08/06/2010

Faire pression sur le Hamas: pour libérer G.Shalit

Pour faire un pas vers la paix, le Hamas devrait libérer Gilad Shalit. Cela 3 ans le 25 juin que  Gilad est retenu par le Hamas (à Gaza?)

Il n'a pas le droit de recevoir des visites, le Hamas refuse toujours que le CICR lui rende visite. Gilad est privé de tous ses droits.

Article 9 de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme: Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

http://www.guiladshalit.com/


affiche.jpg

11:23 Écrit par Rose Tel-aviv dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook

Commentaires

il faut libérer les palestiniens détenus à Israël






---------------
NdRose:
En israël ? j'imagine
-donc nous écrivons à Paris, à Tel-aviv, à Genève (ville)

et en France, en Israël, en Suisse (pays)

Madame?
vous ne savez pas faire la différence entre un otage et un prisonnier qui a été jugé par un tribunal , qui a eu le droit à un avocat ?
pouvez-vous svp- revoir vos bases, comme d'ailleurs , celle de français....merci!

Écrit par : sandrine | 08/06/2010

LA CREATION d'ISRAËL: Une énigme
07 Juin 2010 Par fxavier
Comment a-t-il pu se faire que les crimes commis en Europe contre la communauté juive aient engendré dans des conditions iniques la création de l’Etat d’Israël au détriment du peuple palestinien ?

Au nom de quelle morale les injustices infligées aux communautés juives d’Europe doivent- elles être payées en retour par des injustices et de souffrances infligées au peuple de Palestine ?



Comment a-t-on pu faire partager et assumer au peuple palestinien et aux peuples arabes en général, non seulement la responsabilité d’une histoire qui n’est pas la leur, mais aussi le sentiment de culpabilité consécutif aux abominations de la Deuxième Guerre Mondiale ?




Comment se fait-il que la propagation massive de la propagande sioniste qui appelle à la colonisation juive « d’une terre sans peuple pour un peuple sans terre » ait bénéficié de tant de publicité et de complaisance, alors que sur la terre de Palestine vivait un peuple arabe qui s’est depuis le début du vingtième siècle opposés au projet de colonisation sioniste de la Palestine à laquelle l’Angleterre, puissance mandataire de la Palestine avait donné cyniquement , après la Première Guerre Mondiale, son blanc-seing , par la voix de Lord Balfour ?

« La Palestine est un cas unique. Nous ne traitons non point avec les souhaits de la communauté existante, mais recherchons consciemment à reconstituer en Palestine une nouvelle communauté et à y édifier définitivement une autre majorité numérique dans l’avenir » Lord Balfour, juin 1919




Comment se fait-il que les intentions du sionisme, basées sur la « Rédemption de la terre » et le regroupement des Juifs par l’établissement d’un Etat exclusivement juif aient été non seulement occultées mais encouragées massivement en Occident jusqu’à une date fort récente, alors que le projet sioniste était non seulement clairement défini par les idéologues du sionisme mais encore mis systématiquement en œuvre dès la création de l’Etat hébreu par tous les dirigeants israéliens, y compris Yitzhak Rabin qui a réussi un coup de poker menteur en faisant signer par Arafat et l’OLP les « Accords d’Oslo » qui ont permis la colonisation massive des « territoires occupés » aux moindres frais pour Israël ?



Comment se fait-il que les écrits des idéologues sionistes qui visent la mise en place du « Grand Israël » aient été , et son encore aujourd’hui, si peu dénoncés ? Pourtant ils sont bien clairs et correspondent aux pratiques coloniales de l’Etat hébreu , où Sharon se place dans la continuité du projet sioniste clairement énoncé par ses promoteurs?

« Entre nous, il doit être bien clair qu’il n’y a pas de place pour deux peuples dans petit pays. Si les Arabes s’en vont, il sera ouvert et libre pour nous. Si les Arabes restent, le pays restera étriqué et misérable. Quand la guerre sera fini et que les Anglais l’auront gagnée, quand les juges siégeront sur le trône de la Loi, notre peuple doit présenter devant eux ses besoins et ses droits ; et la seule solution est la Terre d’Israël, ou du moins la partie occidentale d’Israël , c’est à dire la Palestine, sans les Arabes. Il n’y a pas de compromis possible sur ce point ! Jusqu’ici, l’entreprise sioniste a fait du bon travail en préparant la création de l’Etat hébreu. Jusqu’ici, on pouvait se contenter « d’acquérir des terres », mais ce n’est pas cela qui fondera l’Etat d’Israël. Cela doit se faire d’un seul coup comme la Rédemption. Et il n’y a pas d’autres moyens que de transférer les Arabes d’ici vers les pays voisins, et de les transférer tous ; à l’exception peut-être de Bethléem, Nazareth et la vieille ville de Jérusalem, nous ne pouvons tolérer un seul village, une seule tribu. Le transfert doit se faire vers l’Irak, la Syrie ou même la Transjordanie » (Y. Weitz, responsable du développement des terres au Fonds national juif, décembre 1940)





Il y a quelque chose de pervers non seulement dans tous les silences assourdissants et toutes les complicités bienveillantes , entrecoupés de quelques protestations quand Israël « chie dans la colle », qui couvrent et justifient la politique coloniale agressive de l’Etat d’Israël



Il y a quelque chose de pervers dans toutes les injonctions et pressions internationales qui somment les Palestiniens à se soumettre aux « offres généreuses d’Israël » et à renoncer à tout acte de résistance pour faire valoir leurs droits légitimes



Il y a quelque chose de révoltant dans l’infamante accusation d’antisémitisme portée contre tous ceux qui se refusant de tout confondre – question juive et problème israéliens – n’acceptent pas d’approuver en mémoire des innocentes victimes du nazisme, la politique d’Israël depuis son imposition en Palestine.



Remarque


Il est utile de rappeler que, c’est l’antisémitisme et les pogroms russes polonais et roumains de la fin du XIXième siècle qui ont engendré le sionisme. De ce fait, la création d’Israël constitue en quelque sorte une « réponse satisfaisante » pour toute la vrai racaille antisémite. En fait, quoi de plus naturel , de plus logique pour un antisémite que d’encourager « la race abhorrée » à émigrer , à s’installer ailleurs, au diable de préférence et, pourquoi pas, en Palestine ?



Il y a quelque chose de vicieux dans ce délire paranoïaque arrivée à son apogée en juin 1967, et sans cesse réédité pour justifier une politique coloniale sioniste agressive qui vise la colonisation juive de la Palestine et le transfert, l’expulsion des populations arabes, non juives dans les Etats arabes environnants



Comment a-t-il pu se faire qu’en juin 1967 le monde entier, la quasi totalité des médias tremblait face au « danger d’extermination de l’Etat hébreu ».

« Fort heureusement que, les Israéliens menacés d’extermination réduisirent miraculeusement, comme aux temps bibliques les ennemis d’Israël à néant » (Alain Chouraqui).



Remarque


Séduits, fascinés par cette « victoire miraculeuse » bon nombre de Juifs religieux qui avaient des doutes sur le sionisme et sa dimension messianique, et bien sûr d’autres juifs non croyants attirés par la propagande sioniste pour coloniser ces terres nouvelles offertes à leurs convoitises ou pour réaliser leurs fantasmes bibliques ont afflué sur la Terre Sainte pour participer à « l’Avènement du Royaume » auquel Ariel Sharon prétend apporter une touche finale avec la bénédiction des USA.




Comment peut ignorer que quand Israël s’apprête à frapper et atteindre une nouvelle étape de son plan de conquête, ses dirigeants mobilisent les morts présents et ceux du passé, expriment leurs craintes, accusent les Arabes avant de lâcher leurs soldats dans leur entreprise de conquête et leurs travaux de terrassement.



Pour éviter les conséquences désastreuses pour Israël de l’expédition sur le Canal de Suez en 1956, un coup d’épée dans l’eau pour rien, dès le déclenchement des hostilités en juin 1967, le président du Conseil israélien Levi Eskhol envoya une lettre d’explication au président Kossyguine pour justifier Israël et éviter toute intervention de l’URSS en faveur de son allié, l’Egypte : « Il s’agit d’un dessein impitoyable de détruire l’Etat d’Israël, qui représente les traditions, les sacrifices et les espoirs d’un vieux peuple qui, dans cette génération, a perdu six millions des siens, massacrés dans une tragédie sans comparaison dans l’histoire… »



Ce qui est unique, c’est le parti qu’ont tiré du martyr juif les sionistes et aussi la bonne conscience avec laquelle ils font payer à des innocents les souffrances passées.

Signalons pourtant que, le professeur R. Leibowitz qui fut l'une des rares personnalités juives à protester d’une façon radicale contre la « guerre préventive » de juin 67 : « Six millions de juifs n’ont pas été assassinés par les nazis pour que de jeunes sabras se conduisent parfois en jeunes hitlériens. L’honneur d’Israël restera plus longtemps incarné par Spinoza que par Moshe Dayan et les conjurés de la guerre préventive déclarée d’urgence pour mettre l’ONU devant le fait accompli »



Comment peut-on rester indifférent face à tous les stéréotypes sur les Arabes que diffusent la propagande sioniste et les thuriféraires de l’Etat hébreu qui vilipendent les actes de résistance du peuple palestinien, et justifient, (disent « comprendre » ) les actes de représailles israéliens ?

Pour toutes ces « belles âmes », à quelques nuances près :

· L’Arabe, (tout particulièrement le kamikaze palestinien qui se livre à des « attentats ignobles contre une population juive innocente », les combattants ou militants du F.P.L.P et du Hamas, alors qu’il s’agit bien de résistants à l’occupant qui tentent , par des attentats, de rappeler au monde qui s’en moque leur existence et leurs droits), ne serait que poussé par la haine et le seul désir de tuer les Juifs, de voler leurs biens et de les chasser de leur « patrie », alors que c’est bien du contraire qu’il s’agit puisque ce sont bien les juifs qui sont les usurpateurs avec lesquels les Palestiniens étaient prêts à partager la terre de Palestine

· Les Juifs veulent toujours construire,( il n’y a qu’à voir toutes les constructions et tout l’aménagement des territoires conquis par Israël) alors que les Arabes ne pensent qu’à détruire et restent amorphes, fatalistes !



Remarque


Notons que, pour ceux qui auraient quelques difficultés à saisir cette proposition, pour tous ces exégètes juifs il suffit de regarder les camps des réfugiés palestiniens où tout le monde s’entasse dans des habitations misérables et les « ravages » causés par les attentats.

Par contre, il est bien entendu que si les Juifs détruisent c’est parce qu’ils y sont poussés pour éradiquer le « terrorisme », protéger le bien contre le mal et établir une Pax Judaïca conformément à la Loi dont ils sont les garants, les légataires universels.

· Le bon Arabe est celui qui accepte les valeurs juives et qui est prêt à défendre les objectifs sionistes contre ses frères de race « fanatisés par un islamisme rétrograde et sanguinaire, bref un bon « collabo »

· Le bon Juif est celui qui a pitié des Arabes et qui cherche à résoudre les problèmes palestiniens à condition que cela ne mette pas en cause le projet sioniste d’un Etat juif et la tutelle israélienne sur l’ensemble de la Palestine.

· Le bon Juif est celui qui veut tirer les Arabes de leur ignorance, les libérer de leurs dictateurs et vivre en paix avec les nations arabes à conditions que non seulement elles oublient les injustices commises à l’égard des Arabes palestiniens, qu’elles fassent passer en profit et pertes les implantations juives en Palestine mais encore règlent le problème des réfugiés palestiniens en les installant dans l’immense étendue des terres arabes.



Il y a quelque chose de vicieux dans toutes ces fausses symétries qui justifient les crimes contre l’humanité d’Israël au nom de son « droit à l’existence et à sa sécurité »



Il y a quelque chose de vicieux dans ce concept de « peuple » juif dans la mesure où l’appartenance à la religion juive selon les règles rabbiniques (qu’on soit croyant ou non croyant) confère à toute personne, un « droit de propriété sur la terre d’Israël » accordé par Dieu à son « Peuple jusqu’à la fin des temps, droit concrétisé par la mise en place de l’Etat d’Israël ; et la Constitution de l’Etat hébreu donne à tout Juif quelque soient ses origines un « Droit au Retour » en Israël , alors que ce droit, pourtant reconnu par la résolution 194 de l’ONU est dénié aux Palestiniens chassés de leurs terres.

Même si on veut bien donner un quelconque crédit aux contes et légendes de la Bible, si vingt siècles après avoir été chassés par les Romains les Juifs peuvent prétendre avoir, selon la Loi de Moïse, des droits sur la Palestine, comment peut-on imaginer que les Arabes qui ont été ( continuent à être chassés par les sionistes), depuis une cinquantaine d’année ne soient pas justifiés à se battre pour leurs droits avec tous les moyens qu’ils jugent appropriés.



Il est inadmissible Loi de Moïse ou la Torah puisse avoir une quelconque prévalence sur le Droit international. Que la communauté juive règle ses problème en se référant à sa Loi, que grand bien leur fasse, mais il est intolérable que l’injustice faite aux Palestiniens par les Juifs ne soit pas, comme il se doit, sanctionné par une intervention militaire des « Forces de Paix » de l’ONU….

Remarque

Bien sûr, l’ONU est sous la sujétion des USA qui soutiennent Israël, mais qu’un certain nombre « d’honnêtes gens » qui de temps à autre manifestent quelques sympathies pour les Palestiniens récusent, à priori, toute intervention et nous parlent de dialogue en Israéliens et Palestiniens est pour le moins cocasse par les temps qui courent où Sharon met en place un univers concentrationnaire pour les Palestiniens !



Il y a quelque chose de vicieux dans toutes ces leçons de morale, ces appels à la raison qu’on inflige aux Palestiniens qui refusent obstinément à sacrifier leurs droits sur « l’Autel de la Paix » apprêté par les rabbins et les dirigeants israéliens.



Il y a quelque chose de vicieux dans cette schizophrénie paranoïaque qui confèrent aux « bourreaux » : colons, (voleurs des terres palestiniennes), criminels de guerre en tout genre le statut de « victimes innocentes »



Il y a quelque chose de vicieux dans cette « volonté de paix » affichée et proclamée par Israël qui se traduit dans les faits par la poursuite de la colonisation et l’écrasement du peuple de Palestine ! ! !

Écrit par : azertyazerty | 08/06/2010

Xavier
Bonjour
Bel exposé anti sioniste,avec un soupçon d'antisémitisme, un grand classique vide.
C'est le silence et la complicité de nos anciens qui les ont conduit dans les camps.Je ferai pas la même erreur.
Aujourd'hui ils ont une terre qui leur revient de droit, ils y élèvent leurs enfants et font pousser des fraises dans le désert.
Le misérabilisme pleurnichard et le terrorisme des palestiniens appuyée par une idéologie religieuse semblable au national socialisme n'a aucun intérêt.

le Hamas devrait libérer Gilad Shalit. Cela 3 ans le 25 juin que Gilad est retenu par le Hamas (à Gaza?)

Et sans condition, un humain n'est pas un objet de chantage que ce soit pour la paix ou de l'argent. On est civilisé ou pas.......

Écrit par : François | 08/06/2010

De quel BLOCUS parle-t-on?


Scoop : les palestiniens refusent la levée du blocus de Gaza - Jean-Patrick Grumberg

Azzam al-Ahmed, un officiel du Fatah, vient de déclarer qu’il est totalement opposé à la levée du blocus de Gaza tant que le Hamas refuse la réconciliation. Il a insisté sur le fait qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza, car l’autorité palestinienne envoi de l’aide à Gaza par Israël.

Cette mise au point hallucinante mais fondamentale pour la bonne compréhension sera, n’en doutons pas, totalement occultée par les médias, car elle est non seulement très humiliante pour les journalistes et politiques qui décrivent le conflit proche oriental de façon binaire : israéliens = bourreaux, palestiniens = victimes, mais elle est surtout insoutenable à s’en étrangler pour les « défenseurs des droits de l’homme » qui réclament la levée immédiate et sans condition du blocus de Gaza par Israël. Sur quelle base réclamer la fin du blocus, si les palestiniens eux mêmes la refusent ?

La levée du blocus de Gaza par l’Egypte la semaine dernière (il était temps, car ce cruel blocus de Gaza par l'Egypte n'avait aucune raison d'exister, contrairement à celui imposé par Israël, suite à la prise violente du pouvoir par le Hamas, pour se protéger de nouvelles attaques terroristes), intervenue après l’attaque contre Israël par la mer, montée par une pseudo organisation humanitaire soutenue par le gouvernement turc, et qui s’occupe en fait de financer le terrorisme, représente un danger énorme et imminent, explique l’Autorité Palestinienne.

La direction de l’autorité Palestinienne a déclaré être très mécontente que la Turquie ait apporté son soutien au Hamas, spécialement dans une tentative de levée du blocus de Gaza qu'elle ne veut pas. « Les choix de la Turquie renforcent le Hamas et minent l’Autorité Palestinienne » a déclaré un cadre du Fatah au journaliste palestinien KHALED ABU TOAMEH dans le Jérusalem Post1 du 8 juin 2010.

« Nous voulons rappeler aux gouvernements Turc et Egyptien qu’avant la prise de pouvoir par le coup du Hamas en 2007, la frontière était contrôlée par l’Autorité Palestinienne » indique l’officiel du Fatah. « Si le point de passage de Rafah (avec l’Egypte) doit rouvrir, cela doit se faire en coordination avec nous. Pas avec le Hamas »

Le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, s’est rendu d’urgence hier lundi 8 juin à Istanbul pour rencontrer le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Il lui a fait par de son inquiétude du rapprochement entre la Turquie et le Hamas.

Je le dis et le répète, et je le martèlerai longtemps encore : si les médias européens n’étaient pas là pour cacher la réalité, masquer les bassesses et les crimes des Palestiniens contre Israël mais aussi et surtout contre leur propre peuple, mentir sur la situation, inverser les rôles en présentant les palestiniens comme les victimes des israéliens, ces derniers profiteraient depuis longtemps d’une paix confortable, d’une économie fleurissante, et d’une relation normale avec leur voisin juif. A qui profite le crime ? A qui profitent les mensonges des médias ?

1 http://www.jpost.com/MiddleEast/Article.aspx?id=177779

Écrit par : Patoucha | 08/06/2010

Comment Rose, vous ne connaissez pas notre racisto/islamiste qui signe sous sandrine..... clone de la Trolldingue MOUCHKITO aux multiples pseudos?!!!

Écrit par : Patoucha | 08/06/2010

Les conditions de détentions de G Shalit son iniques et parfaitement inacceptables et cela doit prendre fin le plus rapidement possible, la clé de la prison se trouve en Israël marwan-barghouti leader palestinen incontesté de l'OLP au Hamas purge une peine correspondant à cinq fois la détention perpetuelle, sa libération selon de nombreux observateurs serait l'exigence du hamas , mais il serait aussi l'artisan d'une "réconciliation" Hamas et OLP , ce qui aurait pour effet d'en finir avec les attentats et permettrait d'ouvrir une réelle négociation d'État à État ,Israelo-palestinenne. Mais que deviendrait Israël sans ennemis?

Écrit par : briand | 08/06/2010

Pourquoi le sang de votre Charwit vaut mieux que le sang des palestiniens?

Sandrine n'est pas Mouchkito mais ont en commun la rage contre Israël : État voyou, criminel et terroriste

--------------
NdRose,
c'est fou, comme les définitions change, un prisonnier est un otage, les otages sont des méchants, les terroristes des humanistes et les état des voyous, sauf si ils sont dirigés par des "gentils" comme kadhafi ou amijallalalalad....etc...
chacun son opinion.
Ce qui me rend triste c'est que les opposants à l'Iran, vous avez vraiment l'air de vous en foutre? pourquoi?
eux aussi leur sang n'est pas assez rouge?

Écrit par : sandrine | 08/06/2010

Rose Confirmation aujourd'hui dans le blog de Carlitos Sandrine est bien Mouchkito! :))))))

Écrit par : Patoucha | 09/06/2010

Voyons un peu:

Mouchkito n'est pas sandrine mais ont en commun la rage contre les crimes d'Israël

Ecrit par : mouchkito | 09.06.2010

Sandrine n'est pas Mouchkito mais ont en commun la rage contre Israël : État voyou, criminel et terroriste

--------------
NdRose,
c'est fou, comme les définitions change, un prisonnier est un otage, les otages sont des méchants, les terroristes des humanistes et les état des voyous, sauf si ils sont dirigés par des "gentils" comme kadhafi ou amijallalalalad....etc...
chacun son opinion.
Ce qui me rend triste c'est que les opposants à l'Iran, vous avez vraiment l'air de vous en foutre? pourquoi?
eux aussi leur sang n'est pas assez rouge?

Ecrit par : sandrine | 08.06.2010

Écrit par : Patoucha | 09/06/2010

Scénario entre un vampire et sa proie





" GAZA, Prête-moi ton corps, pour jouir du mien ! "




-Gaza, ta terre est pour moi une mission,
Un paradis promis, l’Eden, une obsession
Donne-moi ton corps, pour jouir du mien ! Prête-moi ton corps, pour jouir du mien !

Scénario entre un vampire et sa proie

-Gaza, ta terre est pour moi une mission,
Un paradis promis, l’Eden, une obsession
Donne-moi ton corps, pour jouir du mien !

Prête-moi ton corps ou je te le prends !
Donne-moi ton corps, prends le mien !
En toi je me sens comme chez moi.

Donne-moi ta terre, ou je me révolte
Sors, je la prends de force !
Al Qods, ta Palestine est à mes pieds !

-« Ils ont l’Amérique, ils ont l’Europe,
Ils veulent de l’Islam arracher le lampion
Ils ont le ciel, Mars, les satellites et la Lune,
Ils ont le mur, ils veulent dévaster la dune ! »

-Cesse de pleurer et de geindre, le Musulman !
Cesse de médire et de maudire Sion !
Cesse d’insulter et de te plaindre d’Israël !
Je n’ai que des amis qui t’abhorrent ! Entends !

Ta haine de ma fortune te tuera de faim !
Dans ma geôle ta race, jusqu’à extinction,
Moura sous l’embargo et les sanctions.

Je te gomme avant d’entendre tes menaces,
Macabre insecte, serpent arabe, scorpion !
Dussais-je submerger pour cela l’océan !
Et noyer sous ses flots tes embarcations !

-Si tu m’aimes Israël, lâche mes chaînes !
-Non, j’ai peur de ton bras et des pierres !
J’ai peur que tu te fasses mal en t’éclatant.
-Et ce mur, où tu m’emprisonnes ?
C’est pour te protéger de l’Iran !

Ami, prête-moi ton corps pour un instant !
C’est écrit sur l’Ancien et le Nouveau Testament !
Prête-moi un peu de toi, une pensée, un moment !

Un peu de bonheur, de jeunesse et de joies…
Ma culture date d’Adam et de la Création !
Moïse le dit dans les Tables de la Loi :
Le fils de Dieu n’est-il pas Juif ?
Abraham, notre ancêtre, ne l’est-il pas ?

« Mais dis, tu es vielle, Satanique marâtre ?
Vais-je sucer un vampire, un cadavre ?
Quel sang montrer à mes frères du caveau ? »

Sur ta terre j’établirais mon Empire ? »
Quelle sève de caniveau giclera de mes boyaux ?
Je vois des cohortes d’insectes sortir de ma chair…
Moi et l’humus partageons les mêmes vers !

Prête-moi ton corps pour jouir du mien !
Donne le moi, sinon je pars, je tue et m’exile !
La Rédemption, l’Exode, maudite sois-tu misère !
Je me vois revivre les peines du passé :
L’Exode, Hitler, damnation !
Vivement l’Apocalypse et la Réincarnation,

Vois-tu, Palestine, j’ai ton nom sur ma Bible,
Comme un destin, un bien, une acquisition !
-« Un contrat avec le diable » ? -Non l’Arabe !
Une donation de Yahvé, un don que diable !
Jérusalem, d’Israël l’éternelle incarnation !

« Dis Shillouk, dis Sharon, dis Nathan,
Quel être voudrait d’un sinistre assassin
D’hommes ? Et de l’Eternel une sanction ?

Assoiffé de sang, de feux et de fer,
Si ce n’est de Dante l’inéluctable enfer,
Qu’as-tu des gens libres, Israël, comme passion ?

Voler, barricader, jouir du pouvoir en tuant…
Est-ce là, la paix, le destin des amants,
Ou la porte du néant ?»

Dr Idrissi Ahmed, Kénitra, le 06 Juin 2010


Prête-moi ton corps ou je te le prends !
Donne-moi ton corps, prends le mien !
En toi je me sens comme chez moi.

Donne-moi ta terre, ou je me révolte
Sors, je la prends de force !
Al Qods, ta Palestine est à mes pieds !

-« Ils ont l’Amérique, ils ont l’Europe,
Ils veulent de l’Islam arracher le lampion
Ils ont le ciel, Mars, les satellites et la Lune,
Ils ont le mur, ils veulent dévaster la dune ! »

-Cesse de pleurer et de geindre, le Musulman !
Cesse de médire et de maudire Sion !
Cesse d’insulter et de te plaindre d’Israël !
Je n’ai que des amis qui t’abhorrent ! Entends !

Ta haine de ma fortune te tuera de faim !
Dans ma geôle ta race, jusqu’à extinction,
Moura sous l’embargo et les sanctions.

Je te gomme avant d’entendre tes menaces,
Macabre insecte, serpent arabe, scorpion !
Dussais-je submerger pour cela l’océan !
Et noyer sous ses flots tes embarcations !

-Si tu m’aimes Israël, lâche mes chaînes !
-Non, j’ai peur de ton bras et des pierres !
J’ai peur que tu te fasses mal en t’éclatant.
-Et ce mur, où tu m’emprisonnes ?
C’est pour te protéger de l’Iran !

Ami, prête-moi ton corps pour un instant !
C’est écrit sur l’Ancien et le Nouveau Testament !
Prête-moi un peu de toi, une pensée, un moment !

Un peu de bonheur, de jeunesse et de joies…
Ma culture date d’Adam et de la Création !
Moïse le dit dans les Tables de la Loi :
Le fils de Dieu n’est-il pas Juif ?
Abraham, notre ancêtre, ne l’est-il pas ?

« Mais dis, tu es vielle, Satanique marâtre ?
Vais-je sucer un vampire, un cadavre ?
Quel sang montrer à mes frères du caveau ? »

Sur ta terre j’établirais mon Empire ? »
Quelle sève de caniveau giclera de mes boyaux ?
Je vois des cohortes d’insectes sortir de ma chair…
Moi et l’humus partageons les mêmes vers !

Prête-moi ton corps pour jouir du mien !
Donne le moi, sinon je pars, je tue et m’exile !
La Rédemption, l’Exode, maudite sois-tu misère !
Je me vois revivre les peines du passé :
L’Exode, Hitler, damnation !
Vivement l’Apocalypse et la Réincarnation,

Vois-tu, Palestine, j’ai ton nom sur ma Bible,
Comme un destin, un bien, une acquisition !
-« Un contrat avec le diable » ? -Non l’Arabe !
Une donation de Yahvé, un don que diable !
Jérusalem, d’Israël l’éternelle incarnation !

« Dis Shillouk, dis Sharon, dis Nathan,
Quel être voudrait d’un sinistre assassin
D’hommes ? Et de l’Eternel une sanction ?

Assoiffé de sang, de feux et de fer,
Si ce n’est de Dante l’inéluctable enfer,
Qu’as-tu des gens libres, Israël, comme passion ?

Voler, barricader, jouir du pouvoir en tuant…
Est-ce là, la paix, le destin des amants,
Ou la porte du néant ?»

Dr Idrissi Ahmed, Kénitra, le 06 Juin 2010

Écrit par : DR MY AHMED IDRISSI | 09/06/2010

Pathétique le "DR" Un seul mot suffit à ce "poème" TAKYA! Car la réalité est tout autre:

Par Charles Krauthammer,
-
Mercredi 9 juin 2010 –
-
Le monde est scandalisé par le blocus de Gaza par Israël. La Turquie dénonce son illégalité, son inhumanité, sa barbarie, etc. Les suspects habituels de l’ONU, le Tiers Monde et les Européens, les rejoignent. Le gouvernement Obama tergiverse. Mais comme Leslie Gelb, ancien président du Conseil des Relations Etrangères l’écrit, le blocus n’est pas seulement parfaitement rationnel, il est parfaitement légal. Gaza sous la férule du Hamas est un ennemi autoproclamé d’Israël – une déclaration confirmée par plus de 4000 roquettes tirées sur le territoire civil d’Israël. Pourtant, s’étant juré une belligérance incessante, le Hamas se proclame victime quand Israël impose un blocus pour l’empêcher de s’armer avec encore plus de roquettes.
-
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, sous le règne d’une totale légalité internationale, les Etats Unis ont exercé un blocus contre l’Allemagne et le Japon. Et pendant la crise des missiles de 1962, nous avons instauré un blocus («mise en quarantaine») de Cuba. Les bateaux russes transportant des armes se dirigeant vers Cuba s’en retournèrent parce que les Soviétiques savaient que la Marine de guerre des USA, soit les aborderait, soit les ferait couler. Pourtant Israël est accusé de crime international pour pratiquer précisément ce que John Kennedy a fait : imposer un blocus naval pour empêcher un état hostile d’acquérir un arsenal meurtrier.
-
Oh, mais les bateaux destinés à Gaza n’étaient-ils pas en mission de secours humanitaire ? Non. Autrement, ils auraient accepté l’offre d’Israël de débarquer leur cargaison dans un port israélien, d’être inspectés à la recherche de matériel militaire, et que le reste soit transporté en camions par Israël à Gaza – comme chaque semaine 10’000 tonnes de nourriture, de médicaments et de fournitures humanitaires sont envoyés par Israël à Gaza. Pourquoi l’offre a-t-elle été refusée ? Parce que, comme l’organisatrice Greta Berlin l’a admis, la flottille n’avait pas un objectif humanitaire mais celui de briser le blocus, à savoir mettre fin au régime d’inspection par Israël, ce qui signifierait des expéditions illimitées à Gaza et donc l’armement illimité du Hamas.
-
Israël a déjà par deux fois intercepté des bateaux bourrés d’armes iraniennes destinées au Hezbollah et à Gaza. Quel pays autoriserait cela ?
-
Mais encore plus important, pourquoi Israël doit-il même recourir au blocus ? Parce que le blocus est la position de repli d’Israël alors que le monde lui dénie systématiquement la légitimité de ses moyens traditionnels de se défendre – par la défense active de l’avant.
-
1- Défense de l’avant : en tant que petit pays densément peuplé entouré d’Etats hostiles, Israël a dû, au cours de son premier demi-siècle, adopter une défense de l’avant – menant des guerres sur le territoire ennemi (comme dans le Sinaï et les Hauteurs du Golan) plutôt que sur son propre territoire. Quand ce fut possible (dans le Sinaï par exemple), Israël a échangé un territoire contre la paix. Mais quand les offres de paix ont été refusées, Israël a conservé le territoire comme zone tampon de protection. Ainsi Israël a conservé une petite bande au Sud Liban pour protéger les villages du Nord d’Israël. Et il a fallu beaucoup de pertes à Gaza, plutôt que d’exposer les villes de la frontière d’Israël aux attaques terroristes palestiniennes. C’est pour la même raison que l’Amérique mène une guerre écrasante en Afghanistan: vous les combattez là-bas, de façon à ne pas avoir à les combattre ici. Mais sous l’effet d’une immense pression extérieure, Israël a cédé. Les Israéliens se sont fait dire que l’occupation n’était pas seulement illégale, mais à la racine des insurrections anti-Israël – et que donc le retrait, en extrayant la cause, apporterait la paix. Le territoire contre la paix. Vous rappelez-vous ? Bien, au cours de la décennie passée, Israël a donné la terre – évacuant le Sud Liban en 2000 et Gaza en 2005. Qu’ont-ils obtenu ? Une intensification de la belligérance, une lourde militarisation du côté ennemi, de nombreux enlèvements, des attaques à travers la frontière et, depuis Gaza, des années d’attaques incessantes de roquettes.
-
2- Défense Active : Israël a dû alors passer à la défense active – action militaire pour rompre, démanteler et vaincre (pour emprunter à la description du président Obama sur notre campagne contre les Taliban et al Qaïda) les mini-Etats terroristes nouvellement armés établis au Sud Liban et à Gaza après le retrait d’Israël. Résultat ? La guerre du Liban en 2006 et l’opération à Gaza en 2008-09. Elles rencontrèrent une nouvelle avalanche d’opprobre et de calomnie de la part de cette même communauté internationale qui avait exigé en premier lieu les retraits israéliens « terre contre paix ». Pire, dans le rapport Goldstone à l’ONU, qui a essentiellement criminalisé l’opération défensive d’Israël à Gaza en blanchissant le casus belli – la guerre de roquettes antérieure et non provoquée du Hamas – en délégitimant effectivement la défense israélienne active contre ses ennemis terroriste autoproclamés.
-
3- Défense passive : sans défense de l’avant ou active, il ne reste à Israël que la plus passive et la plus bénigne de toutes les défenses – un blocus pour simplement empêcher le réarmement de l’ennemi. Pourtant, à l’heure où nous parlons, cela aussi s’oriente vers une délégitimation internationale. Même les Etats-Unis s’orientent maintenant vers sa suppression.
-
Mais si aucun de ces recours n’existe, que reste-t-il ?
-
Ah, mais voilà la question ! C’est la question bien comprise par la flottille de briseurs de blocus faite d’idiots utiles et de sympathisants du terrorisme, par l’organisation du front turc qui l’a financée, par le chœur anti-Israël automatique du Tiers Monde aux Nations Unies, et par les Européens invertébrés qui en en ont eu largement assez du problème juif. Que reste-t-il ? Rien. Toute la question de cette campagne internationale incessante est de priver Israël de toute forme de légitimité à l’autodéfense. Voilà pourquoi, la semaine dernière justement, le gouvernement Obama s’est joint aux chacals, et a inversé quatre décennies de pratique des USA, en signant un document de consensus qui singularise la possession par Israël d’armes nucléaires – délégitimant ainsi la toute dernière ligne de défense d’Israël: la dissuasion.
-
Le monde est fatigué de ces pénibles Juifs, 6 millions – encore ce nombre – dur pour l’Union pour la Méditerranée, refusant toute invitation au suicide national. C’est pourquoi ils sont sans cesse diabolisés, réduits au ghetto et contraints de se défendre eux-mêmes, même quand les antisionistes les plus virulents – les Iraniens en particulier – préparent ouvertement une solution encore plus finale.
-
Texte original :
Charles Krauthammer, The Washington Post - vendredi 4 juin 2010

Écrit par : Patoucha | 10/06/2010

Voyons le "DR" pouet pouet et si vous nous faisiez un Scénario entre un égorgeur et sa victime/proie?!!!

Écrit par : Patoucha | 12/06/2010

"""Ecrit par : Patoucha | 10.06.2010

Voyons le "DR" pouet pouet
et si vous nous faisiez un
Scénario entre un égorgeur et sa victime/proie?!!!

Ecrit par : Patoucha ""

BONNE IDÉE POUET-POUET-TOUCHA

Je ne sais pas quel rôle je devrais te confier
dans le scénario que tu proposes...

DR IDRISSI, aamm25@gmail.com !








-----------
? N de Rose?
ce sont des menaces?

Écrit par : DR MY AHMED IDRISSI | 18/06/2010

Les commentaires sont fermés.