01/12/2010

Le révisionnisme et le négationnisme sont des crimes contre l’Histoire.

(article de 'Ami Artsi rédigé et publié le lundi 22 novembre 2010 (yom shéni 15 kislev 5771))

 

Le révisionnisme et le négationnisme sont des crimes contre l’Histoire.


On a coutume de définir le négationnisme comme suit : négation d’un génocide perpétré.

De la même manière, le révisionnisme est ainsi défini : modification du nombre de victimes d’un génocide, réécriture de l’Histoire de manière fantaisiste.

 

Pour autant, étendre la définition du terme « négationnisme », dans son sens juridique, à la négation des génocides ayant échoué ou des projets génocidaires est une nécessité impérieuse.

Nier l’existence d’un projet génocidaire, établi par des preuves indiscutables, doit être passible de poursuites pénales et de sanctions exemplaires.

 

Israël est un parfait exemple de ce qu’est une victime du négationnisme et du révisionnisme. Le négationnisme et le révisionnisme anti-israéliens s’entremêlent. Le premier prétend que les pays arabes et les Arabes de Palestine n’ont jamais cherché à mener une guerre d’extermination contre le peuple juif, permettant au second de définir les Juifs (et, à travers eux, leur Etat : Israël) comme agresseurs, colonialistes, illégitimes, expansionnistes qu’il était indispensable de combattre, auxquels il était vital de « résister » (c’est sur une démarche révisionniste que la propagande arabe présente les Arabes de Palestine comme un peuple de  « Résistants », ayant toujours vécu sur la terre de Palestine, face à un envahisseur imaginaire que serait Israël et son peuple, plaçant de facto ceux-ci dans un rôle, tout aussi imaginaire, de Nazis).

 

Le révisionnisme des Arabes de Palestine commence dans la notion de « peuple », car s’il s’agît bien d’une population, il ne s’agît pas pour autant d’un peuple. Pour être défini comme « peuple », un groupe d’individus doit avoir une Histoire, une langue commune et un pays commun. Les Arabes de Palestine n’ont aucun de ces trois points, contrairement aux Juifs.

 

Leur Histoire est contemporaine (1965), ils n’ont pas de pays commun (ils proviennent des pays arabes de la région), ils n’ont pas de langue commune si ce n’est l’arabe de leurs pays respectifs, le palestinien n’existe pas. Les Juifs, eux, ont un pays commun depuis plus de 3 millénaires, même lorsqu’ils en ont été chassé : Israël, une Histoire vieille de 3 000 ans et une langue commune : l’hébreu.

 

Faire du révisionnisme, travestir l’Histoire, peut se conjuguer au passé, mais aussi au présent. Diffuser de la désinformation, c’est faire du révisionnisme au présent. Nier le lien historique entre les Juifs et leur terre, c’est également du révisionnisme, tout comme prétendre que des lieux saint juifs sont des lieux saints d’une autre religion ou s'opposer aux recherches archéologiques, celles-ci permettant de déterrer l'Histoire.

 

Le négationnisme aussi peut se conjuguer au présent : négliger le fait que le ‘Hamas comme l’OLP ont toujours dans leur chartre des articles appelant à la destruction d’Israël, nier que ces organisations ont un projet génocidaire à l’encontre du peuple juif, c’est du négationnisme.

 

Si Israël et d’autres nations se battaient conjointement pour étendre la définition juridique du négationnisme et du révisionnisme auprès des instances internationales, il serait plus difficile pour les anti-israéliens de poursuivre leurs offensives et cela rendrait justice également à bon nombre de peuples et communautés souffrant du négationnisme et du révisionnisme au présent.

 

C’est un devoir qui nous incombe à tous, pour les générations passées, présentes et futures, de protéger, en tout temps, l’Histoire de ses falsificateurs !

 

 

Par 'Ami Artsi עמי ארצי

http://largument.over-blog.com/article-extension-indispensable-de-la-definition-juridique-et-de-l-illegalite-du-negationnisme-et-revisionnisme-61484675.html

19:16 Écrit par Rose Tel-aviv dans Antisémitisme | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook

Commentaires

L'Histoire, c'est comme les faits "ils sont têtus" c'est bien -un devoir- de ne pas oublier, et, de rester vigilant.

Mes meilleures pensées aux personnes aux victimes des feux en Israël.

Bien à vous.

Écrit par : NOËL | 02/12/2010

C'est fantastique cet article qui en meme temps se plaint de révisionnisme arabe, tout en repetant que les palestiniens n'existent pas.

C'est bien beau ca, surtout surtout arretez de dire que les israeliens n'existent pas, mais en meme temps nous on ne va pas se gener pour dire que les palestiniens n'existent pas et leur nier toute legitimite !

Quelle hypocrisie crasse quand meme... Vous feriez vraiment mieux de balayer devant votre porte avant d'aller vous plaindre d'anti-semitisme et revisionnisme
----------------------------.

Écrit par : Stephane | 07/12/2010

Relisez l'article :-) n'interprétez pas comme cela vous chante.

En fait vous reconnaissez -si je peux comprendre votre post- le droit aux "palestiniens" le droit de nier l'existence d'Israël?

ps:Vous pourriez aussi être plus poli ... vous avez l'air bien agressif...

Écrit par : Rosetelaviv | 08/12/2010

Noël : le palestinien est-il une langue qui existe comme le chinois, le français, l'arabe, l'espagnol, l'italien, etc... ? Si oui, il faudrait que vous m'indiquiez les universités qui l'enseignent !

Les Palestiniens viennent des pays limitrophes, les documents historiques des pays en questions et ceux des autres pays du monde le prouvent. Je n'invente rien et je ne nie pas l'existence de la population palestinienne mais elle n'existait pas jusqu'au 20ème siècle en tant que peuple, en tant que nation. Il a fallu que Yasser Arafat donne en 1967 des allures nationalistes à la cause palestinienne pour que les Palestiniens se définissent comme une nation. Ils se considéraient et étaient considérés jusque-là par les pays arabes comme des Arabes s'étant établis dans la région de Palestine. Ni plus ni moins. Désolé de briser tes rêves, mais tu ferais peut-être mieux de te documenter sur l'histoire de cette région avant de partir en live et me traiter d'hypocrite.

Écrit par : 'Ami Artsi | 22/04/2011

Le Troll antisémite est de retour! Il s'accroche l'ignare!

"se plaint de révisionnisme arabe, tout en repetant que les palestiniens n'existent pas."

- le révisionnisme est ainsi défini : modification du nombre - de victimes d’un génocide, réécriture de l’Histoire de
- manière fantaisiste.

Donc, dire que les "Palestiniens" n'existent pas c'est vrai pour quelqu'un qui connaît l'histoire. Et pour cela je laisserai la "parole" à Joseph Farah qui suivra après mon commentaire.

"Vous feriez vraiment mieux de balayer devant votre porte avant d'aller vous plaindre d'anti-semitisme et revisionnisme"

Mais quelle ignorance crasse que cet antisémite doublé de révisionniste et de négationniste! Qu'y a-t-il à balayer? La vérité? Les arabes de Palestine n'ont aucune légitimité parce qu'aucune base juridique, légale ne leur donne la citoyenneté palestinienne! Mettez-le une fois pour toutes dans votre petite cervelle:

Mythes du Moyen-Orient de Joseph Farah
La vérité est que la Palestine est un Mythe !


Et bien, en tant que journaliste Arabe Américain qui s’est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd’hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des Musulmans de contrôler des sites qu’ils considèrent sacrés.


Surpris ? _ Alors comment expliquer qu’avant la guerre des Six-Jours en 1967, il n’y eu aucun mouvement sérieux de revendication d’indépendance palestinienne ?

" Avant 1967 ? " me direz-vous, " les Israéliens n’occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem "


C’est vrai. Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n’est pas des mains des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu’Israël conquît la Judée, la Samarie et Jérusalem Est. Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens ? Est-ce qu’une seule résolution de l’ONU à vue le jour à ce sujet ? Non et non. Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu’Israël ait gagné cette guerre ?

La vérité est que la Palestine est un Mythe !

Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l’an 135 de l’ère actuelle par l’empereur Romain Hadrien, qui, non content d’avoir éradiqué la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1000 ans !), non content d’avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d’avoir interdit l’accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu’il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d’un nom dérivé des Philistins. Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d’ajouter l’insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en " Alea Capitolina ", mais cela ne rencontra pas le même succès.


La Palestine en tant qu’entité autonome n’a jamais existé au cours de l’Histoire. Jamais ! Le pays fut dominé successivement par les Romains, par les croisés Chrétiens, par les Musulmans (qui n’ont d’ailleurs jamais fait de Jérusalem une capitale pendant qu’ils occupaient le pays), par les Ottomans et, brièvement, par les Britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Dès 1917, avec la déclaration Balfour, les Britanniques s’étaient montrés favorables à céder au moins une partie du territoire au peuple Juif afin qu’ils y établissent un Etat souverain.


Il n’existe pas de langue proprement Palestinienne. Ni même de culture spécifiquement Palestinienne. Il n’y a jamais eu de Palestine dirigée par des Palestiniens. Ces derniers sont des Arabes, et sont indissociables des Jordaniens (la Jordanie étant elle aussi une invention récente, créée de toutes pièces en 1922 par les Britanniques). Mettez-vous bien en tête que le monde Arabe contrôle 99.9% des terres du Moyen-Orient. Israël ne représente que O,1% de la superficie régionale !


Mais cela est déjà trop pour les Arabes. Ils veulent tout. Et c’est précisément là que se situe le nœud du conflit qui les oppose à Israël. Avidité. Fierté. Jalousie. Convoitise. Toutes les concessions que pourrait faire Israël n’y suffiront pas.

Qu’en est-il des lieux saints de l’Islam ?

Il n’y en a tout simplement aucun à Jérusalem. _ Cela vous choque ? Vous pouvez l’être. Je suis persuadé que vous n’entendrez jamais cette vérité brutale de la part d’aucun média international. C’est politiquement incorrect.


Je sais que vous me direz : " la Mosquée Al Aa et le Dôme du Rock à Jérusalem représentent le troisième lieu saint de l’Islam. "


Et bien, sachez que c’est faux ! En réalité, le Coran ne fait aucune mention de Jérusalem. La Mecque est citée des centaines de fois. Médine est mentionnée un nombre incalculable de fois. Mais Jérusalem, jamais (inversement, Jérusalem est citée 669 fois dans la Torah !). Il n’existe aucune preuve historique que le prophète Mohammed se soit rendu à Jérusalem.


Alors comment Jérusalem est-il devenu le troisième lieu saint de l’Islam ? Les Musulmans, aujourd’hui, se réfèrent à un vague passage du Coran, la 17ème Sourate, intitulée " le Voyage Nocturne ". Il y ait fait état d’un rêve de Mohammed qui fût transporté de nuit " du temple sacré au temple le plus éloigné dont nous avons béni l’enceinte` ". Au septième siècle, des Musulmans ont identifié les deux temples mentionnés dans ce verset comme étant la Mecque et Jérusalem. Voilà à quoi tient la connexion si étroite entre l’Islam et Jérusalem - connexion faite de rêve, d’imagination, d’interprétations et de mythe. Parallèlement, le peuple Juif voit son enracinement à Jérusalem remonter jusqu’à l’époque du patriarche Abraham.


La dernière vague de violence qui sévit en Israël a eu comme origine, dit-on, la visite du chef du Parti Likoud Ariel Sharon sur le Mont du Temple, là où se trouvent les fondations du Temple construit par Salomon. C’est le site le plus saint du judaïsme. Sharon et son entourage y furent accueillis à coups de jets de pierres et d’insultes. Je sais à quoi cela ressemble. J’y étais. Pouvez-vous imaginer ce que ressentent les Juifs lorsqu’ils sont menacés, lapidés et tenus éloignés du lieu le plus saint du judaïsme ?


Alors, me direz-vous, quelle est la solution pour apporter la paix dans ce Moyen-Orient ? Franchement, je ne pense pas qu’un homme aujourd’hui puisse se prévaloir de détenir une solution durable. Mais s’il y en a une, elle se doit de commencer par rétablir la Vérité. La poursuite des mensonges n’apportera que plus de chaos. Continuer à mépriser un droit légitime vieux de 5,000 ans pour les Juifs, de surcroît renforcé par des preuves historiques et archéologiques éclatantes, en les opposant à de fausses revendications, ne pourra que donner une mauvaise réputation à cette diplomatie de menteurs.

Joseph Farah

Écrit par : Patoucha | 23/04/2011

@ Ami Arts ?

J'aurais mieux compris votre attaque contre Stephane mais NOËL?

Vous oubliez de mentionner que le mot Palestine a été donné par les Romains!

Je laisse cet article pour mieux comprendre la haine d'Israël:

Israël, objet de la jalousie éternelle – par Ftouh Souhail
Publié le 11 mai 2011

Israël, qui célèbre ces jours ci son 63e anniversaire, est l’objet d’une jalousie extrême dans le monde arabe. La haine du Juif ex dhimmi, fait tellement partie de notre culture, voire de notre enseignement, que pour l’éradiquer il faudra des générations. Il suffit de lire les inepties répétées en ce moment dans nos médias.
En effet, malgré des guerres décadaires, un terrorisme permanent et de nouveaux ennemis, Israël apparaît comme une prodigieuse réussite sur tous les plans.

En Tunisie par exemple, Hassen Zargouni écrivait il y a quelques jours, dans une lettre adressée aux dirigeants d'Ennahdha (le parti islamiste) :

« L’Etat d’Israël nous nargue avec son positionnement de leader au niveau mondial dans les services informatiques, dans son industrie pharmaceutique, dans sa maitrise des technologies des énergies renouvelables … son seul moteur étant une instrumentalisation du sentiment religieux et national pour la maîtrise des sciences et des arts. Ce pays, voyou certes, est à ce titre un bel exemple pour un pays comme la Tunisie. » (1)

L'expression belliqueuse « État voyou » démontre combien ces gens (même faisant parti de l'élite arabe) (2) sont jaloux de ce que Israël a accompli avec au fond très peu de ressources, surtout dans les premières années de son indépendance. Et vous savez pourquoi c’est ainsi ? Parce que les Juifs et les Israéliens sont des gens travailleurs, débrouillards, déterminés et économes. Et le drame, c’est que les populations des pays arabes ne peuvent en faire autant.

Donc naturellement, les arabes, qu’ils soient “modérés” ou djihadistes, se rejoignent dans la jalousie d’Israël, non pas seulement parce que ce pays tient encore et toujours, mais parce qu´il réussit à une vitesse éclair, ce qui, de ce fait, est une gifle dans le visage des jaloux, arabes ou pas. C’est le point de rencontre entre les courants arabo-musulmans.

Mardi soir, le Ministre israélien de l'Education, Guideon Saar, a déclaré que "la réussite d'Israël dans différents domaines découle de son choix de la démocratie, et éveille en parallèle la jalousie de ses voisins".

Certains voyous illettrés osent l'appeler l'entité sioniste, comme si cet État n'existait pas. Ils sont à ce point humiliés par la réussite d'Israël et des juifs, qu'ils cherchent par tout moyen comment les détruire et prendre leur place. De fait, il est difficile pour les arabes de vivre en voisin des Juifs israéliens. C'est irritant et très inconfortable. Israël embarrasse les arabes parce qu'il représente une réussite au-delà de leur l’imagination dans les mêmes conditions géographiques et climatiques qu'eux.

Depuis Nasser, ils n’ont jamais cessé de promettre la destruction de l'Etat d'Israël, et de jeter les juifs à la mer. Or que c'est il produit ? Ils ont perdu toutes les guerres, l'une après l'autre, et on ne compte plus les humiliations qu’ils ont subies. Et ils ont parfois l'audace de proclamer qu'une fois encore ils sont vainqueurs.

Ils partagent avec les antisionistes la jalousie de voir qu'Israël ne se laisse pas faire, résiste, continue à construire, à étudier, à créer de la connaissance et de la richesse, contrairement aux obscurantistes et aux illettrés qui les entourent. Rien que pour cela, j'estime que les juifs israéliens méritent notre respect et notre admiration. Je pense toujours et de tout mon cœur à eux tous là-bas, entourés de tant d'ennemis, et je prie pour eux.

© Ftouh Souhail, Tunis, pour Drzz.fr

(1) Tunisie : Quand Hassen Zargouni s'adresse aux dirigeants d'Ennahdha

(2) Hassen Zargouni est un économiste/statisticien tunisien, et président d’un bureau d'études de marché sur l’Afrique du Nord.

Écrit par : Patoucha | 12/05/2011

Les commentaires sont fermés.