10/05/2010

NON, L’ERREUR N’EST PAS ISRAËL

En manque de forme, je me permets de vous envoyer ce texte, jugeant utile de remettre la synagogue au milieu du village. Car des textes véhiculants de fausses informations, j'en ai lu beaucoup, trop, vraiment trop.

Texte de

Fabio Rafael FIALLO

Il est des textes qui, tout en véhiculant des arguments faux ou discutables, ont l’avantage d’être clairs : ils dévoilent avec netteté les convictions, et même les préjugés, de celui qui les a écrit. Un récent article publié par Salvador Pániker dans le journal madrilène El País daté du 21 avril 2010 (« Israël, une erreur consommée ») fait partie de cette catégorie.

http://www.aschkel.info/article-non-l-erreur-n-est-pas-israel-fabio-rafael-fiallo-50118251.html


1922-mandate_for_palestine.jpg
Article en réponse a celui de Salvador Pániker, "Israel, un error ya consumado", paru dans

El País, Madrid, daté du 21 avril 2010

 

D’après Pániker, « la création, en 1947, d’un Etat d’Israël fut une erreur historique, inévitable peut-être, mais erreur tout de même. Une erreur qui a engendré, parmi d’autres maux, celui de la perpétuelle humiliation du peuple arabe ». Plus loin dans l’article Pániker utilise le terme « intrusion » pour se référer à la création de l’Etat hébreu – « un Etat artificiel », selon lui.

 

L’article invite à penser que si Israël a vu le jour, ce ne serait pas parce que le peuple juif n’avait jamais renoncé à retourner dans sa patrie, ni parce que de nombreux Juifs s’étaient établis depuis la fin du XIXe siècle dans la région qu’occupe aujourd’hui Israël – qui était alors un véritable désert --, y mettant en œuvre un programme d’afforestation sans précédent dans l’histoire contemporaine, fondant, entre autres, la ville de Tel-Aviv, et l’université hébraïque de Jérusalem, et l’université technique de Haïfa, et l’Institut des Sciences de Rehoboth, et l’Ecole des Arts de Bezalel à Jérusalem. Tout cela, il convient de le rappeler, a eu lieu à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle mais n’entre pas en ligne de compte dans le point de vue de Pániker.

 

A ses yeux, pas même l’extermination de six millions de Juifs lors de la Shoah, et moins encore les pogroms en Russie au cours du XIXe siècle, ne constituent une raison suffisante pour légitimer la fondation d’un Etat juif sur un territoire où – soit dit en passant – il n’existait précédemment aucun pays.

 

Pour lui, Israël est né après la Seconde Guerre mondiale tout simplement pour soulager le complexe de culpabilité, ou étouffer la mauvaise conscience envers le peuple juif, qui taraudait les Européens à cause de la Shoah.

 

A en juger par cette argumentation, Israël posséderait une réalité, car il existe, mais manquerait de légitimité, puisque sa création aurait été une erreur.

 

Et pourtant, une lecture attentive, sans préjugés, de la naissance et de l’évolution de l’Etat hébreu mène à une conclusion radicalement différente de celle soutenue par Pániker, à savoir : des erreurs, il y en a eu, nombreuses, tragiques ; elles ne se trouvent pas, toutefois, dans l’existence d’Israël mais ailleurs. Voyons donc où.

 

Pour cela, remontons à 1947, à la résolution 181 des Nations unies, laquelle stipulait la création de deux Etats, un juif et un autre arabe.

 

A cette époque, plus d’un représentant de la communauté palestinienne se montra enclin à soutenir la solution de deux Etats. Toutefois, s’imposera contre eux la position de refus absolu soutenue par les régimes arabes, dont six déclarèrent la guerre à l’Etat hébreu en 1948, c’est-à-dire dès sa formation. De cette confrontation, gagnée par Israël, les Etats arabes gardèrent la Judée-Samarie (nommée Cisjordanie) ainsi que Gaza, des territoires qui passèrent sous le contrôle et l’administration de la Jordanie ; mais ces Etats n’eurent alors pas l’idée de former ne fût-ce qu’un embryon d’Etat palestinien.

 

Dix-neuf ans plus tard, en 1967, un nombre de régimes voisins, en tête desquels se trouvait l’Egypte de Nasser (qui avait constitué un redoutable matériel de guerre), s’apprêtaient à déclarer la guerre à Israël. l’Etat juif n’eut pas d’autre option que d’attaquer avant de se faire annihiler. En six jours, Israël reprendra Gaza et la Judée-Samarie (donc la Cisjordanie), en plus de la péninsule du Sinaï.

 

A partir de ce moment, les Etats voisins d’Israël, les mêmes qui avaient rejeté la solution des deux Etats proclamée par la résolution 181 des Nations unies, les mêmes qui avaient gardé Gaza et la Cisjordanie en 1948 sans permettre aux ressortissants palestiniens restés dans leurs pays de pouvoir administrer ces deux territoires de manière autonome, ces Etats arabes, donc, se mettent à réclamer à l’unisson la restitution par Israël desdits territoires pour y créer… un Etat palestinien.

 

Il convient à ce stade, cher lecteur, de poser une question : comment se fait-il que les régimes arabes, qui en 1947 avaient rejeté la solution de deux Etats, ont ensuite changé d’avis pour réclamer depuis 1967 la mise en œuvre de cette solution ? Pareille volte-face n’est-elle pas la meilleure preuve que l’erreur se trouve, non pas dans la création d’Israël, mais dans la méprise stratégique des gouvernements voisins d’Israël qui ne saisirent pas l’occasion offerte en 1947 par la résolution 181 de créer un Etat palestinien à côté d’un Etat hébreu ?

 

L’erreur commise par les gouvernements arabes fut par ailleurs partagée largement – et c’est un euphémisme – par Yasser Arafat et son mouvement, l’OLP. Rappelons à ce sujet que les articles 15 et 19 de la charte de ce mouvement proposaient carrément l’élimination de l’« entité sioniste » qui n’était autre que l’Etat d’Israël.

 

Or, après avoir embarqué le mouvement palestinien durant de longues années, et en vain, vers l’objectif de la destruction de l’Etat juif, Arafat réalise qu’un nouveau vent commence à souffler dans les années 80 dans le domaine géopolitique. En effet, le bloc soviétique, allié d’Arafat, s’effrite progressivement jusqu'à disparaître totalement. Le leader de l’OLP sent que la nouvelle donne ne joue pas en faveur de son objectif de destruction d’Israël. Que fait-il alors ? Eh bien, il tourne casaque, déclare « caducs » les articles 15 et 19 de la charte de l’OLP (sans pour autant les supprimer formellement), et joue la carte de la solution des deux Etats, la même solution qu’il avait jusqu’alors refusée sans ambages. Et le fait d’avoir changé de posture ne constitue-t-il pas une façon pour Arafat de reconnaître s’être trompé ? Où est donc l’erreur ? Encore une fois, pas dans la création de l’Etat d’Israël.

 

Poursuivons. Dans la première décennie du nouveau siècle se présente une opportunité sans précédent de parvenir à la formation d’un Etat palestinien à côté d’Israël. Une réunion tripartite se tient dans la ville égyptienne de Taba en janvier 2001 entre Yasser Arafat, le Premier ministre israélien, Ehoud Barak, et le président sortant des Etats-Unis, Bill Clinton, lequel souhaitait léguer à l’Histoire, comme une de ses réalisations en politique étrangère, la création d’un Etat palestinien.

 

Lors de cette réunion, Barak accepte de céder Gaza et 92% de la Judée-Samarie, c’est-à-dire la presque totalité des territoires demandés par Arafat. Et ce n’est pas tout : mettant de côté le sacro-saint principe israélien de l’indivisibilité de Jérusalem en tant que capitale de l’Etat hébreu, Barak se montre disposé à accepter aussi la présence à Jérusalem Est d’un futur Etat palestinien. Israël accepte, en somme, les deux demandes fondamentales des dirigeants palestiniens.

 

Mais Yasser Arafat, pour des raisons inexpliquées, refuse de donner son accord à cette formule.

 

De ce fait, Arafat, et Arafat seul, laisse passer cette occasion unique et renvoie fatalement aux calendes grecques la possibilité de créer un Etat palestinien. De quel côté se trouve dans ce cas l’erreur ? Encore une fois, convenons-en, pas du côté d’Israël.

 

Mais il y a plus encore : entre-temps, Arafat renoue avec son penchant originel pour les méthodes violentes – si tant est qu’il y eût renoncé réellement à un certain moment -- et donne son approbation pour une Intifada, c’est-à-dire, pour des attaques contre la population civile israélienne et pour des manifestations de rue violentes menées par des jeunes et des mineurs télécommandés par des politiciens qui n’ont que faire de la mort d’enfants innocents, fussent-ils israéliens ou palestiniens.

 

L’Intifada s’avère être un fiasco total, comme le reconnaîtra Zakariya Zubeidi, chef du mouvement palestinien Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, qui déposa les armes en 2007. Ses déclarations ont été reproduites dans Courrier international, numéro du 10-16 avril 2008. Il y déclare, désenchanté : "L’Intifada a été un échec sur toute la ligne. Nous n’avons rien obtenu. C’est surtout une défaite politique." Il va plus loin encore : "Nous courons au désastre. Le peuple palestinien est fichu." On ne saurait dire plus clairement que l’Intifada a été une erreur.

 

Mais comme certains ne tirent pas de leçons des erreurs passées, le Hamas, depuis son bastion de Gaza, se plaît à lancer des roquettes et des missiles sur la population d’Israël ; Près desix mille engins s'abattent ainsi sur l'Etat juif en huit ans.. Finalement, Tsahal décide de riposter et lance une opération militaire sur Gaza en janvier 2009 dans le but de neutraliser le pouvoir de nuisance du Hamas.

 

En fin de compte, le Hamas n’obtint rien de cette furie meurtrière qu’il avait déclenchée, si ce n’est la mort et la désolation au sein de la population palestinienne, prise en otage en tant que bouclier humain par le propre Hamas. Où se trouve alors l’erreur ? Eh bien, une fois de plus, pas du côté d’Israël.

 

Rien d’étonnant que Walid Awad, haut dirigeant du Parti du peuple palestinien (PPP), mouvement politique de tendance communiste, eût accusé le Hamas en déclarant : « Ils [les dirigeants du Hamas] fuient et n’ont pas même le courage d’assumer la responsabilité pour les victimes [palestiniennes]… Ils traitent les Palestiniens comme du bétail pour l’abattoir »[1].

 

Des considérations précédentes se dégage une conclusion irrécusable, à savoir: ce qui constitue une erreur, ce n’est pas la création de l’Etat d’Israël mais plutôt la myopie historique et les maladresses stratégiques à répétition de ceux qui ont prétendu incarner ou défendre le peuple palestinien.

http://www.aschkel.info/article-non-l-erreur-n-est-pas-israel-fabio-rafael-fiallo-50118251.html



· Dans son dernier ouvrage, Ternes Eclats – Dans les coulisses de la Genève internationale, Fabio Rafael Fiallo, ancien fonctionnaire international, présente une critique de la diplomatie multilatérale, y compris du parti pris anti-israélien qui a cours dans les instances internationales

[1] « An alternative to violence? » The Economist, 17 avril 2010, p.35.


http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/98/99/81/FICHIERS-PDF/Fiallo.-Ternes-Eclats.-Couverture.pdf

 

09:19 Écrit par Rose Tel-aviv dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook

Commentaires

Un pays, un mot pour désigner son racisme, une victimisation...C'est peut être pas pour rien qu'on vous traite de la sorte depuis la nuit des temps

Écrit par : lyonnais du 69 | 10/05/2010

Il est vrai que l'échec des négociations de Camp David (qui réunissaient Clinton, Barak et Arafat) est dû à l'incompréhensible indécision de ce dernier. Le pire était qu'il avait fait le signe de la victoire à son retour dans les Territoires... Dans les faits, seul son peuple a tout perdu.

Écrit par : Déblogueur | 10/05/2010

Au long de mon enfance, il m'a été enseigné que le peuple juif était "Elu" de Dieu...
Il m'a cependant aussi été enseigné que ce même peuple serait "Maudit" jusqu'à la fin des Temps...et ce par le même Dieu...
Voili voilà

Écrit par : absolom | 10/05/2010

Celà dit, il m'a encore été enseigné ceci:

Lorsque deux enfants veulent la même pomme, il n'est pas trop de solutions...on m'a donc dit "sois le plus intelligent, cèdes ta part !"...
J'avoue que le clair de ma vie, j'ai appliqué cette règle. Excepté une fois. Le sentiment ou l'impression d'avoir "gagné" me gonfla d'une puissance méconnue jusqu'alors, je l'admets...La partie "perdante" fût d'une tristesse épouvantable, à tel point que je n'ai jamais pû "profiter" de ma victoire.
Par contre, si j'avais eu la force, à l'époque, de "lâcher" le morceau, j'aurais mon âme en paix, aujourd'hui.
Pourquoi jamais personne ne va-t'il à la racine du mal ? Il y a très très longtemps, vous n'étiez guère nombreux, juifs et arabes...quelle est l'origine exacte de votre séparation ? n'étiez-vous pas les mêmes au début de toute chose ?
Comme très souvent, et sans parti pris aucun, ne serait-ce pas l'amour pour femme caché là derrière ?
Ou faudra-t'il encore que Maman ou Papa intervienne afin que cesse le combat ?

Écrit par : absolom | 10/05/2010

"C'est peut être pas pour rien qu'on vous traite de la sorte depuis la nuit des temps"

Bah ! Comme vous le savez bien, l'antisémitisme est une dégénérescence de l'esprit qui, depuis la nuit des temps, affecte la lie de l'humanité. Cela dit, je ne crois pas trop à une justice immanente mais tout de même je m’interroge lorsque qu'il m'arrive de penser au destin commun qu'auront connu les Empires de Rome, d'Espagne, Ottoman, le III Reich et enfin l'URSS, tous engloutis. Un sort mauvais poursuivrait les antisémites ? Feraient-ils l’objet d’une mystérieuse et éternelle malédiction qui n'a pas encore fini de produire ses effets ? Je ne suis pas loin d'en convenir.

Écrit par : Giona | 10/05/2010

j'ai lu un article qui reprenait sous une forme interrogative les propos de S.Paniker, et c'était dans Haaretz un journal israelien qui probablement n'est pas votre journal préféré.
Combien de temps allait durer l'etat d'exception dont joui Israel? En d'autres termes combien de temps l'ètat de culpabilité des pays occidentaux à l'égard de la Shoa allait durer.
l'opinion des juifs occidentaux à l'égard de la politique étrangère de Nertanyaou évolue consdérablement, l'autisme dont ce dernier fait preuve envers le gouvernement d'Obama , inquiète un nombre grandissant d'amis de l'Etat Hebreu , voilà donc en effet une autre vérité avec laquelle je le crains il vous faudra compter.

Écrit par : briand | 10/05/2010

"Au long de mon enfance, il m'a été enseigné que le peuple juif était "Elu" de Dieu...
Il m'a cependant aussi été enseigné que ce même peuple serait "Maudit" jusqu'à la fin des Temps...et ce par le même Dieu..."

On ne choisi pas ses parents et ainsi donc vous n'êtes pas responsable d'être mal né, ni d'avoir d'avoir été nourri d'antisémitisme tout au long de votre enfance car les meilleurs parents du monde ne peuvent transmettre à leur progéniture que ce qu'ils ont, parfois même le sida mental avec lequel il vous faudra, tant bien que mal, vivre.

Écrit par : Giona | 10/05/2010

Giona

Je ne connais rien de votre vie, vous ne connaissez rien de la mienne. Mais en bref, recevez l'assurance qu'à aucun moment de mon existence je n'ai eu à me plaindre ni des juifs, ni des arabes. Aucun d'eux ne m'a porté grief en quoi que ce soi. Un petit reproche peut-être, lorsque je vois le samedi certaines jeunes filles juives chaussées de hauts talons sur le chemin de la synagogue...je pense que lorsque l'on va trouver Dieu, on peut descendre de son petit piedestal, faute de quoi l'on a compris que bien peu de choses...cela s'applique aussi aux chrétiens mais ces derniers devenant "laïques", vaut-il encore la peine d'en parler ?
Ce ne sont donc pas tant mes parents les responsables, mais bien le reste du monde, ses médias, et surtout, un bouquin, la bible quoi...
Alors bon d'accord, ce livre est faux, archi-faux, arrangé, modifié, transformé ou encore ce qu'il vous plaira...ce qui est vrai, en revanche, c'est que ce même livre a impliqué des millions et des millions de personnes...au long de son histoire.
Avant de vous poser deux questions, j'aimerais vous dire encore ceci...je n'appartiens à aucune religion connue de ce monde. Je ne peux ici et maintenant vous livrer le contenu de mon âme mais je vous prie de croire qu'il s'agit d'un contenu extra-ordinaire(je pèse mes mots), contenu qui m'a doucement amené à m'intéresser à ce conflit qui semble vous entre-décimer depuis toujours.
Ma 1ère question est donc répétée:
Quelle est l'Origine du mal ? Ou plutôt...quel est le 1er juif à s'être battu avec le 1er arabe ? de QUOI est parti la boulette ?
Ma 2ème question est: l'Eglise juive a-t'elle oui ou non voulue la mort de Jésus ?
Je finis avec une question subsidiaire: suite à cela et le cas échéant, Dieu a-t'il maudit les juifs, oui ou non ?

J'espère sincèrement avoir retenu votre attention...

Bien à vous

---------------
ndRose, je publie avec avertissement.
A- l'église juive n'existe pas -
http://www.blog-catholique.com/post/J%C3%A9sus-est-un-Juif-pratiquant

Écrit par : absolom | 11/05/2010

ps:

le petit paragraphe en dessous de mon "Bien à vous" n'est pas de moi et ne doit en aucun cas être associé à absolom. Merci

Écrit par : absolom | 11/05/2010

"Ce ne sont donc pas tant mes parents les responsables, mais bien le reste du monde, ses médias, et surtout, un bouquin, la bible quoi..."

Vous souteniez pourtant le contraire lorsque vous disiez ""Au long de mon enfance, il m'a été enseigné .... "

A moins que vous n'imputiez la responsabilité aux cours de cathé qu’il vous a fallu subir et, vu les révélations fracassantes relatives aux agissements du petit personnel de l’église que nous entendons ces derniers jours, j’espère que les dégâts se seront limités aux cours.

"Quelle est l'Origine du mal ? Ou plutôt...quel est le 1er juif à s'être battu avec le 1er arabe ? de QUOI est parti la boulette ?"

Voyez-vous, la question ne se pose pas en terme de bataille mais plutôt en terme de pogrom et de razzias :

"Le Prophète en profita pour accuser et attaquer la dernière tribu juive de Médine : les Banu Qurayza (qui pourtant avaient participé à la défense). Aprés un siège d'un mois, il leurs fait dire qu'ils ont le choix entre se convertir à l'islam ou bien de mourir. Malgré leur rédition, Mahomet décide de massacrer, sur ordre d’Allah, tous les membres mâles de la tribu (600 à 800 hommes). Ils furent horriblement torturés, pour qu'ils avouent où ils avaient cachés leurs trésors, puis, emmenés par groupe de cinq, ils furent tous décapités et jetés dans des fosses communes creusées prés de la place du marché de Médine. Les femmes et les enfants furent vendus comme esclaves. Après le carnage, Mahomet pris pour concubine la belle Rayhana bint umru bin hanafa, veuve de l’un des suppliciés."

http://www.encyclomancie.com/?cat=91&page=75

"l'Eglise juive a-t'elle oui ou non voulue la mort de Jésus ?"

Vous voulez certainement parler du Sanhedrin mais la réponse est non, "l'église" juive n'a pas voulu la mort de Yehoshua, il semblerait, selon le chroniqueur" Flavius Joseph que Ponce Pilate ait décidé de son sort en le jouant à pile ou face.

"Dieu a-t'il maudit les juifs, oui ou non ?"

La dernière fois que je lui ai parlé, il m'a juré sur tous les saints qu'il n'était pas dans le coup mais l'église catho, qui, depuis le XIème siècle, a introduit cette thèse affirmait que oui. En fait, il est avéré qu’elle a monté toute une cabale pour diaboliser le juif (tuer le père) et ainsi donc nous pouvons affirmer que l'antisémitisme "moderne", la racine du mal, est bien une œuvre de sa création. Vatican II a rendu la thèse infâme caduque mais il semblerait que Benoit XVI qui ne cesse de perdre des parts de marché fasse sont possible pour remettre l'infamie au goût du jour. Je vous l’apprends peut-être mais le Père, magnanime, malgré le crime dont s’est rendu coupable sa progéniture, ne l’a pas maudite pour autant.

Écrit par : Giona | 11/05/2010

@absolom

"Un petit reproche peut-être, lorsque je vois le samedi certaines jeunes filles juives chaussées de hauts talons sur le chemin de la synagogue...je pense que lorsque l'on va trouver Dieu, on peut descendre de son petit piedestal, faute de quoi l'on a compris que bien peu de choses...cela s'applique aussi aux chrétiens mais ces derniers devenant "laïques", vaut-il encore la peine d'en parler ?"

Vous préférez les voir en burqa sans doute? Les Juifs qui vont à la synagogue n'empêche pas leur laïcité! On peut aller à la synagogue pour plusieurs raisons, ne le saviez-vous pas?!! quand à "ces derniers devenant laïques" athées conviendrait mieux!

Tout ce petit monde se marie selon leur religion et idem pour leur enterrement?! Indépendant de toute confession ne veut pas dire renier sa confession!

." n'appartiens à aucune religion connue de ce monde."

Avez-vous pensé quelle dernière demeure sera la vôtre? Dans le cas où vous auriez choisi l'incinération, vous appartenez que vous le vouliez ou pas à une religion...

Quelle est l'Origine du mal ? Ou plutôt...quel est le 1er juif à s'être battu avec le 1er arabe ? de QUOI est parti la boulette ?

Vous inversez les rôles! Vous ne connaissez donc pas l'Histoire des Juifs?

Ma 2ème question est: l'Eglise juive a-t'elle oui ou non voulue la mort de Jésus ?
Je finis avec une question subsidiaire: suite à cela et le cas échéant, Dieu a-t'il maudit les juifs, oui ou non ?

Jésus est Juif et condamné par Ponce Pilate à moins que les Romains étaient les ouailles d'une "Eglise juive"?! LOL Les Eglises seraient donc apparues après Jésus le Juif? grâce auquel le Christianisme est né? A moins que vous ne donniez le nom d'"Eglise juive" à la Synagogue, où, selon l'Académie
française "Saint Paul, avant qu'il fût converti, avait beaucoup de zèle pour la synagogue." Notre-Seigneur allait souvent enseigner dans les synagogues."

"Je finis avec une question subsidiaire: suite à cela et le cas échéant, Dieu a-t'il maudit les juifs, oui ou non ?"

Ah bon! Maudit par qui? par le Coran? Parce que sans ce Peuple le monde serait encore plongé dans l'obscurantisme! C'est le Peuple Elu, parce que le premier Peuple de Dieu, non?!Les deux autres religions se le sont aussi "judicieusement" accaparé pour se proclamer Peuple Elu! Quant à la troisième, soit l'Islam, dont Mahomet est décédé comme le commun des mortels à 62 ans de maladie, a raflé tous les prophètes Juifs (les Saints chrétiens aussi) sur son passage et s'est inspiré des écritures saintes du Judaïsme pour fortifier la haine du Juif (et des Chrétiens) dans le Coran?! Ou bien maudits depuis qu'ils ont un Etat? l'ETAT D'ISRAËL?!!!!!!!

Revenez sur terre absolom!


Et comme l'a bien noté Rose,l'Eglise juive n'existe pas. Est une note de Rose, la détentrice de ce Blog. Ceci pour répondre à votre ps!

Écrit par : Patoucha | 11/05/2010

A chaque fois qu'on parle d'Israel on fini sur les musulmans c'est à croire que c'est fait délibérément pour brouiller les cartes et détourner la discussion

Écrit par : brice | 11/05/2010

Je veux bien discuter avec vous Patoucha, mais pourriez-vous avoir la gentillesse de tenir votre ardeur bouillonnante en laisse si peut se faire svp ?

La colère est mauvaise conseillère ai-je appris aussi...et si vous me sortez les griffes sans arrêt, je vais finir par avoir des trous partout...

Écrit par : absolom | 12/05/2010

Je vais suivre la règle blog, Patoucha

"Avez-vous pensé quelle dernière demeure sera la vôtre ?"

Oui. Non seulement j'y ai pensé, mais j'ai pû visiter.

"Vous préférez les voir en burqa sans doute?"

Il existe de très jolis mocassins cuir sans semelle. Je les mets depuis toujours.
Cela permet le contact quasi direct entre le pied et le sol, tout en restant habillé. Cela permet également (et juste à cette occasion) une certaine humilité, tout en profitant d'un massage tout à fait recommandé pour la santé.

"Vous inversez les rôles! Vous ne connaissez donc pas l'Histoire des Juifs?"

J'essayerai à l'avenir de devenir encore plus équitable, et j'aurais pû commencer par "quel est le 1er Arabe à s'être battu etc..."...c'est simplement que je n'arrive pas encore à écrire les deux à la fois, mais cela viendra. Et puis, puisque vous êtes le peuple élu...c'est que j'y crois peut-être encore...

"Ah bon! Maudit par qui? par le Coran?"

Non non, c'est simplement marqué dans la bible à plusieurs reprise si je ne me trompe. Vous remarquerez que si je pose la question, c'est probablement pour m'informer. Cela dit, j'admets que ma question est idiote. Qui pourrait savoir réellement...?

Vous ?

Écrit par : absolom | 12/05/2010

@absolom

"LOL vous vous attendiez à des propos doucereux après ce que vous avez écrit?

"je vais finir par avoir des trous partout..."

Pas vous, le mutant... Je vais,si faire se peut, répondre avec ménagement afin d'éviter toute blessure à votre chère et tendre chair...Mais de grâce ne voyez pas en moi Séléné.. :)


"Oui. Non seulement j'y ai pensé, mais j'ai pû visiter."

Nous nageons en pleine fiction. Et, vu que vous n'appartenez à aucune religion connue de ce monde, votre réponse ne m'étonne guère.


"Il existe de très jolis mocassins cuir sans semelle. Je les mets depuis toujours."

Pas très pratique en hiver... et moins près du ciel, qu'avec de hauts talons, où D.ieu est censé être? LOL

"c'est simplement que je n'arrive pas encore à écrire les deux à la fois,"

Pourquoi? Personnellement cela ne me pose aucun problème.

"Non non, c'est simplement marqué dans la bible à plusieurs reprise si je ne me trompe"

Pas du tout, rien de semblable n'est écrit dans la Bible hébraïque. Mais sûrement dans la Bible chrétienne (Nouveau Testament) et le Coran, (calqué sur les deux religions) qui en ont fait un Peuple maudit par Jésus, par Dieu pour l'autre..... J'appelle cela "The arrangement".

"Qui pourrait savoir réellement...?

Pensez-vous réellement que ceux qui ont arrangé la Bible judaïque le savaient?

"Vous?"

Moi?

1/Je ne suis pas dans le secret des Dieux, ni dans l'esprit diabolique de ceux qui l'ont décrété?!

2/ Je n'ai jamais eu de prédisposition pour le mysticisme contrairement à vous, je me trompe? De plus, sans porter des "mocassins sans semelle" j'ai les pieds sur terre et non à des années lumières. :)

NB: Je viens de lire le commentaire de Giona qui vous a donné une similaire mais meilleure réponse que j'ai pu le faire.

Bien à vous

Écrit par : Patoucha | 14/05/2010

Les commentaires sont fermés.