuent maintenant « à une enquête trop rapidement menée » (!!!)

Mais il faudra voir dans les jours qui viennent si les médias palestiniens retirent Jahwar Abou Raham de la liste des « martyrs »… "

Mais encore:

"Israël dément la mort d'un paysan palestinien de 65 ans

Des sources palestiniennes affirmaient qu'un paysan de 65 ans, habitant le nord de la bande de Gaza, aurait été tué ce lundi par des tirs israéliens. L'armée israélienne, après enquête, a démenti formellement l'information, aucun tir n'ayant été signalé dans la zone à ce moment."

Que vont-ils encore inventer pour faire "pleurer" les journaleux du Monde et autres médias?!! pas encore vaccinés contre la désinformation. Parce que les faux "morts" ont plus d'impacts dans l'info que les morts, vrais eux, des inondations que subit l'Australie?!!

Pauvres types!

Écrit par : Patoucha | 11/01/2011

Les commentaires sont fermés.