15/12/2010

Pétition à Madame Irina BOKOVA Directrice Générale de l’UNESCO

Pétition à Madame Irina BOKOVA Directrice Générale de l’UNESCO

 

unesco5

Europe Israël et Aschkel.info lancent une grande pétition Européenne contre les deux décisions iniques de l’UNESCO de retirer le Tombeau de Rachel et le Caveau des Patriarches du patrimoine culturel et historique juif pour en faire des lieux de cultes musulmans. Cette pétition demande également que soit rectifié dans le rapport « sur l’état de la science dans les Etats arabes par Adnan Badran » l’acte de pur révisionnisme que constitue l’appropriation de Maïmonide comme prétendu savant musulman alors qu’il est historiquement prouvé que Moïse Maïmonide était un des plus grands savants juifs de l’âge d’or espagnol, et reste un des Maîtres à penser du judaïsme.


Pétition à Madame Irina BOKOVA Directrice Générale de l’UNESCO :

Madame la Directrice,

Le peuple Européen est stupéfait devant les mesures récentes prises par l’UNESCO concernant le Tombeau de Rachel et le Tombeau des Patriarches.
Que nous soyons laics, Chrétiens ou juifs, les deux décisions prisent par l’UNESCO sont choquantes pour l’ensemble du monde occidental. judéo-chrétien

Le peuple Européen s’allie aux diverses communautés juives afin de vous rappeler les points suivants:

1/ La demande 184 Ex 37 du Conseil Exécutif de l’UNESCO de retirer le Tombeau de Rachel et le Tombeau des Patriarches de la liste du patrimoine national israélien pour l’appeler « Mosquée de Bilal bin Rabah » est une décision inique, sans aucun fondement historique et outrageante pour l’ensemble du monde judéo-chrétien pour les raisons suivantes:
Le monument en question porte depuis des temps immémoriaux le nom de « tombeau de Rachel ». Les Juifs ne sont pas les seuls à l’appeler ainsi : dans l’histoire les chrétiens et les musulmans ne l’ont jamais appelé autrement !

En 1996, sans aucun fondement historique, religieux ouculturel est apparu pour la première fois l’appellation « « mosquée de Bilal bin Rabah ».

Le tombeau de Rachel a été attribué en exclusivité aux Juifs par le pacha de Jérusalem en 1615. Il a fait l’objet d’un achat par le dirigeant Juif anglais Moses Montefiore en 1841 aux autorités turques. C’est le même Moses Montefiore, qui par respect a construit un mihrab attenant au bâtiment. Le tombeau de Rachel est un lieu célèbre de pèlerinage pour les Juifs. Il ne représente rien de particulier pour les autres religions.

L’Unesco, en avalisant une dénomination idéologique et toute récente, s’associe donc à une entreprise négationniste visant à effacer la mémoire juive des lieux où leurs ancêtres ont vécu et prié depuis des millénaires.

2° La seconde mesure incompréhensible et outrageante est le choix de Téhéran pour la tenue du 23 au 25 novembre 2010 d’un colloque de philosophie sous l’égide de l’UNESCO.
Faire cet honneur à un gouvernement qui maintient son peuple dans un régime de terreur et de déni des droits élémentaires de la personne humaine, en particulier en ce qui concerne les femmes, qui s’agrippe au pouvoir après avoir truqué les résultats électoraux, qui menace continuellement d’anéantissement l’Etat d’Israël membre à part entière de l’ONU, est insupportable.
Quel est l’apport du régime iranien totalitaire à la réflexion philosophique ?  La lapidation fera-t-elle partie des thèmes traités ?

Madame la Directrice Générale, l’UNESCO a été créée sur la base de belles et nobles ambitions. Il lui est arrivé dans le passé de faillir sous l’influence de pressions politiques en violant les impératifs de vérité à la base de toute éducation qui mérite ce nom.
Cela s’est traduit par la déclaration honteuse de 1974 sur le sionisme comme racisme. Aujourd’hui, de nouveau, l’UNESCO se trouve à la croisée des chemins.

L’éducation, le progrès et la philosophie méritent de puiser leurs exemples ailleurs que chez le régime iranien. Votre élection a été accueillie avec joie par les partisans de la démocratie et de la liberté. Que restera-t-il demain de ces espoirs ?

L’UNESCO sous la pression Occidentale vient enfin d’annoncer qu’elle ne se rendra pas à Téhéran. Mme BOKOVA vient donc enfin reculer face aux pressions Occidentales.

3/ Nous avons été stupéfaits en lisant le rapport sur l’état de la science dans les Etats Arabes rédigé par Adnan Badran de lire que « Entre 1100 et 1350, durant  la première partie du Moyen Âge européen (1100-1543), les  noms de quelques savants européens apparaissaient dans la  littérature scientifique à côté d’un grand nombre de savants  musulmans, parmi lesquels Ibn Rushd (Averroès), Moussa ibn  Maïmoun (Maïmonide), Tousi et Ibn Nafis. »

Est-il besoin de rappeler à votre honorable institution que Maïmonide était un des plus grands savants juifs de l’âge d’or espagnol, et reste un des Maîtres à penser du Judaïsme ?

Moïse Maïmonide(hébreu : הרב משה בן מימון HaRav Moshé ben Maimon, acronyme ה) רמב »ם) (Ha) Rambam ; arabe: أبو عمران موسى بن ميمون بن عبد الله القرطبي اليهودي
Abou Omrane Moussa ibn Maimoun ibn Abdallah al-Kourtoubi al-Yahoudi « Moïse fils de Maïmoun fils d’Abdallah le cordouan juif  » ;grec: Μωυσής Μαϊμονίδης Moyses Maïmonides) est un rabbin  andalou du XII ème siecle.

Cette tentative de réécrire l’histoire en effaçant petit à petit 4000 ans d’histoire du judaïsme et par là du christianisme s’apparente à du révisionnisme.

Si l’UNESCO persiste dans cette voie il apparaitra clairement aux yeux du monde Occidental que cette institution est désormais sous la seule influence de l’Organisation de la Conférence Islamique. L’UNESCO perdra ainsi définitivement toute crédibilité et toute raison d’exister.

C’est pourquoi, le peuple Européen vous demande de retirer expressément ces diverses décisions, ainsi que de corriger l’erreur volontaire sur Maimonide.

Cordialement.

pour signer

http://www.europe-israel.org/2010/12/08/petition-a-madame-irina-bokova-directrice-generale-de-lunesco/

18:02 Écrit par Rose Tel-aviv dans désinformation-information | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook

Commentaires

Pour le 1) ce ne sont pas des mosquees dans le sens ou le mot mosque est connu en occident, mais ils ne font certainement pas partie du patrimoine israelien, ils ne se trouvent pas en Israel.
La decision de l'UNESCO (cf. http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001873/187356e.pdf ) mentionne d'ailleurs clairement que ces sites sont reveres par les juifs, chretiens et musulmans, avec le nom que les juifs leur donnent ainsi que le nom musulman. Le mot arabe que les occidentaux traduisent en 'mosque' ne signifie rien d'autre que lieu de priere, ce mot ne signifie nullement que c'est un site exclusivement musulman.
Il n'y a donc pas d'effacement de la connection juive. Le but est simplement de rappeler que ces lieux sont palestiniens, et pas israeliens a la suite de la decision du gouvernement israelien de les ajouter aux sites nationaux israeliens.

Pour le 2) Teheran n'est effectivement pas l'endroit approprie

Pour le 3) je ne connais pas donc ne me prononcerait pas

Écrit par : Stephane | 16/12/2010

"ces lieux sont Palestiniens " sauf que Le terme "Palestine" fut privilégié par les Romains qui, après la révolte de Bar Kokhba vaincu par l'empereur Hadrien, sont désireux d'annihiler toute trace de vie juive au sein de cette partie du monde !!

Le mot palestine est une invention basée sur la volonté de l'extermination des Juif !
Par ailleurs, dans le monde Musulman là ou se trouve une Mosquée la terre qui l'entoure et se trouve à proximité "est musulmanne" !! Il s'agit bien là d'un appropriation claire et d'ailleurs celà commence malheureusement à poser certains problèmes en Europe à ce sujet ! Pour exemple l?Imam d ela Mosquée de Lyon qui refusa de parler avec le Maire de la ville car le batiment municipal ne se trouvait pas "en terre musulmanne" !!!

Écrit par : Steeve | 16/12/2010

@Steeve :

a) Le mot Palestine vient des philistines, je vous suggere de prendre des cours d'histoire
b) C'est rigolo ce que vous dites, vous devriez aller dire ca aux libanais par exemple, qui construisent regulierement des eglises a cote des mosquees (il y a une eglise toute neuve juste a cote de la grande mosque Al Amine au centre de Beirut, je dis bien juste a cote, meme pas 20 metres: http://rumor.hypotheses.org/103 voir la photo en bas de page)

Bref, il va falloir reviser vos connaissances

Écrit par : Stephane | 16/12/2010

"Stéphane: encore faudrait-il que vous regardiez la découpe des quartiers LIbanais pour en comprendre le schéma..ce qui n'a rien à voir avec les villes européennes!

Oui, visiblement vous n'avez pas les même livres d'histoires !!

Écrit par : Steeve | 16/12/2010

Quelle decoupe ? Vous avez vu le centre de Beyrouth ou cette photo a ete prise ? Visiblement vous n'y avez jamais mis les pieds, le centre de Beyrouth ressemble plus a Paris qu'autre chose.
Le reste du Liban est certainement separe entre quartiers a majorite chretienne et musulmans, mais c'est la meme chose en Israel hein.

La realite elle est la, en photo, et prouve que vos histoires de "terre musulmane" autour d'une mosque sont completement fausses.

Écrit par : Stephane | 16/12/2010

Bonjour Madame,
Je me permets respectueusement de vous présenter cette courte bio-bibliographie de Maïmonide afin de corriger cette regrettable erreur de le présenter comme philosophe musulman. Ce qui n'ôte en rien la dimension féconde du dialogue que ce très grand penseur juif a pu entretenir avec des musulmans.
Croyez en ma considération
ML Cohen


Maïmonide (1135-1204) est né à Cordoue. Lorsqu’en 1148, les fanatiques Almohades installent leur pourvoir et imposent la conversion ou mort, il fuit avec sa famille ailleurs en Espagne, puis au Maroc. De 1158 à 1159, la famille s’installe à Fez. Ils seront à nouveau chassés par les Almohades. Il part pour la Terre Sainte qui est alors l’enjeu des Croisades. Puis il s’installe en Egypte où il perdra son père et son frère David (mort dans l’Océan Indien). Installé en Egypte, il devient le médecin de la cour du vizir de Saladin, et n’a de revenus que de sa pratique médicale. Sa première épouse décède à l’arrivée en Egypte, et il aura un seul fils, Abraham, en 1187, avec sa seconde épouse. Il finira ses jours en Egypte.
On peut lire une description de sa vie, sa pratique médicale intense ainsi que ses responsabilités dans la communauté juive, dans une lettre fameuse, à Samuel Ibn Tibbon, juif provençal, le traducteur en hébreu du Guide des égarés, en 1199.

Oeuvres de Maïmonide :
Livre de la connaissance (1ère pièce du Michné Torah)
Terminologie logique (écrit à l’âge de 13 ou 14 ans)
Traité du calendrier
Epître de la conversion
Epître au Yemen
Epître de la résurrection des morts
Introduction au chapitre : Qui prendra part au monde futur ?
Traité des Huit Chapitres
Michné Torah (code de la loi juive, écrit en hébreu, qui est une synthèse de toute la tradition talmudique jusqu’à son époque et qui fut adopté par la plupart des communautés juives)
Guide des égarés (1)
Les deux oeuvres fondamentales sont le Michné Torah et le Guide des égarés.

Écrit par : Cohen | 27/12/2010

Pauvre UNESCO!!!je suis stupéfait mais pas surpris... devant les mesures récentes prises par l’UNESCO concernant le Tombeau de Rachel et le Tombeau des Patriarches.


Cordialement.


A.Zacharish

Écrit par : A. Zacharish | 29/12/2010

Les commentaires sont fermés.