05/09/2010

gaza le nouveau centre commercial

 

par

Stéphane Amar, collaboration spéciale
La Presse

http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/2010...

(Jérusalem) Un nouveau centre commercial a été inauguré à Gaza à la fin du mois de juillet, signe, selon les Israéliens, d'une amélioration de la situation économique. Pure propagande, répondent les Palestiniens. Notre journaliste s'est penché sur cette controverse alors que reprennent les pourparlers de paix.

A priori, c'est un modeste centre commercial comme il en existe des milliers dans le monde arabe: une dizaine de magasins répartis sur deux étages, des enseignes bariolées et des néons en pagaille sur fond de musique d'ambiance. Mais à Gaza, où tout a force de symbole, le Gaza Mall est devenu un enjeu politique dès son ouverture, à la fin du mois de juillet.

 

Pour l'État juif, les images de ces rutilants commerces courus par les Gazaouis infligent un cinglant démenti à la propagande anti-israélienne qui présente Gaza comme un territoire sinistré, rongé par la misère.

«Alors que le Hamas demande la levée du blocus, le commerce local semble se porter très bien», note ironiquement le journal à grand tirage Yediot Aharanot. De son côté, la classe politique israélienne a saisi l'occasion pour dénoncer en choeur les rumeurs de crise à Gaza.


Pour les plus fortunés

«Ce centre commercial n'a rien de commun avec ce que l'on trouve en Occident», tempère Sami Abdelshafi, homme d'affaires de Gaza. «Oui, l'ouverture de ce centre commercial traduit la volonté des habitants de Gaza de continuer à vivre le plus normalement possible. Mais elle ne marque en rien une reprise de l'économie.»

L'ouverture du centre commercial vient surtout souligner la complexité du blocus auquel est soumis Gaza. Car depuis l'assouplissement consenti à la suite du raid contre une flottille d'aide humanitaire en mai, tous les biens de consommation peuvent entrer librement: produits alimentaires, parfums de marque, matériel électronique...

Le Gaza Mall n'a donc rien à envier à ses homologues occidentaux. Mais l'Égypte et Israël continuent de limiter sévèrement la circulation des personnes et des matières premières.

«Sur le fond, rien n'a changé, déplore Rami Fayyad, professeur de français à Gaza. Seuls les plus fortunés ou ceux qui ont la chance d'être employés dans la fonction publique peuvent se permettre d'acheter ici.»

Photos et polémique

L'inauguration du centre commercial a alimenté encore un peu la défiance des Israéliens envers Gaza. Depuis quelques jours, des photos montrant des rues verdoyantes et des gratte-ciel flambant neufs de Gaza circulent sur l'internet avec cette légende: «Devinez où ont été prises ces photos?» Le message est clair: les Palestiniens trompent la communauté internationale en exagérant leurs difficultés économiques.

«Le vrai problème des Palestiniens à Gaza, c'est la dictature islamiste du Hamas et le blanchiment d'argent. La croissance économique de Gaza ne pourra se faire qu'après la disparition du fondamentalisme islamique», dit Richard Sitbon, économiste au ministère des Finances d'Israël.

Mais Gaza, malgré quelques poches de prospérité comme le Gaza Mall, reste une enclave sous perfusion où vivent plus d'un million de Palestiniens. Son économie dépend en grande partie de l'aide internationale, et le Hamas se maintient au pouvoir grâce aux subsides iraniens.

«On ne peut pas parler de crise à Gaza, au sens où les gens ne meurent pas de faim comme dans certains pays d'Afrique. C'est avant tout une crise de la dignité. Les Gazaouis ne peuvent pas sortir librement. Ils ne maîtrisent ni leurs eaux territoriales, ni leur approvisionnement en électricité ou en carburant. Ce centre commercial ne doit pas faire illusion», estime Karim Lebhour, auteur du livre Jours tranquilles à Gaza.

11:05 Écrit par Rose Tel-aviv dans désinformation-information | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook

Commentaires

Il semblerait que votre blog s'affiche dur la liste, Shalom et bien venue sur la blogosphère genevoise !
Bon votre blog a encore été placé en bas de la liste, bien en dessous de ceux de la bonne foi porteuse d'espoir des islamistes, mais il semble que ça à du quand même chauffer la moindre dans la rédaction de la TDG !

Alors effectivement Rose, vous êtes quand même trouble-fête avec un s, alors que les blogs "humanitaires" se donne un mal fou afin d'apitoyer leurs donateurs en salissant l'état hébreu, votre site semble quelque peu déranger l'ordre des mythes avec des photos et même des pas photos à l'appui !

En espérant voir plus souvent cette petite étoile autrefois obligatoire, briller dans nos cieux neutres, je vous remercie de votre présence objective !

Écrit par : Corto | 06/09/2010

La télévision « Al Arabiya » consacre, ce soir, la part du lion de son journal de la nuit au dossier nucléaire iranien, notamment après la divulgation du rapport de l’AEIA. Ce document précise que la production totale d’uranium enrichi à 20% de l’Iran a augmenté de 15% depuis le mois de mai dernier, passant de 15 à 22 kilogrammes fin août. Au total, l’Iran dispose de 2.803 kilogrammes d’uranium faiblement enrichi. L’AIEA affirme rester « préoccupée par l’éventuelle mise au point en Iran d’une charge nucléaire destinée à un missile balistique ». « Al Arabiya » a rappelé les capacités balistiques iraniennes, notamment les missiles de longues portées récemment testés. Selon le site « Now Lebanon », l’uranium iranien est essentiellement stocké dans la centrale nucléaire de Natanz.

L’Agence internationale basée à Vienne, en Autriche, dénonce également les « objections répétées » opposées par Téhéran au choix des inspecteurs et précise que la République islamique a empêché deux experts nucléaires de l’ONU d’entrer sur son territoire en juin dernier.

L’AIEA demande aux autorités iraniennes, qui assurent ne pas chercher à fabriquer une bombe nucléaire, de lui donner accès aux sites et aux équipements qu’elle veut inspecter ainsi qu’aux personnes qu’elle souhaite interroger. L’agence s’en prend également à la Syrie, qui a refusé de coopérer avec les inspecteurs onusiens qui enquêtaient sur le site de Deir Ez-Zor, bombardé par Israël en septembre 2007. L’AIEA souligne à cet égard que trois sites soupçonnés d’abriter des activités nucléaires liées au site détruit d’Al-Kobar, sont aussi interdit d’accès aux inspecteurs.

Après la publication de ces informations, Washington s’est dit inquiet. En effet, pour la Maison Blanche, le contenu du nouveau rapport de l’AIEA est inquiétant, et montre que Téhéran aspire toujours au nucléaire militaire. Cependant, le représentant de Téhéran à l’AIEA, Ali Asghar Soltanieh, a déclaré avec ironie que « le rapport ternit la réputation technique de l’agence et montre que les activités nucléaires de l’Iran sont sous son entière supervision ».

Écrit par : Corto | 07/09/2010

Merci pour cet article copier/coller.

Dites-moi, il était bien ce cours ? http://thelede.blogs.nytimes.com/2010/08/20/wikipedia-editing-for-zionists/

Et que pensez-vous des nouveaux containers poubelles à Hébron ? http://observers.france24.com/fr/content/20100906-hebron-vendeurs-palestiniens-croulent-sous-dechets-colons-israeliens

Et du fait que peu avant le "négociation de paix" en cours, qu'Israël annonce continuer les colonisations ? (pardon, j'utilise le mot de novlangue "implantations")

Écrit par : Djinius | 07/09/2010

Juste au cas où, les habitants juifs de Hébron ne sont pas des colons, ni des "implantés". Ils ont acheté des maisons et des terrains à ceux qui voulaient bien les leur vendre. Rien à voir avec les implantations de Cisjordanie gagnés après l'attaque ratée des pays arabes pour détruire "l'entité démoniaque". Il y a tjs eu des juifs à Hébron et à Jérusalem (bien avant que l'Islam ne soit inventé), seul l'extrémisme palestinien ne leur permet plus de vivre en sécurité, d'où l'armée. J'ajouterais que les Israéliens qui étaient encore sensibles à la cause palestinienne ont vu comment les palestiniens nous récompense lorsqu'on vide les implantations de leurs habitants siiiiii indésirables et si dangereux pour la paix : destruction de lieux de prière, destruction d'appareils de productions agricoles, destruction d'habitation et putsch des Islamistes pour implanter une base militaire iranienne à Gaza. Les gentils palestiniens veulent l'arrêt de colonie, mais qu'est-ce qu'Israël reçoit en retour? Je vous le demande!

Écrit par : Bibi | 07/09/2010

"L’Agence internationale basée à Vienne, en Autriche, dénonce également les « objections répétées » opposées par Téhéran au choix des inspecteurs et précise que la République islamique a empêché deux experts nucléaires de l’ONU d’entrer sur son territoire en juin dernier."

Bah! Mohamed Al Baradai s'est affairé, comme une abeille, pendant 5 ans et jusqu'au jour de son départ, à protéger les mollahs et à nier l'évidence donc aujourd'hui L'AIEA tremble pour son matricule et ouvre tout grand son parapluie, voilà tout.

"L’agence s’en prend également à la Syrie, qui a refusé de coopérer avec les inspecteurs onusiens qui enquêtaient sur le site de Deir Ez-Zor, bombardé par Israël en septembre 2007."

Hilarante cette AIEA ! Aussi fourbe que sa maison mère.

Le Baradaï a disposé, en même temps que les cow boys, des prélèvements effectués sur site par, devinez qui, ainsi que des photos aériennes des installations nucléaires syriennes prises par, devinez qui. Résultat des courses, le brave homme a procédé à un classement vertical minutieux des éléments de preuve et la Syrie n'a pas même porté plainte auprès de l'ONU pour destruction totale de son joujou nucléaire par, devinez qui. Dans un premier temps, stoïque, l’oculiste de Damas, n’a rien moufté puis, sa nature ayant repris le dessus, il n’a su contenir sa pulsion et s’est mis a aboyé et à menacer l’Etat d’Israël de ses foudres avant de se reprendre et de réaliser, le con, qu’il accréditait totalement la version Israélienne. Trop tard, plus qu’à passer sa belle centrale par perte et profit, et sans couiner. De la belle ouvrage quoi.

Il faudra bien un jour démanteler ce repaire de malfaisants qu'est devenu l'ONU et liquider tous ses satellites, aussi nuisibles les uns que les autres.

Écrit par : Giona | 07/09/2010

Les commentaires sont fermés.