05/08/2010

Malnutrition au Niger

Triste et inquiétant, révoltant pas très glamour, qui essaye d'en parler? en tout cas, à force de focaliser l'attention des médias sur israël, on oublie trop souvent le sort de ces malheureux, qui sont à 98% musulmans. Nos islamistes de la tdg ne les mentionnent pas: alors insensibles? le sort des israéliens est-ils plus important?

Du dépistage aux soins intensifs pour enfants malnutris

30.07.2010 13:59 - mise à jour: 31.07.2010 13:59

http://www.tsr.ch/info/2322999-du-depistage-aux-soins-intensifs-pour-enfants-malnutris.html

Dans les zones rurales du sud du Niger touchées de plein fouet par la famine, les autorités locales et Médecins sans Frontières (MSF) tissent un réseau de structures de santé afin de prévenir et de traiter les cas de malnutrition sévère chez les enfants. Reportage.

Dan Tchiao, un village au milieu de nulle part, au bout du Niger. En bordure de la piste sèche se dresse le seul édifice en dur de la localité autour duquel se massent une quarantaine de femmes, leur enfant sur le dos enroulé dans des boubous multicolores: la case de santé. "C'est le premier mâillon de la chaîne de détection des cas de malnutrition", explique Chapou Doua, "agent communautaire" dans cette localité de 800 habitants au sud du pays à 98% musulman."Nous effectuons des consultations et informons les mamans sur les risques qu'encourent leurs enfants s'ils sont livrés à eux-mêmes ou plus allaités en cette nouvelle période de famine", poursuit l'employé du département régional de la santé publique.


vaincre le scepticisme

Comme Chapou Doua, ils sont 75 agents communautaires à intervenir dans les 86 villages du secteur. Leur rôle de prévention et de détection de la malnutrition est particulièrement crucial en ces mois dits de soudure, les plus critiques de l'année: le travail aux champs en vue des récoltes de novembre occupe la quasi totalité des adultes, alors que les réserves des mauvaises moissons de l'an dernier sont déjà quasiment épuisées. Une situation récurrente dans la région de Magaria qui plonge les 70% de la population dans une situation d'insécurité alimentaire aiguë

...........

Le 2e maillon de la chaîne

Mais le fait du jour, pour Renata, se trouve à Dungas, village situé à un jet de pierre du Sahel de Dan Tchiao. Quelque 300 personnes ont répondu ici à l'appel par haut-parleur de l'animateur planté sous un arbre centenaire en bordure de la place du marché. Alignées le long du cordon vert qui délimite l'espace de consultation à même le sol, les mères attendent patiemment leur tour dans les rires et les pleurs d'enfants. Le visage sombre, Renata ne tarde pas à ordonner la première évacuation d'urgence d'une fillette apathique vers le centre de soins ambulatoires du secteur, le deuxième maillon de la chaîne. "Cela fait une semaine que cette enfant souffre de diarrhées et de fièvre. Sa maman n'a rien fait..., soupire Renata. Son état de malnutrition est sévère, mais elle s'en sortira. A l'hôpital, elle recevra les premiers soins, des sachets de compléments alimentaires à base d'arachides et devrait être ensuite suivie de manière ambulatoire dans l'un des 6 centres de santé intégrés (CSI) que nous cogérons avec la santé publique du district."

.....

Abandons

Soit un retour au 2e maillon de la chaîne. Mais pas pour tous, en particulier les patients venus du Nigeria (26% des cas en 2009) dont la frontière est distante d'une trentaine de kilomètres. L'éloignement de la famille et du travail pousse une partie des mères à abandonner le traitement avant la rémission de leur enfant (25,5% d'abandons en 2009). La conséquence de cette attitude est dramatique: rechutes, voire décès. Il n'empêche, le simple fait de passer la porte du centre constitue quasiment une assurance survie. "Nous enregistrons entre 7 et 9 décès par semaine, soit environ 4% des admissions", relève Serge Kazadi. Ce chiffre a pourtant déjà atteint le pic de 26 morts lors de la semaine la plus ravageuse.

En prévisions des critiques mois qui s'annoncent, MSF-Suisse s'apprête à faire passer en août la capacité du CRENI de Magaria à 450 places. Quant au projet pilote instaurant son vaste réseau de dépistage des enfants malnutris sévères dans les villages les plus éloignés, il pourrait s'avérer plus important encore en 2011... Car le cycle "faibles pluies, pauvres récoltes, stocks vite épuisés" a déjà commencé.

Laurent Burkhalter et Guillaume Arbex, de retour de Magaria

article entier:

 

http://www.tsr.ch/info/2322999-du-depistage-aux-soins-intensifs-pour-enfants-malnutris.html

19:23 Écrit par Rose Tel-aviv dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.