31/05/2010

Embuscade brutale en mer ..

Il était difficile de ne pas parler de ce sujet, et je pense que de maîtriser l'information est un point aussi important de continuer de propager des nouvelles. Relatons les faits et commentons.

D'abord, on ne peut que regretter la reprise à tort et à travers de cette affaire et le souhait évident des activistes palestiniens et des islamistes de faire une publicité à outrance de cet abordage qui a dérapé. Surtout un coup de pression et une volonté de mettre de l'huile sur le feul. Je reviendrais sur cette information en attendant quelques faits.

Ron Ben Yishai /ynet, 31 mai 15h44, à bord de Gaza relate la sanglant echafouré sur le navire pour "Gaza" :

la tentative de disperser la foule, la violence brutale des activistes de paix de et la tentative d'abattre un hélicoptère de  Tzahal

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3896796,00.html


Nos (israéliens) commandos de marine sont bien tombés  dans les mains des membres de la mission humanitaire de Gaza.

Quelques minutes avant la tentative d'abordage à bord du Marmar, le commandant d'opération a  dit que 20 personnes attendaient sur la plate-forme où un hélicoptère déployait la première équipe de l'unité de la flotille 13 d'élite. Le plan original était de débarquer sur la plate-forme supérieure, et de là se précipiter sur le pont du navire et   d'ordoner au capitaine du Marmara de  s'arrêter.

[ndrose. en gros l'armée israélienne tentait d'arraisoner le navires et de le forcer à s'arrêter]

Le commandement de l'opération avait  estimé que les passagers opposeront une légère résistance, et probablement violence mineure ; pour cette raison, il a décidé d'amener l'hélicoptère directement au-dessus de la plate-forme supérieure. La première corde que les soldats ont l'habitude de descendre afin de descendre au bateau a été arrachée par les activistes, la plupart d'entre eux des Turcs, et (la corde) attachée à une antenne avec les espoirs d'arrêter l'hélicoptère (et de le faire descendre /tomber) . Cependant, les combattants de la flotille 13 ont décidé de continuer.

Les commandos de marine ont glissé vers le bas du navire un à un, pourtant l'inattendu s'est produit : Les passagers qui les attendaient sur la plate-forme ont retiré des chauves-souris, des clubs, et des frondes avec des marbres en verre, assaillant chaque soldat pendant qu'il débarquait. Les combattants ont été attrapés un et ont été battus violement, et ils ont essayé de battre en retraite.

 

Cependant, pour leur malheur, les commandos étaient seulement équipés des fusils de paintball utilisés pour disperser des manifestations mineures, comme celles tenues dans Bilin (village de palestine). Les paintballs n'ont évidemment fait aucune impression sur les activistes, qui ont continué à battre les troupes  et ont même essayé de ravir  leurs armes.

Un soldat qui est venu à l'aide d'un camarade a été capturé par les émeutiers et qui lui ont assénés des coups très coups durs . Les commandos étaient équipés de pistolets mais  ils leur avaient étés recommandés de seulement les employer face aux situations qui représentait un danger pour leur vie. Quand ils sont descendus de l'hélico,   entre eux ils (les soldats israéliens) criaient  « ne tirent pas, ne tirent pas, »malgré qu'ils aient reçu de nombreux coups.

j'ai vu le bout d'un fusil

Les commandos de marine s'attendaient à trouver des activistes politiques qui manifesteraient ( plus ou moins pacifiquement )  plutôt que tomber sur des combattants de rue qualifiés. Les soldats avaient pour mission de convaincre verbalement les activistes qui feraient de la résistance d' abandonner, et puis en deuxième option pouvaeint employer seulement des paintballs. Ils étaient autorisés de se servir de leurs pistolets seulement dans des circonstances extrêmes.

 

L'abordage prévu sur le pont du navire est devenu impossible, même lorsqu'un deuxième helico a été apporté avec lui  un autre équipage de soldats. "lancer des grenades (fumigènes?)" cria le commandant  de la flotille 13's qu surveillait l'opération. Le chef de marine n'était pas très loin, à bord d'un hors-bord appartenant à la flotille 13, avec ses hommes qui essayait d'aborder le bâteau.

les forces ont alors lancées  des grenades stupiefiantes [ndr: grenades eblouissante, je crois], cependant les émeutiers sur la plate-forme supérieure, dont le nombre avait  gonflé jusqu'à 30 à ce moment-là, ont continuée à battre violament environ 30 commandos qui essayait de retourner vers l'hélicoptère. Sur le chemin, les attaquants ont attrapé un commando, dérobé son pistolet, et l'ont jeté vers en bas de la plate-forme supérieure à la plate-forme inférieure, 30 pieds (+9 mètres) . Le soldat a  une blessure  sérieuse et il a alors perdu conscience.

Ce n'est seulement qu'après avoir subi ces dommages que  les troupes de la flotille 13 demandèrent la permission d'employer leurs armes. Le commandant l'a approuvée : Vous pouvez avancer et faire feu. Les soldats ont sortis leurs pistolets et ont commencé à tirer sur les jambes des émeutiers, un mouvement qui les a finalement neutralisées. Pendant ce temps,  les émeutiers ont commencé à mettre le feu dans le dos des commandos.

 

« J'ai vu le bout d'un fusil sortant hors de la cage d'escalier, » dit un commando. « Il a fait feu sur nous et nous avons répondus. Nous n'avons pas vu si nous le touchions. Nous l'avons recherché plus tard mais ne l'avons pas  pas  trouver. » Deux soldats été touches par des blessures par balle au genou et à l'estomac après que les émeutiers apparemment avait fait feu sur eux en  utilisant des pistolets qu'ils avaient dérobés aux soldats.

 

2 erreurs

Pendant l'agitation, un autre commando a été poignardé avec un couteau. Dans une recherche  à bord du Marmara, les soldats ont trouvé des cachettes des chauves-souris ? (des armes?) battes de baseball ?, des clubs, des couteaux, et des frondes employées par les émeutiers en a. Il était évident que les activistes étaient bien préparés pour un combat.

 

Quelques passagers sur le bateau se sont tenus au fond et ont martelés  les mains des soldats pendant qu'ils essayaient de monter à bord. C'est seulement après un échange de tirs de 30 minute et que commandos sont parvenu à stopper les activistes  brutaux utilisant des clubs et des knifes.

 

Il s'avère quela première 'erreur était en prévoyant l'opération était que (la sous estimation) l'évaluation  les passagers. En effet, ceux-ci  étaient  les activistes et les membres politiques des groupes humanitaires qui cherchent une provocation politique, mais ne recourraient pas à la violence brutale. Les soldats ont pensé qu'ils rencontreront la violence de Bilin-modèle ; au lieu de cela, ils ont vu Bangkok. Les forces qui ont débarqué des hélicoptères étaient trop peu ; juste douzaines d'homme et ne s'attendaient pas assez à faire face à ce type de resistance.

La deuxième erreur était que les commandants n'ont pas suffisament dressée leur plan  et ont sous-estimés  le fait qu'un groupe des hommes attendaient les soldats sur la plate-forme supérieure. Si ils avaient agis de manir plus sérieuse?  Il aurait peut-être suffit de lancer des  de mener à bien leur mission, sans combattants blessés ou morts aussi  bien dans les mains des émeutiers, qui les ont sévèrement assaillis

©rose.telaviv

 


http://jt.france2.fr/20h/

19:37 Écrit par Rose Tel-aviv dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

NdRose: allez poster vos conneries chez Ramadan, il se fera un plaisir de les publier.

Écrit par : j..m.nicolet | 31/05/2010

Les commentaires sont fermés.