23/11/2009

qu'est qui se passe aujourd'hui?

En fait, le olé hadash (nouvel immigrant) les premières joies passées de s'installer en terre promise, se retrouve souvent seul face à ses illusions. Et oui, la vie reprend ses droits.

La vie avec le petit v, celle du travail, des factures, des soucis quotidiens ajoutés à cela, les problèmes dûs à la langue. Tout les papiers sont en hébreu évidement. Alors des fois, le olé hadash en a marre, et il lutte pour son integration, dans un milieu pas facile. En effet, le olé n'est pas seul à vouloir s'installer en Israël alors il faut jouer des coudes, faire sa place. Tout cela se rélève bien moins simple et moins facile qu'au départ. Il (ou elle, je évidement) se rend compte alors des avantages de vivre sur sa terre natale

 


 

 

255028834_a17e2c58de.jpg

Moi, c'est bien simple, je ne me suis jamais vraiment sentie suissesse. Je pensais que j'étais genevoise atypique. Ben ici en Israël, je me rend compte que ma culture est belle et bien européenne. Je n'ai pas le style israélien, pas l'allure ni les habitudes. Difficile de changer son identité et encore il faudrait le vouloir.

 

L'israélienne est une femme dynamique qui a l'air d'aimer les paillettes (tout ce qui brille), le café (au lait), parler fort et beaucoup (et au télephone tout le temps) ... sûre d'elle, souvent elles ont l'air très israélienne.  Il est alors difficile de s'identifier à ses femmes dynamiques. Depuis que je vis en Israël, je me suis jamais sentie autant suissesse et je me surprend à avoir envie de raclette et de vouloir humer l'odeur de la fondue dans un bistrot bruyant et rempli de gogenards  bien genevois.

Finalement à l'étranger,  notre culture, notre passé, nos amis, prennent une autre importance. On se rend compte que nous (je) étions bien plus attachés à notre famille , ses parents, ses habitudes, que nous le pensions. Vivre même si de théorie c'est notre pays, se révelè bien plus compliqué. que l'on l'aurait imaginer. Une autre langue, d'autres règles, D'autres amis. Il faut tout recommencer à zéro, refaire sa vie, les illusions, les rêves, les désirs, les attentes, d'ailleurs beaucoup de déçus repartent.

On se prend aussi de rêver de fureter à Manor et de fouiner à la Migros, ou alors du luxe ostentatoire du Bon Génie. On se rejouit de ses prochaines vacances oû l'on se mélera à la foule des badauds venus en nombre faire leurs achats de Noël. On se rend compte que ce qu'on avait qui était dès fois par énorme finalement, c'était plus que rien. :-) Conclusion bête et bien réelle.

fondue28zt.jpg

j'ai trouvé cela mais je n'ai pas tout lu:

http://www.paristlv.com/fr/p/La Psychologie2 du nouvel immigrant en Israel Hadashen provenace de france

14:35 Écrit par Rose Tel-aviv dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

Commentaires

Et de quoi a l'air un *** air très israélienne *** ????

réponse de rose:
po-si-ti-vons
je crois avoir, écrit dans ma note la réponse :-)
un air français, un style italien
restons calme et serein?
vous n'avez pas d'émail bof :-( ?

Écrit par : bof | 23/11/2009

Vous seriez dans la même situation si dans vos jeunes années vous eussiez émigré de la Romandie au fin fond d'Appenzell.
Pas vrai ?

Écrit par : Hypolithe | 26/11/2009

Les commentaires sont fermés.