21/09/2010

le blues avant kippour

Depression.jpgQuantité de personnes dépriment juste avant, et pendant, la période des fêtes. Le phénomène porte un nom : "le blues des fêtes".

Les professionnels de la santé mentale le savent bien. Quantité de personnes dépriment juste avant, et pendant, la période des fêtes. Un état qui se dissipe dès la fin de ces quelques semaines. Le phénomène porte même un nom : “le blues des fêtes”. Il est en relation directe avec les nombreux espoirs que chacun place en cette période d’introspection. Les gens espèrent que tout se passera mieux au cours de la nouvelle année que lors de la précédente. Nous sommes supposés nous sentir heureux et ne penser qu’au bonheur. Mais cette attente ne colle pas forcément avec la réalité.



Alors que Rosh Hashana incarne la chance d’effacer l’ardoise et de prendre un nouveau départ, pour certains, il est difficile d’adopter cette attitude enthousiaste. Les célébrations sont pour eux empreintes de nostalgie, ou marquées par des souvenirs amers. Elles poussent à comparer passé et présent. La différence entre la situation du moment et ce qu’ils auraient aimé être, ou ce qu’ils aimeraient devenir, les accable.

Beaucoup sombrent, de manière brutale et inattendue, dans la morosité. Le souvenir d’un être aimé, une rupture amoureuse, ou encore la conscience du temps qui passe et de la santé qui se dégrade, peuvent constituer des éléments déclencheurs. Certains s’inquiètent de leur situation économique et craignent qu’elle ne se détériore avec la nouvelle année. D’autres encore portent des souvenirs d’enfance douloureux de fêtes passées dans une famille en crise par exemple. Ces pensées désagréables, et leurs antécédents, restent gravés dans le subconscient. Quelle expérience de se sentir triste lorsque tout le monde est supposé se sentir heureux !

Source: http://fr.jpost.com/

18:31 Écrit par Rose Tel-aviv | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.