13/06/2010

Communiqué de la CICAD

Johanne Gurfinkiel: «Il y a aujourd’hui une véritable banalisation des termes»

 

 

Le Secrétaire général de la CICAD était ce matin invité de l'émission Médialogues, sur la Radio Suisse Romande, pour aborder le thème «Flottille pour Gaza: quels mots employer ?» Extraits:

 

«Aujourd’hui, les mots et les images sont, plus que jamais, devenus des armes de destruction. Il y a une véritable banalisation des termes, qu’on retrouve dans les médias: on emploie aujourd’hui des termes comme "génocide", "colonisation", "résistants", "fascistes" et "nazis", avec un seul objectif: créer de l’émotion pour l’interlocuteur, l’auditeur ou le lecteur et lui rappeler cette période funeste que fut la Seconde Guerre mondiale en utilisant les mêmes vocables. Alors là, on n’est plus dans la liberté d’expression, dans l’échange ou la critique, on est dans l’intention de frapper son interlocuteur, de le faire réagir et de le faire adhérer à la cause. Et certains tombent évidemment là-dedans: il y a l’opinion publique qui, parfois, ne maîtrise pas le sujet parce qu’elle n’est pas suffisamment informée sur ce qu’il se passe; et il y a les responsables – politiques, des médias et autres – qui peuvent tomber dans ce type de travers, dans la surenchère et dans l’amalgame – parfois par naïveté, par angélisme, surtout par méconnaissance – et qui reprennent un certain nombre de théories qui sont parfaitement scandaleuses. […]

 

Un exemple: un texte publié dans l’un de nos quotidiens romands, dont l’auteur est une Conseillère aux Etats, romande également – vaudoise, en l’occurrence – qui fait une comparaison entre l’Exodus – ce bateau, je vous le rappelle, qui amenait des rescapés des camps de la mort vers cette terre d’accueil et de refuge qu’était Israël – et le Mavi Marmara – ce bateau qui n’avait pas pour vocation d’amener des exilés qui souhaitaient se réfugier à Gaza, mais bien un groupe d’islamistes connus sous le nom d’IHH qui avaient pour seul objectif de casser le blocus de Gaza, donc d’aller à l’affrontement, et dont nous savons, telle que l’information a été publiée, qu’ils souhaitaient mourir en "martyrs". Ça c’est la première chose, qui est déjà suffisamment importante pour qu’on s’y intéresse; la seconde, qui est beaucoup plus grave à mon goût, c’est un amalgame entre la politique israélienne et l’ensemble du peuple juif: quand l’auteur du texte nous dit: "Comment un peuple sorti des ghettos peut-il ainsi exiler ses voisins derrière des murs ?", il s’agit bien de l’ensemble des Juifs qui ont été directement les victimes de la Shoah et de la politique nazie. Ce "peuple sorti des ghettos", cela me concerne et cela concerne aussi mes aïeux et ma famille, ainsi que tous ces gens que nous connaissons à Genève – je pense notamment à Ruth Fayon, sortie du camp d’Auschwitz, et à d’autres – et on ne peut pas faire ce lien avec les choix politiques d’un gouvernement; la comparaison est inacceptable. […] On a eu le même problème avec un rédacteur en chef que je connais bien, et pour qui j’ai beaucoup d’estime, qui est Jean-François Fournier. Dans un récent éditorial dans son journal Le Nouvelliste, il se prête lui aussi à ce comparatif entre l’Exodus et le Mavi Marmara, tout en reconnaissant le fait qu’Israël a le droit de se défendre. Mais ces comparatifs n’ont pas lieu d’être !

 

Il y a encore d’autres exemples où l’on peut également s’interroger sur la velléité du journaliste: il y a un exemple récent, dans la dernière édition de L’Illustré, avec l’interview de Cornelio Sommaruga qui, d’une part, parle d’une "forme indirecte de génocide" – et ces propos sont extrêmement graves: le génocide, c’est le Rwanda, c’est d’autres événements dans le monde qui ont entrainé l’extermination d’une population par le souhait d’un gouvernement […] – et d’autre part, quand le journaliste qui interviewe Cornelio Sommaruga a des questions qui sont clairement orientées, on est en droit de s’interroger sur la crédibilité même du journaliste […]. Quand il pose la question: "Quelle a été votre première réaction en apprenant la sanglante attaque israélienne contre la flottille des pacifistes", on n’est plus dans la question objective: la messe est dite, il y a une attaque sanglante de barbares israéliens contre une flottille de pauvres pacifistes qui débarquaient comme ça avec un radeau ! Voilà un réel problème quant au poids des mots et des images.»

 

Ecouter l'émission (à partir de 5'35)

 

Source: RSR - vendredi 11 juin 2010

18:54 Écrit par Rose Tel-aviv dans Antisémitisme | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook

Commentaires

C'est juste, il ne faut pas parler de génocide. En effet, s'il l'on s'intéresse aux motivations des responsables politiques israéliens, David Ben Gourion compris, on comprend qu'on a plutôt affaire à un nettoyage ethnique (cf. Ilan Pappé, "Le nettoyage ethnique de la Palestine"). Il prend des formes juridique (expropriation des Jérusalémites palestiniens sur la base de documents ottomans) et politique (refus catégorique du gouvernement israélien d'entrer en matière sur le retour des réfugies, expulsés par Israel en 1948 puis 1967).

Sans nettoyage ethnique, un Etat à majorité juive dépassant la surface miniscule des colonies juives pré-1948 n'aurait jamais vu le jour. Dommage que la narrative prédominante israélienne, à savoir que les gouvernements arabes d'alors avaient encouragé les Palestiniens à fuir pour revenir après une victoire arabe éclatante, soit l'unique retenue en Occident.

Écrit par : G. Meylan | 13/06/2010

Dame rosa, tout le monde utilise les mots et les images comme armes de destructions massive, et les israéliens figurent en meilleure position. Cessez donc de vous rouler par terre et admettez vos responsabilités au lien de toujouuuuuuuuuurs jeter la faute sur les auuuuuuuuuuuuuuuutes . C'est soulaaaaaaant à la finnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

Ndrose,
Dame Roger, euh non, M.roger
(a-c'est un communiqué de la CICAD, dont je ne suis pas l'auteur, mais j'ai jugé utile de le transmettre :-)

A- JE NE JOUE PAS les victimes, (vous confondez avec les pal. ils sont plus doués dans le role du povre pal. attaqués............etc)
B. NE VOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUS VOILLLLLLLLLLLLLLLLE Pas la face, ce que l'on cherche à dire ici, c'est que la focalisation sur l'état d'Israël est de l'antisémitisme déguisé.
:-)
je peux vous inscrire à ma newsletter ? :-)))

Écrit par : roger | 13/06/2010

Rose, c'est vraiment vous qui avez écrit ceci?:

"A- JE NE JOUE PAS les victimes, (vous confondez avec les pal. ils sont plus doués dans le role du povre pal. attaqués............etc)
B. NE VOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUS VOILLLLLLLLLLLLLLLLE Pas la face, ce que l'on cherche à dire ici, c'est que la focalisation sur l'état d'Israël est de l'antisémitisme déguisé.
:-)
je peux vous inscrire à ma newsletter ? :-)))"
-----------
ndrose
mdr
oui c moi

Écrit par : G. Meylan | 13/06/2010

c'est bien que vous en riez, mais ça montre aussi que ça vole pas très faut: affirmations complètement infondées... SVP me désinscrire de votre newsletter, allez, shalom vebaruch, ma as-salamah




--------
Ndrose,
eh ben, ca va?
vous devriez retourner prendre l'air?
j'ai pas compris, mais c'est pas grave ein :-)

Écrit par : G. Meylan | 13/06/2010

je suis d'accord : l'attitude des médias, et donc de tous, est de l'antisémitisme déguisé.

Je suis israélienne, vis en france ET ne supporte pas

Mon nom n'est pas spécifiquement juif, même si je suis juive et fière de l'être

Écrit par : ferrand | 13/06/2010

:-) :-O ;-o :-) :-* :-x

Écrit par : Bloublou | 13/06/2010

Note de rose:
ARRETEZ DE Me faire Ch. avec des commentaires poster ailleurs sur d'autres blogs.

commenter les notes et le sujet, les réponses etc..
ou plaignez vous à la tdg, je ne suis pas responsable du site entier!!!

Écrit par : sandrine | 13/06/2010

Si les mêmes critères étaient appliqués à l'Etat juif et à ses dirigeant qu'aux autres Etats de la planètes et leurs dirigeants, nul ne soupçonnerait que de l'antisémitisme puisse s'insinuer dans le débat.

Mais voilà, l'analyse factuelle montre qu'Israël est le juif des nations. Le bouc émissaire qui permet de de défouler et surtout de ne pas regarder chez soi. Des exemples avec la seule lettre A:

A comme Arabie saoudite (esclavage)

A comme Algérie (femmes seules martyrisées, massacres de population commis par les islamistes)

A comme Arménie (génocide, d'ailleurs pas reconnu par les israéliens pour préserver leurs relations avec la Turquie... quelle honte)

A comme Afghanistan (les taliban qui font sauter les écoles de filles)

Pratiquement pas une manifestation sérieuse pour défendre les malheureux de ces pays depuis des décennies. Ce serait marrant une manif contre l'Arabie saoudite en été devant nos grands hôtel et un boycott du pétrole... !

Donc oui, il y a bien une teinte de discrimination en fonction de l'origine dans le traitement de l'Etat juif. Et cela s'appelle racisme. Et cela m'est aussi inacceptable que n'importe quel autre racisme, d'où qu'il vienne.

Écrit par : gerardh | 13/06/2010

Se demande quand la CICAD arrêtera de soutenir aveuglément la politique raciste de l'Eat hébreu à l'encontre des Palestiniens ?


------
Réponse de ROse
on se demande quand est-ce que les antisémites feront de leur fond de commerce en critiquant l'état juif?

Écrit par : Dolorès | 05/12/2011

La meilleure information essentielle est-ce que vous avez essayer de faire très bien l'approche de ce corps de l'itinérance et de leur coup de main. Je suis tellement inspirée à ce sujet, après avoir lu vos articles utiles de cette écrits et vos opinions sur ma-nouvelle-vie-en-israel.blog.tdg.ch aussi qui est si attrayant pour faire quelque chose pour ceux qui

Écrit par : мебель из сосны | 11/06/2012

Les commentaires sont fermés.